Le Mal en la Demeure de Stephane Soutoul

Le Mal en la Demeure, de Stéphane Soutoul (Tome 1 du Cycle des Âmes Déchues, éditions du Petit caveau).

L’histoire se déroule en Allemagne, sur les terres du clan Kraemer au domaine de Kreuzburg.
Comme il semble que la famille soit en proie à un terrible mal, le chef de la famille envoie une lettre aux de Lacarme,de vieux amis chasseurs de vampires, comme un appel à l’aide.
Incapable d’y aller, le père envoie donc son fils en remplacement.
Une fois sur les lieux, ce dernier fait la connaissance des quelques occupants encore présents dans l’étrange domaine. Très vite, des phénomènes suspects vont se produire. Terribles cris dans les bois, comportement anormal. Mort, sang. Une ombre noire plâne sur la famille Kraemer. La belle Marion, désormais maîtresse des lieux, est-elle angélique ou démoniaque ? Quelles forces obscures menacent le domaine chaque nuit un peu plus ? Impossible pour le jeune de Lacarme de quitter les lieux sans réponses.
Si toutefois on lui donne le droit de quitter les lieux…

Stephane Soutoul n’en est pas à son coup d’essai vampirique avec ce roman puisqu’il a précédemment publié une nouvelle dans l’Anthologie Or et Sang chez le même éditeur.
Cette fois, il nous propose une nouvella romantique avec ce texte assez court qui se lit rapidement.
Le décors est très vite planté. On arrive au milieu d’un sombre manoir, isolé sur des terres reculées et presque abandonnées. L’intérieur est plutôt gothique, et l’auteur réussit très bien à nous plonger dans son oppressant univers.
Le style est agréable et nous nous laissons emporter au fil des pages. Nous faisons la connaissance des personnages assez peu nombreux mais largement suffisants pour peupler sans longueur le récit.
Toutefois, bien qu’agréable à lire, Le Mal en la Demeure reste un ouvrage classique du genre vampirique. En effet, il ne renouvelle pas le genre de façon exceptionnelle et se contente de réutiliser une atmosphère et un style maintes et maintes fois repris par d’autres avant lui (vampire gothique, sensuel et irrésistible). Cet effet est très certainement voulu, vu la longueur du texte il aurait été difficile de mettre en place un tout autre univers et nous sommes plutôt content de retrouver des vampires classiques que les vampires modernes et insipides qui peuplent de plus en plus les rayons de nos librairies.
Le scénario reste sympathique, bien qu’encore une fois assez banal. La gémellité est à nouveau exploitée, ce qui n’est pas sans rappeler les jeux vidéos Castlevania dont on retrouve un peu l’ambiance. L’ouvrage est classé dans la collection « Sang d’âme », ce qui en fait un récit sentimental. Pour une fois, ce n’est pas un couple homme/femme traditionnel auquel nous aurons principalement affaire ici car le lien étroit qui unis, dans la vie comme dans la mort, deux soeurs jumelles est au centre de l’histoire. Un roman parfait pour les amateurs de vampires et qui s’inscrit parfaitement dans la ligne éditoriale de l’éditeur.
Cependant, le fait que le roman ne sorte finalement pas des sentiers battus ne gâche absolument pas le plaisir de la lecture et ravira n’importe quel admirateur des créatures aux dents longues.
Cela dit, une chose reste décevante dans l’ensemble : la fin.
Sans la dévoiler, nous devons avouer qu’elle nous a grandement déçue, tant nous la trouvons un peu « facile », du point de vue du scénario. Pourquoi cette fin plus qu’une autre ? Il nous semble que la situation est un peu extrême par rapport au motif invoqué. Le roman ne nous laisse pas le temps de suffisamment nous imprégner des personnages pour que cette fin soit convaincante. Elle constitue certes une surprise, une chute finale comme cela doit être le cas dans les nouvelles et novellas, mais était-ce nécessaire ? D’autant plus que la petite nouvelle fournie en fin d’ouvrage, sorte de prélude au second tome, paraît presque hors sujet, hors contexte.
Résumons simplement ce roman comme une bonne marche à la fin de laquelle on aurait trébuché après avoir mis le pied sur un petit cailloux.

Pour qui : Les fans de vampires classiques, gothiques et mélancoliques. Ceux qui apprécient les publications du Petit Caveau et les fans de Castlevania.

Les + : Un bon style, une ambiance maîtrisée et agréable, très bien retranscrite. Un bon moment de lecture.

Les – : La fin plutôt décevante.

Infos pratiques :

Editeur : Petit Caveau (7 Juin 2010)
Collection : SANG D’AME
ISBN-10 : 2953389261
ISBN-13 : 978-2953389265

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s