Guillaume Orgias-Manzoni

 

Après la parution de la chronique d’Evanalda : Naissances Arborescentes, nous avons posé quelques questions à son auteur, Guillaume Orgias-Manzoni, pour en savoir plus sur son univers et ses projets.
Cette interview a été réalisée en Février 2010 pour le site Limaginaria.com

Felixita : Bonjour Guillaume, pour commencer, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
Guillaume Orgias-Manzoni : Auteur compositeur autodidacte, heureusement toujours passionné, avec l’envie constante de créer, de développer et de partager de nouveaux projets artistiques (romans, scénarios, et pourquoi pas un long métrage).

F : Nous apprenons au dos de votre roman « Evanalda, Naissances Arborescentes » que vous avez de nombreuses passions très variées, pouvez-vous nous expliquer ce qui vous plait dans la création artistique et nous en dire un peu plus sur votre parcours et ce qui vous a amené à écrire des romans notamment…
G.OM : Un brin artiste dans l’âme, j’aime observer le monde et les « humains » qui m’entourent avec mes propres filtres, afin de retranscrire aussi bien les choses du réel que de l’imaginaire sur papier ( car j’aime écrire encore avec un bon vieux stylo ). Je pense qu’il y a toujours eu à la base cette envie de créer ; déjà à l’âge de 8 ans, je passais des heures entières à dessiner des bandes dessinées ; puis les années passant, la découverte de la musique (notamment du piano) m’a permis de développer d’autres inspirations artistiques. Qu’il soit question d’écriture de roman ou de composition musicale, on commence à laisser courrir son inspiration sans
savoir jusqu’où elle va nous mener exactement ; et il y a bien naturellement des périodes de la vie plus ou moins propice pour se consacrer à tout cela.

L’envie d’écrire m’est venue il n’y a pas si longtemps, à la lecture de bons romans ; et avec elle, celle de transmettre à mon tour le plaisir de s’évader dans des univers encore inconnus, aux côtés de personnages uniques et attachants.

F : Vous êtes également auteur de scénarios cinématographiques, ce qui se ressent dans votre style très riche et visuel. Comment abordez-vous l’écriture d’un nouveau roman ? Est-ce d’abord un film dans votre tête ou des idées sur le papier ?
G. OM : Au commencement c’est en général une idée qui survient sans l’avoir cherchée vraiment, au hasard d’une réflexion, d’une pensée ou même d’un songe. J’imagine ensuite un personnage central, un intrigue, puis des « seconds rôles », le plantage du décors et tout devient très lisible ou « visible ». Comme vous le dites vous-même, cela défile tel un film dans ma tête, que j’essaie de traduire au fur et à mesure sur papier. Le plus plaisant, c’est que l’histoire peut évoluer différemment qu’initialement imaginée, du fait de personnages qui prennent progressivement de la consistance, et d’idées nouvelles venues se greffer au fil conducteur de cette histoire.

F : L’intrigue d’ « Evanalda » se déroule en 2063, ce qui est finalement un futur assez proche de nous. Pourquoi avez-vous choisi cette date plutôt qu’une beaucoup plus éloignée comme c’est généralement le cas dans les romans de science-fiction ?
G. OM : Parce que 2063 est une année qui nous projette dans un futur encore accessible, donc suffisamment plausible pour dépayser les lecteurs, tout en leur laissant palper du bout des doigts quelques attaches du réel ( un présent projeté vers le futur en somme ).

F : « Evanalda » se concentre beaucoup sur la personnalité des deux personnages principaux, à savoir le narrateur et le personnage éponyme, dont les psychologies sont très travaillées. Pouvez-vous nous raconter comment ils sont nés et quelle relation entreteniez vous avec eux, vous qui êtes l’auteur ? Pour qui aviez-vous une préférence?
G. OM : Si vous me permettez d’employer la caricature, Alexandre (le narrateur) aurait dû être la superstar du roman, mais il arrive parfois qu’un second rôle puisse retenir plus encore l’attention. Le personnage d’Evanalda s’impose ainsi au fil des pages au point de vampiriser (je n’emploie pas ce verbe au hasard) progressivement celui d’Alexandre ; ce qui n’était pas forcément prévu au commencement de l’écriture d’ EVANALDA.

Quant aux relations entretenues avec mes personnages (pour reprendre votre formulation), et bien ils passent souvent à la maison prendre un café pour refaire le monde ! Plus sérieusement, ils sont nés avec la volonté précise de les rendre aussi crédible sur le papier qu’à l’écran et pour le cas éventuel d’une adaptation cinématographique. La psychologie d’Evanalda reste selon moi la plus aboutie.

F : Le scénario de votre roman est recherché et la fin très inattendue. Cela nous laisse fortement présager une suite. Est-ce le cas ? Si oui, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur cette suite et les autres suites ou bien est-ce encore impossible ?
G. OM : J’écrirai probablement un deuxième tome, ayant déjà pensé à une possible suite, car Evanalda pourrait nourrir encore quelques situations surprenantes, du moins je l’espère. Disons qu’il pourrait être intéressant de revenir sur les lieux du dénouement, une dizaine d’année plus tard ; le narrateur pouvant être alors celle ou celui auquel one n’aurait pu s’attendre.

F : La couverture de votre roman est très représentative de l’histoire et surtout de l’ambiance qu’on y trouve à l’intérieur. Est-ce vous qui l’avez créée ? Si non, comment cela s’est-il passé ?
G. OM : J’avais une idée très précise du résultat attendu, celui d’une couverture pouvant évoquer une affiche de film. J’ai indiqué à l’un des graphistes d’Edilivre comment j’imaginais cette couverture, et avec quels éléments ( tons, couleurs, atmosphère générale, décor, visage d’Evanalda ). Il m’a été proposé ensuite de choisir parmis différents portraits féminins, celui correspondant le plus selon moi au personnage d’Evanalda, y compris dans son expression visuelle, et par la suite différentes compositions d’ensemble.

F : Vous avez publié votre ouvrage chez Edilivre. Comment avez-vous découvert cet éditeur et pourquoi l’avoir choisi ?
G. OM : Après avoir recherché différents types d’Editeur (dit de nouvelle génération), Edilivre m’a séduit tant par son approche originale (site web soigné, variété des genres publiés ou édités) que par certains arguments tels que le fait que le livre puisse être commandé par un très grand nombre de libraires via le réseau dilicom, et qu’il ne soit jamais épuisé.

F : Avez-vous envoyé votre manuscrit ailleurs ? La publication d' »Evanalda » s’est-elle faite facilement ou de façon plutôt laborieuse (après beaucoup de recherche d’éditeur, de travail…) ?
G. OM : Oui, à plus d’une dizaine d’éditeurs de renom, sans résultat aucun. J’ai par la suite décliné les propositions de quelques maisons d’édition qui me proposaient des contrats d’édition en souscription, malgrè le forcing de certaines qui sous-entendaient voir en EVANALDA un fort potentiel commercial.

F : Enfin, en ce début d’année 2010, que pouvez-vous nous révéler de votre future actualité ?
G. OM : Concernant toujours mon roman EVANALDA, celui-ci parrainera le prochain Festival du Film Merveilleux et Imaginaire qui se tiendra à Paris du 24 au 27 mars 2010. Je compte publier prochainement mon scénario de long métrage (continuités dialoguées et séquences) écrit il y a déjà plus d’un an, intitulé ALIANA WIND Mémoire Parallèle (un thriller psychologique fantastique se déroulant en Ontario) ; un scénario que j’espère voir un jour développé sur grand écran… Sait-on jamais…

Question nouveau roman, je poursuis l’écriture d’un thriller fantastique médiéval mettant en scène un tout nouveau personnage, mais je ne peux en dire davantage.

Pour en savoir plus, retrouvez Guillaume Orgias-Manzoni sur ses sites web :
http://evanalda.over-blog.com
http://alianawind.over-blog.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s