L’Ensorceleuse D’Elisabeth Hand

L’Ensorceleuse, d’Helisabeth Hand (One Shot, éditions folio SF)

Arrivé à Londres pour effectuer des recherches sur Tristan et Iseult dans le but d’écrire un livre, le journaliste Daniel Rowland est loin de se douter de ce qui l’attend.
Il se rend chez son ami Nick, un musicien qui a connu son heure de gloire plusieurs années auparavant et qui lui présente une mystérieuse jeune femme qui veut qu’on l’appelle Larkin.
Ce qui est super chez elle, c’est qu’elle en connaît un rayon sur les peintres préraphaélites, et qu’elle va pouvoir aider notre journaliste dans la rédaction de son livre.
Mais à force de la fréquenter, un amour naît dans le cœur de Daniel.
A son grand malheur! Car Larkin n’est pas du tout ce qu’il croit.
Et Daniel va en faire les frais, en dépit des multiples avertissements de Nick… Ce livre est celui d’une histoire d’amour impossible, d’un amour fatal.

L’Ensorceleuse est un roman déroutant.
On ne sait pas très bien comment l’aborder, d’abord parce qu’il regorge de références artistiques et littéraires très pointues, qu’il se déroule en Angleterre et surtout à Londres (ce qui peut géner la compréhension du roman si le lecteur n’a jamais mis les pieds dans les lieux cités), mais aussi parce que le style est très particulier.
On a dans le même ouvrage plusieurs histoires, plusieurs manières de raconter (à la première ou troisième personne), plusieurs personnages… tantôt des fous, tantôt des indécis… bref, on ne sait jamais de quel côté de la ligne se placer.
Le récit s’ancre dans le monde réel mais bascule souvent sans prévenir dans un autre monde, qui reste inconnu jusqu’aux dernières lignes (et duquel nous n’en savons guère plus à la fin). Un choix littéraire qu’on peut regretter car on est souvent dans l’incompréhension la plus totale.
Toutefois, on poursuit la lecture, sans trop savoir ce qu’on lit ni ce qu’on essaie de nous apprendre. Comme si nous aussi, nous étions sous la coupe de cette ensorceleuse.
Le tout pour aboutir finalement à une chute aussi incompréhensible que la plupart du récit.
Comme on touche au domaine de la folie, on peut supposer que tout cela est normal, mais si on cherche une lecture simple, il vaut mieux reposer le livre.
En conclusion, l’Ensorceleuse s’adresse peut-être à un public trop ciblé, dont la majeure partie des lecteurs qui auront le livre en main ne feront peut-être pas parti.

Pour qui : Pour les adeptes de peinture anglaise et de culture britannique. Un ouvrage à conseiller aux adultes. Les trop jeunes lecteurs ne saisiront pas la majeure partie du récit.

Les + : Un Excellent moyen de redécouvrir la ville de Londres à travers des lieux plus ou moins connus. De quoi parfaire sa culture dans le domaine de la peinture.

Les – : Le but du roman reste assez flou. Il semble qu’Elisabeth Hand veuille nous parler d’amour ressenti par les artistes pour leurs muses, mais l’ensemble reste trop abstrait pour être compris par la plupart des lecteurs. Le fait d’utiliser des personnages qui ont réellement existés et qui sont inconnus pour les personnes qui ne s’intéressent pas spécialement à la peinture pose problème. Une bonne partie de l’ouvrage reste incompris et inaccessible pour tous les gens qui ne sont pas hyper cultivés dans le domaine de la peinture et de l’Angleterre. Un ouvrage à ne pas mettre entre toutes les mains ordinaires. Lecture difficile.
A noter qu’il est fort dommage d’avoir changé la traduction du titre par rapport à la version originale qui était « Mortal Love ». « Amour Mortel » convient parfaitement au roman, contrairement au titre français qui ne trouve pas de réponse dans les pages de façon convaincante.

Infos pratiques :

Poche: 512 pages
Editeur : Editions Gallimard (11 juin 2009)
Collection : Folio SF
Langue : Français
ISBN-10: 2070389928
ISBN-13: 978-2070389926

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s