Les Chroniques de Wôrjan De Muriel B. Intem

Les chroniques de Wôrjan, de Muriel B. Intem (tome 1 de la série des Chroniques de Wôrjanéditions Artalys)

Eileen est une jeune fille que la vie ne va pas épargner. A l’adolescence, alors que son plus grand désir est de connaître l’amour et le bonheur, elle va être l’objet d’atrocités qui vont la marquer à jamais.
Plus tard, une déesse va faire renaître Eileen et lui offrir une vie de combats au service du bien. Elle s’appelle désormais Maelya et œuvre pour les dieux sous la forme d’une puissante guerrière. Mais une fois encore ses propres désirs vont être contrariés par les forces du mal.
Maelya fera tout pour conduire son peuple dans la lumière, quitte à y laisser une partie d’elle-même.

Nous avons découvert les éditions Artalys avec un livre destiné à la jeunesse : Le Magicien et le Golem. Un choix plutôt bon puisque nous avions passé un bon moment de lecture.
Avec Les Chroniques de Wôrjan, on fait le grand écart à tout point de vue. Cet ouvrage, présenté comme un roman de « fantasy érotique », ne cible pas du tout le même public. Et, il faut l’avouer, nous avons été perdu en route.
Fantasy érotique, oui. Mais peut-être même un peu trop.
L’ouvrage démarre fort puisqu’on nous présente l’héroïne en pleine séance de masturbation durant un rêve particulièrement brûlant. Et pour être honnête, le reste de l’ouvrage alterne entre longs et très fréquents passages de sexe et des bribes d’histoire. L’auteur y va avec forces détails et formulations plus ou moins poétiques pour décrire ce qui constitue la majeure partie du roman. L’ensemble fini par être lassant tant l’héroïne connaît des rapports avec la quasi totalité des personnages rencontrés, même par un temps perturbés qui donnerait surtout envie aux humains d’aller se mettre à l’abri. Hommes et femmes, peut importe, tant qu’il y a du plaisir. L’auteur essaie de varier ses formules mais ne parvient pas à enlever le sentiment de déjà-lu, ni à nous rendre agréable certaines scènes vraiment crues. Sans jouer la vierge effarouchée, là, c’est vraiment trop. Le sexe prend une part prépondérante au détriment de l’histoire, quasiment inexistante. Avec tous les ouvrages que nous avons déjà lu, on en a lu des scènes torrides, mais jamais autant, ni à ce point dans le même livre. L’auteur ne suggère rien et chaque passage dure en moyenne 5-6 pages (quand ce n’est pas plus).
A contrario, l’héroïne se bat contre des ennemis présentés comme terriblement dangereux et vilains parfois sortis d’ont ne sait pas trop où, et les envoie au tapis en à peine une page et 2 phrases de conclusion. les bonnes actions de l’héroïne, censé constituer le gros de sa mission divine, sont à peine abordées en une phrase. Cela ne rend pas le personnage attachant et ne nous donne pas non plus envie de s’attacher aux autres personnages. Tout va trop vite, on passe du coq à l’âne en une phrase. Maelya devient magicienne trop vite, elle connait tout, tout de suite, elle a réponse à tout avec la magie. En clair, l’univers de l’héroïne : nous n’y avons pas cru. Nous ne sommes pas du tout entrés dedans (sans mauvais jeu de mot). Nous sommes d’ailleurs probablement les seuls à ne pas avoir succombé à son charme. Mais tant pis. Maelya vit sa vie en nous laissant de côté.
L’auteur n’a pas réussi à équilibrer son récit entre érotisme et action. L’écriture est confuse, on se perd dans des notions qui ne sont jamais vraiment expliquées comme les « Miris » et les « décades ». Quand nous pensons avoir saisit la durée temporelle d’un Miris ou une décade, un élément du récit nous incite à croire le contraire…
Plus d’une fois nous avons failli renoncer à aller jusqu’au bout du livre mais nous avons tenu bon par respect pour le travail de l’auteur et l’éditeur. Bien nous en a pris car la fin rehausse un peu notre opinion du récit. Une histoire semble prendre vie dans la toute dernière partie du roman (découpé en 3 parties) et l’écriture est bien meilleure. Bien qu’une fois encore tout se passe trop vite et ne nous laisse pas le temps de s’attacher aux personnages, l’absence de sexe pendant plusieurs dizaines de page nous a fait reprendre notre souffle. Toutefois, l’idée du bébé qui grandit extrêmement vite et bloque sa croissance à l’adolescence ne nous a pas convaincu non plus.
Pour résumer notre opinion nous avons été déçus par cet ouvrage. Il s’annonçait pourtant intéressant de par sa couverture et sa mise en page soignées, mais aussi parce que le précédent choix de l’éditeur nous avait convaincu. On a senti que l’auteur est capable de bien écrire dans la dernière partie du roman. Cependant, il nous semble qu’elle n’a pas du tout fait les bon choix quant à son scénario global. Elle n’a pas su mettre en avant les points réellement essentiels et intéressants pour s’attarder sur des scènes de sexe qui n’apportent rien à l’histoire et qui donnent surtout envie de fermer le livre et passer à autre chose. Trop de sexe tue le sexe. En plus l’érotisme, qui suggère une certaine forme de suggestion, est parfois beaucoup trop cru et nous a franchement dérangé à certains moments. Enfin, nous ne sommes pas rentrés dans l’univers global. Espérons que l’auteur saura recentrer son sujet et son héroïne dans les tomes suivants.

Avertissement : Certaines scènes de ce livre en font à livre à réserver aux lecteurs avertis.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment la littérature érotique.

Les + : L’écriture devient plus travaillée à la fin du récit.

Les – : Trop de sexe, trop cru par moment, l’auteur ne s’est pas du tout attardé sur son histoire principale ni son univers, totalement laissés de côté. Les personnages ne sont de ce fait pas très attachants, les bonnes actions de l’héroïne presque passés sous silence. L’écriture est parfois confuse et l’univers n’est pas très crédible. En bref, nous sommes restés à l’extérieur du texte.

Infos pratiques :

Broché
Editeur : ARTALYS (27 février 2012)
ISBN-10: 2953856935
ISBN-13: 978-2953856934

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s