Archives mensuelles : juillet 2012

L’Apprenti Epouvanteur de Joseph Delaney

L’apprenti Epouvanteur, de Joseph Delaney (Tome 1 de la série L’apprenti Epouvanteur, éditions Bayard Jeunesse)

Une lecture qui rappelle la très célèbre série de R.L Stine «  Chair de poule « .
On y découvre un jeune garçon, prénommé Thomas, qui a la particularité d’être le septième fils d’un septième fils.
Tous ses frères sont grands et ont du travail à la ferme ou dans le village où Thomas et sa famille vivent. Cependant, les parents vieillissent, et il faut trouver quoi faire du petit dernier. C’est pourquoi sa mère le prend en charge et demande à Monsieur Grégory, l’épouvanteur du Comté, de prendre Thomas comme apprenti afin de faire de lui plus tard un véritable Epouvanteur.
Mais qu’est-ce qu’un épouvanteur? C’est un homme qui passe sa vie sur les routes pour chasser les mauvais esprits, les sorcières, les gobelins… qui viennent tourmenter les braves gens.
Notre héros va vite s’appercevoir qu’il y a beaucoup à faire. Et il n’est pas au bout de ses surprises!
D’autant plus qu’une mystérieuse magie semble tourner autour de lui. Pourquoi dit-on qu’il « a une drole d’odeur », qui est vraiment sa mère, cette femme très intelligente capable de chasser les ombres dans la nuit et qui avait prédit depuis longtemps qu’il deviendrait « le meilleur Epouvanteur de tout le Comté »?

Une histoire captivante, riche en rebondissements. J’ai beaucoup aimé car le scénario permet vraiment une grande liberté et une grande richesse d’histoire. Nul doute que les suites prévues doivent être intéressantes. Cela fait penser à la construction des séries télévisées, où il peut tout arriver à n’importe quel moment pour n’importe quel personnage. Impossible de deviner à l’avance ce qui les attend. Le livre serait un épisode de la série.
En résumé, ce premier tome nous met vraiment l’eau à la bouche en présentant l’univers. Bien sûr, il ne faut pas oublier qu’il s’agit de littérature pour la jeunesse, donc il faut la lire avec une âme d’enfant et ne pas s’attendre à une trame trop profonde sur les problèmes cosmogoniques.

Pour qui : Pour les enfants entre 10 et 15 ans. Pour les adultes qui ont toujours une âme d’enfant.
/!\ Bayard jeunesse avertit en indiquant au dos de l’ouvrage les informations suivantes : « Pour les lecteurs avertis. » et « Cet ouvrage comporte des scènes susceptibles de heurter la sensibilité de trop jeunes lecteurs« . En effet, certains passages parlent de mort, de squelettes, de doigts coupés, de sang humain…

Les + : Une histoire bien trouvée qui laisse une grande liberté dans le tome et les prochains à venir. Ouvrage accessible également aux plus vieux d’entre nous. Une magnifique couverture imprimée de façon à ce qu’on ait l’impression de tenir dans nos mains un précieux ouvrage à la couverture de cuir (comme ceux de la bibliothèque de l’épouvanteur) et en relief.

Les – : Certains passages un peu sanglants peuvent rebuter les plus fragiles. Le prix du roman reste un frein à l’achat, surtout quand on sait qu’il y a beaucoup de tomes dans la saga.

Infos pratiques :

Broché: 275 pages
Editeur : Bayard (10 mars 2005)
Collection : LITTERATURE DIV
Langue : Français
ISBN-10: 2747017109
ISBN-13: 978-2747017107

F.J.M Ravail

Suite à notre chronique sur l’ouvrage Pieter De Bild : La Palette des Couleurs, nous avons été intrigué par l’auteur qui ne se dévoile pas beaucoup et avons voulu en savoir un peu plus sur lui et son parcours.
Cette interview a été réalisée en Janvier 2010 pour le site Limaginaria.com :

Felixita : Bonjour F.J.M Ravail. Voilà un nom très mystérieux. Pouvez vous nous en dire un peu plus sur la personne qui se trouve derrière?

F.J.M Ravail : f.j.m. sont mes prénoms, le premier est François je garde le mystère sur les deux dernier. Je sais cela fait très britannique. Je suis né à Bordeaux et la ville comme vous le savez a été occupée par les anglais il y a très longtemps certes, mais elle a longtemps fait du commerce avec l’Angleterre. Il doit me rester quelques gènes !

F : « Pieter de Bild » est-il votre premier roman? Si non, où se situe « Pieter » dans votre parcours littéraire?

FJMR : J’ai fait ma scolarité donc à Bordeaux, les beaux-arts et l’université.
Professeur d’arts plastiques j’ai enseigné en Lot et Garonne puis à Périgueux en Dordogne. J’ai mené de concert une carrière de peintre plasticien, puis en 2003 j’ai sur l’avis de ma famille commencé à mettre sur papier les histoires que j’avis l’habitude de raconter.
Parti sur l’idée d’un voyage initiatique en 2003, j’ai étoffé le texte fouillé la psychologie des personnages et je suis arrivé fin 2004 à achever ce premier roman. Puis pour des raisons d’expositions je l’ai délaissé pour trouver un éditeur qu’en 2008.

F : L’univers dans lequel évolue Pieter et ses amis semble très proche du nôtre. Pourtant, quand on lit votre livre, on sent également que cet univers est très différent puisqu’on y trouve de la magie, une école au style très anglais, et des personnages surnaturels. Pouvez-vous nous en dire plus sur cet univers si particulier qui nous fait sans cesse nous demander si l’histoire se situe dans le monde réel ou pas?

FJMR : L’histoire est volontairement placée dans un monde que l’on peut connaître, les villes hanséatiques en particulier, mais aussi dans des contrées imaginaires Cantiliaco par exemple. Cette école je l’ai pensée très
méditerranéenne mais peut-être est-elle Anglaise ?

C’est ce mélange des deux qui m’intéresse. L’imaginaire n’est simplement pas autre chose que la transcription de notre vécu, souvenir d’enfance, voyage, et de nos rêves. J’ai la chance de rêver beaucoup.

F : Pieter et ses amis forment un trio très attachant. Avez-vous puisé l’inspiration chez des personnes qui vous entourent ou bien sont-ils uniquement sortis de votre imagination?

FJMR : Les personnages eux aussi sont inspirés du vécu. Gribouille notamment. J’ai rencontré dans ma carrière environ 500 élèves par an, il suffisait d’observer et de transposer.

F : On sens dans le livre un côté « Harry Potter » (L’illustration de couverture le rappelle, mais aussi la magie, l’école…). Est-ce une volonté ou un hasard total?

FJMR : La ressemblance avec le célèbre petit sorcier ne me semble pas évidente. L’histoire est très différente. Cependant c’est peut-être sa célébrité qui nous fait oublier que des jeunes aux talents multiples sont légions dans les histoires pour enfants. Je citerai simplement le petit poucet. Harry Potter je ne l’ai pas lu. Je revendique le fait que je n’aime pas la littérature, j’aime les histoires. Je suis sans doute un cas pour un écrivain.

F : A ce propos, la couverture du roman est elle-aussi une vraie « Palette de couleur ». Qui l’a réalisée et selon quelle(s) inspiration(s)?

FJMR : J’ai réalisé une couverture complète pour ce roman, l’éditeur n’en a retenu que le personnage de Pieter qui m’a été dicté par les portraits du 17 ème et du 18 ème siècle.

F : Le fait qu’il y ait un sous-titre dans votre roman laisse sous-entendre qu’il peut y avoir une suite. Est-ce envisagé?

FJMR : Une suite est cours d’écriture. Je peux en donner le titre : Pieter de Bild – Graver dans la mémoire du temps. J’écris le soir et je prends mon temps la parution aura lieu je pense l’an prochain. Cependant pour ne pas laisser le lecteur trop en attente, j’ai le projet de mettre sur mon myspace des contes. Le premier est en ligne il s’appelle « Mouillepied et le lavoir d’or». C’est l’histoire de personnages qui apparaissent un temps très court dans les romans et sur lesquels on en apprend un peu plus.

F : Votre roman est édité chez Publibook. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur cet éditeur, comment vous l’avez connu, votre collaboration etc…

FJMR : Publibook est un éditeur parisien qui permet à la fois de l’édition de masse et de l’édition de faible quantité. Le catalogue est très fourni : des éditions universitaires, aux essais, romans etc. Je l’ai connu par mon frère qui a publié un dictionnaire géographique en trois langues. J’ai soumis mon roman au comité de lecture par envoi postal et il a été retenu. Ensuite cela a été plusieurs mois d’attente pour affiner le projet : contrat, couverture, critique, édition papier.

Retrouvez Pieter de Bild et FJM Ravail sur son myspace :
http://www.myspace.com/pieterdebild

« Entrées précédentes