Les Tentations Barbares de Raymond Josse

Les Tentations Barbares, de Raymond Josse (one shot, éditions de la Frémillerie)

Esteban Villano fait partie de cette jeunesse dorée du royaume. Sa famille est extrêmement bien vue à la cour et sa vie tourne autour des soirées mondaines, des apparences, du raffinement et de la guerre contre les ennemis.
Les ennemis, ces Sixtes redoutables, ont soifs de conquête. Quitte à mettre à mal le royaume.
Quelques années plus tard et suite à une rivalité entre jeunes de la noblesse qui a mal finit, Esteban se retrouve exilé loin de chez lui, gouverneur d’une forteresse où il ne se passe pas grand chose.
Jusqu’au jour où arrivent de mystérieux visiteurs, qui trainent des ennuis dans leur sillage.

Les tentations barbares affichent la couleur dès la couverture : ce roman sera un roman à forte consonance guerrière.
A noter tout de même que si nous l’avons classé dans la partie « fantasy », ce n’est pas une fantasy pure puisqu’elle ne contient aucune créature surnaturelle ni aucune magie, mais le décors se prête tout à fait à l’ambiance fantasy que l’on trouve dans la plupart des romans de ce type.

Avec ses « tentations« , Raymond Josse nous propose un texte très dynamique, plein de combats mais aussi de sentiments. Que l’on ne s’y trompe pas, ce n’est pas un texte pleinement guerrier comme peut l’être la série de l’Agent des Ombres, de Michel Robert, par exemple. Ici, les combats sont tout aussi dynamiques mais l’amour est également au coeur de l’intrigue. Si brutalité il y a, elle reste édulcoré, voire suggérée.
Les personnages vont évoluer sur la scène d’un grand théâtre où aucun d’eux ne maîtrise vraiment son destin.
Petit à petit, le héros va prendre conscience du monde dans lequel il a évolué et évolue encore. Un texte profond teinté d’humour, une plume légère et grave à la fois qui plonge aussitôt le lecteur au milieu des tourments de son monde. Ce que le héro pensait contrôlé se révèle en fait n’être qu’un leurre, une supercherie commandée par les anciens pour renverser le pouvoir en place afin de remettre à l’ordre du jour la République.
Le scénario est bien ficelé. On se demande où l’auteur veut nous emmener, jusqu’à ce que l’on commence à le deviner, quelques dizaines de pages avant la fin. Pourtant, Raymond Josse nous réserve un dernier rebondissement avant de nous laisser fermer le livre.
Quant aux personnages, bien que parfois un peu clichés, ils s’intègrent parfaitement dans leur univers et forment une grande galerie très diversifiée.
C’est incontestable, les éditions de la Frémillerie ont déniché un sacré talent avec Raymond Josse.
Le livre passe d’ailleurs très près d’une place dans notre sélection coup de coeur. La seule petite ombre au tableau reste quelques questions secondaires laissées en suspens dans le roman (peut-être à l’appréciation du lecteur).
Hormis cela, le roman se lit, s’apprécie, se dévore… dire que le texte est une tentation n’est pas un jeu de mot mais un aveu ! Remercions Les éditions de la Frémillerie pour avoir publié ce texte.
Cela ne fait aucun doute : Raymond Josse est un auteur à suivre. Nous espérons le retrouver prochainement avec d’autres textes d’aussi vive qualité.

Pour qui : Le roman trouvera lecteur chez ceux qui ont aimé des séries comme L’Agent des Ombres ou Les Larmes d’Artamon. Les fans de romans d’aventure, de cape et d’épée risquent aussi d’apprécier l’ouvrage.

Les + : Un style particulièrement accrocheur, une intrigue bien ficelée, des personnages divers et une pointe d’humour : cocktail gagnant.

Les – : Quelques questions laissées en suspend dans le récit lui font manquer de peu la place de Coup de Coeur.

Infos pratiques : 

Broché : 428 pages
Editeur : Les Editions de La Frémillerie (1 juin 2010)
Langue : Français
ISBN-10 : 2359070126
ISBN-13 : 978-2359070125

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s