Elmout et le Triangle d’Argent de Mélanie Alby

Elmout et le Triangle d’Argent, de Mélanie Alby (Tome 1 de la série ElmoutEditions Mansencal).

Elmout vit une vie parfaite dans le monde imaginaire. Au pays imaginaire, tout est parfait. Les habitants vivent en harmonie et ne connaissent pas le malheur. Jusqu’au jour où la santé de l’épouse d’Elmout, la fée Morelia, se met à décliner. Pour vivre, elle doit céder ses pouvoirs magiques à un être humain particulier : l’Elu. Mais personne ne sait de qu’il il s’agit et il va falloir le trouver avant qu’il ne soit trop tard. Le temps est compté.
Sur Terre, la jeune Morane ne se doute pas de l’incroyable aventure qui l’attend.

Mélanie Alby nous livre ici son premier roman.
Elmout et le triangle d’argent est un livre plein de surprises. Quelles soient bonnes ou un peu plus décevantes.
En effet, la première surprise est que cet ouvrage destiné à la jeunesse voit pour héros éponyme un « vieillard » (dans le monde magique, même si on n’en a pas l’apparence, plusieurs centaines d’années ça commence à faire vieux). Cette originalité casse les contraintes du genre et crée d’entrée une bonne surprise. De plus, sans trop dévoiler le mystère, « le triangle d’argent » n’est pas ce que l’on croit quand on entame le livre et comme le laisse penser la couverture.
Le roman commence donc fort bien puisqu’il nous montre qu’il ne faut pas se fier à ce que l’on connait.
La plume de Ménaie Alby nous fait traverser tantôt le monde imaginaire et tantôt le monde réel avec une fluidité envoûtante. La lecture est ponctuée d’illustrations destinées à nous présenter les nombreux personnages du livre. Une idée intéressante dont on regrettera qu’elle ne présente que les personnages du pays imaginaire, d’autant plus que le monde réel semble appelé à devenir secondaire dans les prochains tomes. Malgré tout, cela fait plaisir de mettre des visages sur des noms, d’autant plus que les personnages sont pour la plupart assez attachants, surtout le duo principal incarné par Morane et Thierry.
Nous avons aussi trouvé très intéressant le fait que l’auteur va et vienne entre le monde réel et le monde imaginaire. Cela suscite l’intérêt et la curiosité quant à ce qui va se passer après.
Là où nous avons été moins séduits en revanche, c’est sur le style de l’auteur.
En effet, le récit est principalement constitué de descriptions qui rendent le ton assez monotone et lent. Cet aspect peu dynamique est renforcé par une mauvaise utilisation de la ponctuation. Les phrases sont très souvent coupées par des virgules superficielles et des points de suspensions inutiles. Nous avons été étonnés de lire que la plupart des dialogues sont en fait des monologues dictés par les personnages. Ils parlent seuls à voix haute. Cela donne une drôle d’impression dans le récit. Mais on comprend que l’auteur ait eu besoin de cela pour ne pas mettre des pages et des pages de texte sans intervention orale. De même, nous avons été interpellés plusieurs fois par le narrateur de l’histoire. Il semble que ce narrateur fasse partie intégrante de l’intrigue vu qu’il commente les faits et les personnages. Or, nous ne savons absolument pas de qui il s’agit et ne savons quelle position prendre par rapport à lui.
Néanmoins, ces faiblesses ne sont pas tragiques et Elmout reste un livre intéressant à découvrir. La fin du texte promet déjà de nombreuses pistes d’évolution et donne envie d’en savoir plus. La série démarre donc tranquillement et laisse à l’auteur le temps de planter le décor. Nous pouvons mettre les quelques faiblesses sur le compte du premier roman car nul doute que les défauts de style seront estompés dans le second tome.
C’est sûr, Elmout n’a pas encore fini de nous surprendre !

Découvrez notre interview de Mélanie Alby

Pour qui : Un roman pour la jeunesse avide d’histoires extraordinaires et magiques.

Les + : L’auteur propose à la fin de l’ouvrage un récapitulatif des personnages et un lexique. Ceci est un vrai avantage et prouve que son univers est très construit et posé. Mélanie Alby sait où elle va quand elle livre sa plume au pays imaginaire. Le duo de personnage Morane et Thierry est très efficace et donne toute la dynamique du roman.

Les – : Le style de l’auteur nous semble un peu long et descriptif. Cela manque d’action et de dialogue. De même, quelques soucis d’utilisation de la ponctuation et du traitement du narrateur desservent le roman. Enfin, des deux univers, le plus efficace semble être l’univers réel, plus dynamique et moins idéal que le monde imaginaire. C’est dommage, puisque ce n’est pas tout à fait le propos.

Infos Pratiques : 

Format : 14 x 21 –
Pages : 320
Sortie : Juin 2010
Collection : Fantastique Junior
ISBN : 978 2 9536746 0 6

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s