Papillon d’Obsidienne de Laurell K Hamilton

Papillon d’Obsidienne, de Laurell K Hamilton (tome 9 des aventures d’Anita Blake, éditions Milady)

Anita a toujours une dette envers son ami Edward. Et ce dernier n’a pas oublié.
C’est pourquoi il l’appelle un jour pour demander son aide dans une horrible histoire de meurtre.
En effet, les victimes du mystérieux tueur sont toutes écorchées vives, avec la langue et les parties intimes coupées.
Anita part donc aussitôt sur les lieux, fidèle à son vieil ami et à sa promesse.
Comme d’habitude, ce qu’elle va découvrir sur place est très loin de ce à quoi elle s’attendait.
Hé oui, il se pourrait bien qu’Edward ait un coeur, finalement…

Après le décevant Lune Bleue, Laurell K Hamilton revient avec un des meilleurs tomes de la série.
Dans Papillon d’Obsidienne, l’auteur déplace l’intrigue dans un milieu Azthèque, totalement dépaysant. On aime! Cela change un peu.
En plus, les deux mâles de l’héroïne sont laissés à la maison, et on les en félicite. Grâce à cela, Anita retrouve tout son caractère et peut exercer son métier principal sans envolées lyriques et situations incohérentes.
Le scénario tien la route et nous sommes dans le doute jusqu’à la fin du roman. L’intrigue se dénoue dans les dernières pages, ce qui nous laisse tout le tome à chercher ce qui a bien pu se passer.
Comme toujours, Laurell K Hamilton creuse un peu la personnalité de ses personnages et ici c’est surtout Edward que l’on découvre. Anita est un peu effacée face à lui. On découvre la personnalité étonnante de ce tueur sans peur et sans reproches.
Quant à l’écriture, elle reste fluide et agréable, même si on sent des changements par rapport aux premiers tomes (l’écriture est plus posée, moins adolescente).

Pour qui : Les fans de vampires, de lycans, de zombies et de littérature légère dans tous les sens du terme.

Les + : Une intrigue bien menée, un tome qui reprend du souffle après le décevant Lune Bleue. On découvre des facettes de la personnalité d’Edward qu’on ne lui connaissait pas, ce qui rend le personnage plus humain. Jean-Claude et Richard sont laissés au placard, ce qui est une bonne chose. La lecture reste agréable. Un des meilleurs tomes de la série.

Les – : Le roman est extrêmement gore. On aimerait peut-être plus des crimes psychologiques au lieu de repousser sans arrêt les limites de l’horreur.

Infos pratiques :

Broché: 704 pages
Editeur : Milady (4 septembre 2009)
Collection : POCHE
Langue : Français
ISBN-10: 2811201718
ISBN-13: 978-2811201715

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s