Archives mensuelles : avril 2012

Opération Menhirs De Jean Vigne

Opération Menhirs, de Jean Vigne (one shot, Liv’Editions)

Sylvie et Amanda sont deux jeunes femmes que tout oppose. L’une est brune, l’autre blonde. La première est Française, la seconde Anglaise, caractère réservé contre exubérance… et en plus elles se détestent. A cause d’un homme : Richard.
A la mort de l’aristocrate, les deux femmes vont devoir apprendre à mettre leurs différents de côté, car Richard avait un plan pour elles. Un plan qui pourrait leur rapporter gros si elles arrivent à s’entendre. Vivre ensemble pendant 1 an dans la maison que l’anglais leur a légué. Une idée farfelue, impossible à réaliser pour les deux ennemies. Et pourtant, contraintes et forcées, il va bien falloir s’y résoudre. Dans le même temps, des menhirs disparaissent à Carnac et le duo de policiers sur l’affaire est loin de se douter que les pierres réapparaissent au beau milieu du jardin des deux femmes. Un an, ça peut être long, très long… ou pas.

Nous avons déjà eu l’occasion de lire plusieurs ouvrages de Jean Vigne et nous partions donc avec de grandes chances d’être séduits par ce nouveau titre. On l’avoue, Jean Vigne est une valeur sûre chez nous, c’est un auteur qui ne nous a jamais déçu et que l’on retrouve toujours avec plaisir. Une fois encore, ce nouveau titre a tenu toutes ses promesses !
Fidèle à lui-même, l’auteur nous offre un voyage très agréable, ici dans une Bretagne mystérieuse et légendaire. L’ensemble est si bien retranscrit qu’on se demande si l’auteur n’y a pas vécu lui-même et nous transmet son coup de coeur pour la région. La partie londonienne est elle aussi très bien réalisée et procure des envies de voyage…
Pour en revenir au texte, nous l’avons dévoré en très peu de temps, pris que nous étions dans les pages et le scénario. L’histoire est originale, nous n’avons à aucun moment eu le sentiment de lire quelque chose de déjà lu et cela fait du bien à l’époque ou beaucoup d’auteurs s’inspirent d’oeuvres connues pour composer leurs récits.
Les personnages sont le principal point fort du livre. Ils le rendent frais et incroyablement vivant. Chacun d’eux est unique et possède une personnalité bien trempée. Les répliques sont efficaces et les duos fonctionnent bien. Au départ nous trouvions peut-être un peu cliché le fait de faire s’opposer une brune et une blonde, mais il n’en est rien. La blonde anglaise et exubérante contre la timide française brune fonctionne bien. On prend plaisir à les voir se crêper le chignon tant leur répartie est fracassante.
De leur côté, le duo de policiers est intéressant. Edouard et ses chaussures apportent une touche de fraîcheur et de comédie bienvenue dans une histoire qui s’avère parfois sombre (on parle de mort, d’héritage et de vol de menhirs, tout de même). Le troisième duo étant constitué lui des deux amants des jeunes femmes, on voit que les personnages gravitent autour d’elles et s’insèrent dans plusieurs rôles en même temps. Ainsi, la galerie reste étoffée sans être trop lourde ou dépouillée. On finit par s’attacher à tous les personnages pour une raison différente et il faut avouer que nous avons eu du mal à les quitter.
Côté histoire, cette dernière mêle plusieurs époques. Là encore nous retrouvons la patte de Jean Vigne qui nous fait à nouveau plonger au coeur de la Gaule et des Celtes (comme dans L’éternité pour moi) à l’époque d’amours interdits entre Gauloises et Romains.
L’histoire n’est pas la plus profonde que l’on ait pu lire mais elle est fraîche et pleine de bons sentiments. L’amour est placé en thème principal et dirige l’ensemble du roman et la destinée des personnages. Des citations illustrent les chapitres et font du livre une lecture agréable, légère, romantique et passionnante.
Seul un passage du livre nous a semblé un peu long car Jean Vigne a utilisé un procédé presque cinématographique pour faire parler ses personnages. L’action et les dialogues vécus du points de vue d’un personnage, puis ensuite la même chose du point de vue d’un second avec juste une réplique en plus nous a fait penser à ses coupures pubs dans certaines émissions où la reprise reprend les 2 dernières minutes précédant la publicité. Cela donne une impression de sur place et heureusement pour nous, l’auteur ne s’est pas servi trop longtemps de ce procédé (quelques pages dans un chapitre).
Mis à part cela l’ouvrage montre une fois de plus que Jean Vigne est un auteur français très talentueux à découvrir ou redécouvrir !

Découvrez notre interview de Jean Vigne

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les histoires prenantes, les histoires d’amour, la Bretagne et les duos de personnages qui fonctionnent bien.

Les + : Une histoire originale servie par une plume agréable et efficace. Les personnages sont tous très attachants et on prend plaisir à les suivre au fil des pages. Certains sont plus dans le drame (le duo Sylvie/Amanda), d’autres dans le comique (Jean/Edouard) et d’autres dans le sentiment (Edouard/Henri). Les personnages Gallo/romains sont aussi intéressants même s’ils prennent une place moins importante dans le récit.

Les – : La couverture du roman ne le met pas en valeur car on dirait une couverture pour enfant alors que le texte est tout ce qu’il y a de plus adulte.

Infos pratiques :

Broché
Paru le  : 21 avril 2010
Editeur  : Liv’éditions
Collection  : Roman Suspense
ISBN  : 978-2-84497-176-0
EAN  : 9782844971760
Nb. de pages : 285 pages
Poids  : 550 g
Dimensions  : 14,5cm x 22,5cm x 2,5cm

Sang-Pitié De Michel Robert

Sang-Pitié (Tome 3 de la saga « L’agent des Ombres » – Editions Pocket Fantasy)

Après L’ange du Chaos et Coeur de Loki, voici donc le troisième tome de cette palpitante saga de Michel Robert.
Dans cet opus, Cellendyl de Cortavar, plus que jamais dans le collimateur de la Lumière, se voit à la tête d’un escadron de guerriers qu’il a lui même recrutés et formés, avec l’aide de son meilleur ami de toujours le Loki Gueritarish.
On le suit donc à travers les différents plans qui composent le monde fantaisiste de Michel Robert, car, on commence à avoir l’habitude, tout ne va pas se dérouler comme prévu. Il va être envoyé dans une ville,
Gar-Vallon, pour secourir la conseillère Laurianne après une série d’attentats suicides perpétrés dans sa ville. Mais par qui? Et surtout pourquoi?
Cellendyl va vite l’apprendre… à ses dépends.

Un tome plein d’action et de rebondissements, comme les deux premiers. Une écriture fluide qui nous tient en haleine le long des 400 pages.
On regrettera simplement la redondance de certaines situations que l’on retrouve fréquemment au cours des différents tomes et qui ne servent pas l’histoire. Je parle bien sûr des relations sexuelles/amoureuses entre Cellendyl et les femmes, à qui aucune ne résiste et qui peine à résister lui aussi. Il n’est certainement pas indispensable de placer chacune des femmes dans les bras (ou le lit) de Cellendyl. L’auteur doit certainement se faire plaisir à écrire ces scènes qui finissent pourtant par nous lasser.

Pour qui : /!\ Certains passages sont assez explicites, c’est pourquoi on recommande ce roman uniquement pour les lecteurs avertis! /!\

Les + : Une intrigue qui s’étoffe et une histoire qui prend de l’épaisseur. Le tome s’achève sur une chute totalement inattendue si bien que l’envie de lire la suite vient aussitôt.

Les – : Les scènes de sexe ne sont pas indispensables à l’histoire et font de ce roman un livre pour lecteurs avertis. Redondance de certaines situations par rapports aux précédents tomes qui nuisent au roman.

Infos pratiques :

Poche: 441 pages
Editeur : Pocket (12 mars 2009)
Collection : Pocket
Langue : Français
ISBN-10: 2266192574
ISBN-13: 978-2266192576

« Entrées précédentes Derniers articles »