Archives mensuelles : août 2012

Damnés De Lauren Kate

Damnés, de Lauren Kate (tome 1 de la série Damnéséditions Bayard Jeunesse)

Lucinda Price est une jeune fille de 17 ans au passé tragique. Rescapée d’un terrible incendie dont on la pense plus ou moins responsable, elle fait sa rentrée dans l’établissement de Sword & Cross, un centre pour jeunes délinquants. A Sword & Cross, Luce va faire la connaissance de Daniel et Cam, deux adolescents qui vont bouleverser sa vie et lever une partie du voile sombre qui planait sur le passé de la jeune fille.

Ce premier tome de Damnés évoque le célèbre « je t’aime, moi non plus ». Attirés comme beaucoup par la couverture, le dos du livre nous avais alléché avec son résumé dépouillé « Mon ange, ma malédiction« .
Pourtant, la mayonnaise n’a pas prise. Nous sommes restés mitigés sur notre ressenti du livre.
En effet, les bons et les mauvais aspects s’appellent et se répondent sans cesse, véritable lutte manichéenne dont personne ne sort vainqueur.
Damnés, c’est l’histoire d’une jeune fille malmenée par ses hormones, qui craque pour le beau-gosse du lycée alors que le rebelle de service n’a d’yeux que pour elle. A partir de ce moment, l’héroïne ne va cesser de s’interroger sur sa préférence et enchaîner les bourdes avec les deux bellâtres. Lecteurs allergiques aux histoires d’amour et romances poussées à l’extrême s’abstenir, ce livre dégoulinant de guimauve n’est pas pour vous.
Le style de l’auteur est plutôt agréable à lire et son choix narratif intéressant. Le roman nous est raconté par un narrateur extérieur à l’histoire, comme une voix off qui nous glisse parfois quelques confidences. Un bon point pour le roman ! Mais là où le bas blesse, selon nous, c’est vraiment au niveau de l’histoire.
La mièvrerie poussée à son paroxysme amène l’histoire à faire du sur-place. Luce tombe amoureuse des deux garçons dès les premières pages, au bout de quelques secondes. Le triangle amoureux s’installe dès les premiers chapitres sans laisser de suspense sur les sentiments de Luce. Ensuite, cela n’avance pas. L’héroïne passe son temps à pister le jeune Daniel dont le comportement indifférent n’est pas très clair, tandis que Cam fait la cour à une Luce qui répond à ses avances en dépit de ses sentiments pour Daniel. Daniel passe son temps à aller et venir sans qu’on ne sache pourquoi, à repousser Luce et à la faire espérer sans qu’on ne parvienne à déterminer ce qu’il veut vraiment. De son côté Cam fait tout pour attirer l’attention et en est presque pathétique. Luce craque pour lui mais n’en veut pas car elle préfère Daniel qui la repousse… Et caetera et caetera.
Mais le plus agaçant est sans doute le suspense que Lauren Kate a essayé de créer sans y parvenir et qui demeure durant tout le roman pour se découvrir partiellement dans les toutes dernières pages. De ce fait on ne comprends pas grand chose au sujet de Luce, Cam et Daniel, et une grande partie trouve réponse dans les derniers chapitres de manière décevante et bâclée. Pourquoi tant de mystères ? Pourquoi personne ne prend la peine de dévoiler à Luce (et au lecteur) des informations avant ? Cela nous éviterait de perdre encore des pages à chercher vainement… D’autant plus qu’à la fin du roman, nous ne sommes guère plus avancés. A l’instar de certains auteurs chez qui nous avons souligné l’art de dévoiler les mystères petit à petit, nous tenant en haleine, Lauren Kate balance tout en quelques lignes à la fin du roman. C’est rapide, décevant et hop, on passe à la suite. L’auteur était-elle limitée en caractères ? Les évènements nous semblent donc sans saveur, tout comme les personnages et l’héroïne.
L’idée d’avoir placé les élèves dans un centre de redressement pour délinquant est une bonne idée malheureusement très peu exploitée. On ne sait rien de ce qui a amené les autres membres ici. Pourquoi Cam, Daniel et les autres sont là ? Surtout quand on connait la fin du roman, on ne peut que se demander pourquoi ce choix et non pas un pensionnat ordinaire. L’idée des délinquants n’apporte absolument rien à l’histoire, ce qui est dommage.
La scène d’action finale est passée sous silence. Lauren Kate a l’air de ne pas accorder beaucoup d’importance au combat des êtres célestes alors qu’en tant que lecteur, cela nous aurait intéressé (on se demande comment font les anges pour s’affronter). Mais non. Nous n’en saurons pas plus, l’auteur préférant se concentrer une fois de plus sur un sauvetage fleur bleue digne du prince délivrant sa princesse et qui plaira sans doute à la plus jeune génération.
Quant à la personnalité des protagonistes, ils sont tous extrêmement clichés et agaçants. Outre le triangle amoureux classique on retrouve la fille jalouse et mauvaise, une extravertie, un timide, des profs sans reliefs et un traître dont le sort nous importe peu.
Le vrai point fort du livre est sans doute l’atmosphère générale qui se dégage du texte. Une ambiance lugubre, solitaire, froide. Sword & Cross est presque un personnage à lui seul. Les descriptions sont intéressantes et l’on se représente parfaitement l’univers clos et surveillé. Cette représentation nous a accroché, plongé au coeur du livre. Il nous fallait bien ça pour nous donner envie de tourner les pages et poursuivre notre lecture.
Au final, Damnés nous laisse en bouche un sentiment mitigé. Peut-être parce que devant le succès du livre (ou sa couverture?), nous nous attendions à autre chose. Nous avons passé un bon moment de lecture, mais voir l’héroïne mièvre mourir d’envie d’être embrassée par untel et prise dans les bras de l’autre nous a fatigué. Plus d’action et moins de blabla comme disait Elvis. C’est un peu avec ce ressenti que nous avons fermé ce premier tome. Moins de guimauve aussi… Un livre à lire uniquement si les ouvrages sentimentaux ne vous font pas peur, car il faut ici ajouter à la romance l’esprit contradictoire de l’adolescence.

Pour qui : Les adolescentes friandes d’histoires d’amour romanesques.

Les + : L’ambiance dégagée par le texte. Sword & Cross est bien décrit, on se représente bien l’univers. Le style de l’auteur est agréable à lire, fluide, et l’idée du narrateur extérieur est appréciée.

Les – : Une héroïne mièvre, un triangle amoureux déjà vu, une histoire plate qui peine à avancer, des révélations bâclées et tardives, l’idée du centre de redressement totalement laissée de côté au profit d’actions sans intérêts, le combat des anges passé sous silence etc….

Infos pratiques :

Broché: 439 pages
Editeur : Bayard Jeunesse (18 novembre 2010)
Collection : LITTERATURE DIV
Langue : Français
ISBN-10: 274703366X
ISBN-13: 978-2747033664

Publicités