David Rolandi

Vous avez peut-être découvert sur notre site la chronique du livre Rottenweiss, de David Rolandi. Nous avons choisi de l’interviewer pour en savoir plus sur son univers prometteur et original. David Rolandi a répondu à nos questions avec gentillesse et enthousiasme. Nous l’en remercions.
Cette interview a été réalisée en décembre 2009 pour Limaginaria.com

Felixita : Bonjour David, pour commencer, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
David Rolandi : J’ai 21 ans, originaire de Genève, de mère Haïtienne. J’ai suivis une formation d’employé de commerce en parallèle à mes projets artistiques (illustrations, romans) que j’ai décidé d’officialiser durant mon année passée au Japon. J’ai fondé le « World Crisis Crew » avec un ami Breton rencontré à Tokyo. Cj’est un crew de romanciers dans l’univers de Rottenweiss.

F : Rottenweiss est-il votre premier roman ?
DR : Oui, Rottenweiss est mon premier roman, la Genèse du « World Crisis Crew ».

F : On sent une évolution dans le style entre le début du roman et la fin, est-ce un choix ou le fruit d’une écriture longue? Pouvez-vous nous raconter comment s’est déroulée l’écriture de Rottenweiss ?
DR : L’évolution de style n’était pas un choix. Durant l’écriture, j’étais en pleine période de métamorphose au niveau psychologique, ça a joué un rôle dans l’artistique. Une fin d’adolescence pour devenir jeune homme, je redécouvrais les gens, le monde, et découvrais d’autres facettes de a vie, alors que je croyais tout savoir à 18 ans. Depuis, j’ai repris mon âme d’enfant et continue à apprendre, à évoluer.

F : La quatrième de couverture nous apprend que Rottenweiss est à la base une nouvelle. Pourquoi avoir choisi d’en faire ensuite un roman ?
DR : En effet, j’avais fais un petit bouquin (nouv3ls), que je qualifiais de brouillon, dans le quel il y avait 3 nouvelles, d’univers et styles différents, j’en ai fais un mix et ça a donné : Rottenweiss en nouvelle bonus. C’était LA nouvelle, d’après moi, qui demandait à être fructifiée, partager publiquement ce que je pensais être l’aboutissement de ma recherche artistique, autant dans l’illustration que dans l’écrit.

F : Quels ont été vos inspirations pour les décors, l’histoire et les personnages de Rottenweiss ?
DR : De manière générale, gamin, j’ai été marqué les jeux playstation : FINAL FANTASY 7 et 8, ils jouent un grand re dans mon inconscient, mais de moins en moins plus je concrétise mes projets artistiques. Beaucoup de personnages sont inspirés, par des gens que j’ai connu réellement. Pour la plus-part, les décors sont de la Suisse romande, on y retrouve le Jura pour le château de Rottenweiss, la campagne et la banlieue industrielle de Genève, ou la ville de Genève même pour New-ARgen. Le tout est très exagéré, bien sûr. La musique m’a accompagné aussi durant l’écriture, autant de la vieille variété Française comme Ferré que du britrock genre Bloc party, ou du Visual Kei (rock-metal japonais).

F : L’univers Post-Apocalyptique de Rottenweiss semble très complexe à la lecture. Pourtant, vous n’entrez jamais dans les détails, si bien que le roman est finalement très court.
Pourquoi ?
DR : Pour un premier roman, dans un milieu du livre sévère comme celui qui règne en Francophonie, je me suis dis d’y aller petit à petit, d’économiser mon énergie. D’avancer au fur et à mesure que ça marche avec de petites frappes efficaces. On est super motivés au « World Crisis Crew », et Rottenweiss est la graine qui va donner, on l’espère, un arbre de romans dans l’univers de ce dernier. Le moment venu, je ferais de Rottenweiss un bouquin de 500 pages. Mais avant, j’espère monter ma collection ou maison d’édition : « World Crisis Crew ».

F : De même, la personnalité des personnages est peu commune et très complexe. On découvre un quatuor charismatique (Marie-Hélène, Abel, Cham et Vanille) qui semble pourtant survolé. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les relations qui les unissent et qui sont restées dans l’ombre dans le roman ?
DR : Les personnages sont pour la plus-part inspirés du réel. C’est surtout une histoire de sentiments. Cham et le Mecha Nautilus aiment Vanille, qui aime Abel, mais qui appartient tel un objet à la malsaine et possessive Marie-Hélène. C’est survolé, mais pour le moment, je préfère que cela reste mystèrieux, afin d’y compléter clairement et concrètement dans les romans suivants… Et pour faire parler.

F : Rottenweiss ressemble beaucoup à un « one-shot », c’est-à-dire que la fin du roman ne laisse pas présager une suite. Pourtant, une fois la lecture terminée, on a le sentiment que vous n’allez pas vous arrêter là.
Avez-vous d’autres projets concernant Rottenweiss et son univers ?
DR : J’aime le terme : « One-Shot ». Moi qui ne lisais que des manga « one-shot » comme BD. C’est exactement ça. Oui, Rottenweiss est le commencement.

F : Vous avez choisi de publier Rottenweiss chez Edilivre. Comment cela s’est-il passé? Comment avez-vous découvert cet éditeur? Et qu’est-ce qui vous a séduit chez lui ?
DR : J’vais fais mon myspace pour mes projets littéraires quand j’avais écris nouv3ls. J’ai découvert la maison par ce biais. Mon but étant de faire MA maison d’édition, son indépendance et sa liberté m’ont séduis.

F : Aviez vous envoyé votre manuscrit à d’autres éditeurs avant Edilivre ?
DR : Je cherchais principalement à faire de l’autopublication mais OUI. Cela n’entrait jamais dans la ligne éditoriale. Impossible de trouver une maison qui fait dans mon style, après, si j’en trouve une, ils croulent sous les manuscrits. On est 30’000 à vouloir faire ça.

F : Enfin, en cette fin d’année, que pouvez-vous nous dire concernant votre année 2010 et vos projets littéraires pour cette année ?
DR : Je prévois de monter ma maison : « World Crisis Crew ». Mon pote bosse sur une suite de Rottenweiss, moi sur deux autres, et je commencerais une réédition de Rottenweiss beaucoup plus complètes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s