Le Magicien et le Golem De Philippe H. Besancenet

Le Magicien et le Golem, de Philippe H. Besancenet (tome 1 de la série L’Armée du Seigneur Noiréditions Artalys)

Arha est né sous le signe d’une bien étrange étoile. Sa vie semble réglée sous un certain équilibre, enchaînant coups de chances et catastrophes sans jamais le prévenir.
Lorsque le jeune garçon essaie de se mettre à la magie, les résultats sont bien loin de ceux escomptés. Pas de doute, la route est encore longue avant de prétendre à un titre de magicien. Pourtant, son professeur, le connu et respecté Merrelf, place tous ses espoirs en lui… Mais c’était avant de disparaître mystérieusement, entraînant Arha et ses amis dans une périlleuse enquête.
Le conseil des magiciens où l’apprenti devait se rendre devra attendre, le destin en a voulu autrement.

Philippe H. Besancenet nous offre avec le premier tome de cette série un véritable roman jeunesse.
Servi par une très jolie couverture signée Pat Thiébaut, Le Magicien et le Golem nous a fait passer un agréable moment de lecture en reprenant les codes d’un genre qui a toujours la cote auprès du jeune public.
En effet, Le Magicien et le Golem raconte l’histoire d’un jeune garçon destiné à voir sa vie constamment menée au grès des bénédictions-malédictions qui le frappent, jusqu’au jour où il se découvre des talents pour la magie. A la tête d’un trio d’amis (un garçon combattant mais glouton et une jeune fille déterminée et amoureuse), Arha devra faire face à bien des dangers pour retrouver son professeur, un vieux sage du nom de Merrelf.
La recette est connue et peu surprenante, mais la magie fonctionne quand même. L’univers de Philippe H. Besancenet est ponctué de ce que l’on pourrait qualifier d’anachronismes, fera écho à bien des éléments de notre vie réelle. Tout comme la vie d’Arha est sur le fil de la bénédiction-malédiction, l’univers se balance entre univers médiéval et univers réel, créant ainsi des originalités sujettes à sourire. L’auteur a une plume très fraîche et n’hésite pas à placer de nombreuses pointes d’humour. Les lecteurs les plus âgés ne pourront qu’apprécier les nombreux clin d’œil à des figures connues telles que Tolkien (anagramme de Loitenk dans le récit), Shrek, ou encore des phrases extraites de films tels que Spiderman (les grands pouvoirs et les grandes responsabilités).
Il fallait bien cela pour nous sortir de la tête cet univers de magiciens et de lutte contre un tyran qui veut conquérir le monde.
Les personnages sont attachants bien qu’une fois encore assez classiques dans ce genre de littérature. Nous avons le héros malgré lui, qui ne se destine absolument pas à devenir une figure importante et qui sera par la force des choses obligé de le devenir, mettant par là même la vie de ses amis en danger (comme un certain autre sorcier). Le meilleur ami du garçon, gourmand mais courageux, sera là pour le tirer de nombreux mauvais pas tandis que la jeune fille plus sage sera la voix de la raison quand cela s’avérera nécessaire. On trouve aussi dans le texte des personnages plus secondaires et totalement loufoques, telles que le messager, souvent cantonné à des rôles de parfait imbécile, n’échappe pas à la règle ici et se retrouve bien souvent à débiter des âneries pour satisfaire l’ego de son maître, ou encore un duo de gardes hilarant.
Le bestiaire est quant à lui parsemé de créatures connues et moins connues. Nous avons découvert le Golem, dont l’histoire du petit Golem débiteur de bois nous a bien fait rire également (beaucoup plus que les personnages qui eux, ne riaient pas du tout).
Quoi qu’il en soit, la lecture est fluide et prête à réfléchir. Le récit comporte des retournements de situation en cascade (induits par le concept original et bien trouvé de « bénédiction-malédiction »)et des coups de théâtres. On retient son souffle à plusieurs reprises dans l’attente de lire la suite.
En bref, si l’aspect global du roman n’apporte rien de novateur au genre ni au schéma de l’histoire, le roman se démarque par sa fraîcheur, son humour et le thème central porté par la naissance obscure du garçon.

Pour qui : Pour tout public, les grands comme les petits apprécieront ce texte à plusieurs niveaux de compréhension.

Les + : Une plume fraîche avec beaucoup d’humour, des clins d’œil nombreux et amusants, l’ensemble se lit facilement et on entre rapidement dans l’univers de Philippe H. Besancenet. Le concept de « bénédiction-malédiction » est une idée très originale avec un fort potentiel, la suite promet bien des surprises !

Les – : L’aspect général du récit reste classique avec une impression de déjà-lu en surface (trio de personnages principaux, héros malgré lui, magicien sage et fou qui projette de conquérir le monde).

Infos pratiques :

Broché: 316 pages
Editeur : Artalys (19 janvier 2012)
Collection : COUP DE COEUR
ISBN-10: 2953856927
ISBN-13: 978-2953856927

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s