Archives mensuelles : juillet 2012

The Walking Dead L’ascension du gouverneur De Jay Bonansinga et Robert Kirkman

The Walking Dead – L’ascension du gouverneur – de Jay Bonansinga et Robert Kirkman aux éditions « Le Livre de Poche ».

Le monde tel que nous le connaissons aujourd’hui a totalement disparu, faisant place à l’apocalypse et aux monstres cannibales : les zombies.
Alors que l’épidémie est arrivée vite, trop vite, et que le chaos règne désormais sur une planète où les morts ont remplacé les vivants, un petit groupe de 5 amis tente de survivre et de rejoindre un camp de survivants basé à Atlanta.
Péripéties et imprévues vont surgir tout au long de leur voyage semé d’embuches où la mort guettera le moindre survivant un peu trop curieux ou imprudent.

Je ne sais pas vous, mais moi je suis une fan des zombies. Non pas que je sois attirée par la mort, le morbide, le cannibalisme et compagnie hein, non non. Juste que j’aime beaucoup l’ambiance qui règne autour de ses créatures et que je trouve qu’elles sont un formidable moyen de prouver à quel point l’être humain peut être égoïste dans des situations aussi désespérées.
Bref, non sans avoir été influencée par les jeux vidéo à la « Resident Evil », c’est avec plein d’images en tête que je me plonge dans la lecture de ce tout nouveau livre inspiré des BD et de la série du même nom.
Très vite, le lecteur est plongé dans l’ambiance apocalyptique d’une ville presque totalement morte. Le seul espoir des survivants (dont on a rapidement l’impression de faire partie) et de gagner un camp de réfugiés qui serais basé à Atlanta. Mais comme dans tout bon film/série/livre de zombies qui se respecte, vous vous imaginez bien que la tâche ne sera pas si facile.
Les auteurs ont un rythme rapide, enchainant les phrases d’actions courtes pour accentuer la dynamique d’un récit déjà bien mouvementé.
Comme pour répondre à l’urgence de la situation, le lecteur ne connaîtra aucun temps mort dans l’histoire, les péripéties se succédant d’une façon fluide mais (je l’avoue) parfois un peu tirées par les cheveux. Le lecteur sera obligé de penser une fois ou deux que le groupe de survivants aura VRAIMENT beaucoup de chance, trop même parfois pour être réaliste.
Mais qu’à cela ne tienne ! Après tout, que savons-nous de ces situations ?
Bien sûr, les survivants en rencontreront d’autres au cours de leur voyage et ce récit sera l’occasion de voir que les êtres humains n’ont pas tous la solidarité dans la peau lorsqu’il s’agit de se serrer les coudes. Non content de devoir survivre aux zombies, il faudra également que nos héros apprennent à survivre aux autres. Mais qui est le chasseur et qui est le chassé ? La limite et mince et certains n’hésiteront pas à la franchir, pour le meilleur ou pour le pire.
Au court de l’histoire, les caractères des personnages vont se révéler et le lecteur comprendra rapidement les liens qui les unissent, étant parfois même tiraillé en même temps que les personnages entre les sentiments de l’un envers son frère et de l’autre envers son meilleur ami. Certains personnages auront des décisions difficiles à prendre et le lecteur aura presque mal pour eux. Mais nous, à leur place, qu’aurions-nous fait ?
Un livre haletant et passionnant qui ne décevra aucun fan de littérature apocalyptique, zombies, et autres esprits psychologiquement instables. Et je ne pense pas trop m’avancer en disant ça.
Bonne lecture !

Pour qui : Les fans de zombies, d’univers apocalyptique, de Resident Evil mais aussi pour ceux qui recherche un récit d’action pimenté et couillu. Et bien sûr pour tous les fans de la série The Walking Dead en BD ou en série.

Les + : récit haletant et sans temps mort, écriture fluide et rapide, personnages intéressants à la psychologie affirmée, univers réaliste.

Les – : Certains points sont un peu tirés par les cheveux.

Poche: 352 pages
Editeur : Le Livre de Poche (7 mars 2012)
Collection : Littérature & Documents
Langue : Français
ISBN-10: 2253134821
ISBN-13: 978-2253134824

Par Rowena

Publicités

Leviathan De Scott Westerfeld

Léviathan, de Scott Westerfeld (tome 1 de la trilogie Léviathanéditions Pocket Jeunesse)

Roman Coup de coeur !

Alek voit sa vie basculer un soir alors qu’on vient le chercher dans son lit. Le jeune garçon, fils de l’Archiduc d’Autriche-Hongrie croit à un nouvel exercice de pilotage. Mais en chemin, on lui apprend que ses parents viennent d’être assassiné, que la guerre menace et qu’il est activement recherché à cause de son statut de potentiel héritier de l’empire. La fuite commence alors.
De son côté, Deryn est une jeune fille qui ne rêve que d’entrer dans l’armée. Se fichant de toutes les convenances, elle se coupe les cheveux, masque sa féminité et entre dans l’armée. Elle est alors loin de se douter jusqu’où le vent va la porter.

Cette nouvelle série signée Scott Westerfeld change une fois de plus de décor. Après avoir imaginé le futur dans Uglies, raconté une réalité alternative dans Midnighters, l’auteur texan revisite notre passé historique avec Léviathan.
En effet, l’histoire mêle habilement la réalité du passé avec une fiction alternative et futuriste. Nous sommes à l’aube de la première guerre mondiale. Les nations vont devoir choisir un camp alors que les tensions menacent.
Dans ce monde à peine éloigné de la réalité, Scott Westerfeld ouvre le champ des possibles avec un style parfaitement steampunk qui voit s’opposer les Darwinistes anglais et les Clankers allemand. Tandis que les anglais créent de nouvelles espèces pour subvenir à toutes sortes de besoins, les allemands s’attardent sur la mécanique et les constructions métalliques.
L’histoire est très dynamique, nous allons d’actions en attaques, de surprises en rebondissements. Scott Westerfeld ne nous laisse pas souffler et les pages du romans s’enchaînent avec tant de facilité qu’on ne s’en rend même pas compte. L’ensemble du livre peut se résumer en quelques phrases, elle n’est pas très complexe, et pourtant l’auteur y a mis tout son talent pour la transformer en une formidable épopée.
L’univers est dépeint avec beaucoup de détails et une relative crédibilité. La galerie de personnages est intéressante car chaque personnage a son caractère particulier. Le duo de personnages principaux Deryn/Alek n’est pas le plus original car certaines de leurs actions sont attendues, mais il fonctionne efficacement. On s’attache vite à eux et on a très envie de voir évoluer leur relation dans le prochain tome.
On rit, on sourit et la curiosité d’en savoir plus est sans cesse présente. La fin de ce premier tome donne clairement le ton pour la suite et on ne peut pas fermer le livre sans avoir une furieuse envie d’ouvrir le prochain tome (Béhémoth, sorti en septembre 2011 chez Pocket Jeunesse).
Le seul petit bémol reste la description de certaines machines ou animaux que l’on peut avoir du mal à se représenter.
Heureusement, l’ouvrage est parfaitement illustré par Keith Thompson. Chacune de ses interventions arrive à point nommé pour mettre en image un passage important du livre (et ils sont nombreux). La représentation est donc parfaite et l’ouvrage sans faute.
C’est un nouveau coup de coeur pour Scott Westerfeld !

Pour qui : Les jeunes et les moins jeunes. Comme toujours les romans de Scott Westerfeld peuvent plaire à tout le monde. Que vous connaissiez ou non le steampunk.

Les + : Une histoire rapide et très dynamique où l’action est au coeur du récit. Le vocabulaire est fluide et l’ouvrage se lit sans peine. Les personnages sont attachants et l’univers dépeint très prenant. Les illustrations de Keith Thompson sont sublimes et étoffent réellement le roman. On en redemande ! Quand on termine de lire un livre et qu’il nous reste en tête pendant des jours, c’est là qu’on reconnait un coup de coeur. Et Scott Westerfeld est incontestablement un coup de coeur !

Les –  : L’histoire serait encore meilleure si elle était un peu plus complexe.

Infos pratiques :

Broché: 439 pages
Editeur : Pocket Jeunesse (16 septembre 2010)
Collection : Pocket Jeunesse
Langue : Français
ISBN-10: 226619416X
ISBN-13: 978-2266194167

« Entrées précédentes