Toxic – Homo Putridus , de Stéphane Desienne

Homo-Putridus

Stéphane Desienne – Homo Putridus (partie 1 du feuilleton numérique ToxicWalrus Books)

D’un côté, des extra-terrestres friands de chair humaine et de l’autre, une planète Terre dont les habitants se sont transformés en zombies impropres à la consommation.
Il va y avoir un problème.
Tandis que les premiers se demandent comment continuer à capturer des humains sains pour la revente, les seconds tentent d’échapper à la menace venue à la fois de la terre et du ciel.

Homo Putridus est donc la première partie d’un feuilleton numérique original puisqu’il mêle la Science-Fiction et la survie.
La première chose que je me suis dite lorsque j’ai découvert le concept est : est-ce que les deux genres, si marqués l’un et l’autre, vont pouvoir correctement se marier au sein d’un même texte ?
Après la lecture de cette première partie très riche, je me ne suis pas convaincue à 100%.
En effet, la SF est un genre très codifié, tout comme le genre à la mode en ce moment que sont les textes de zombies. Ici, même si l’auteur a une bonne plume, j’ai trouvé que le texte essaie de faire cohabiter de l’eau et de l’huile dans un même verre. Oui, cela forme un tout, mais les deux peinent à se mélanger (si tant est que l’eau et l’huile puissent se mélanger). D’ailleurs Stéphane Desienne n’a pas pris le risque de mélanger ces deux blocs dans cette première partie dont la longueur est pourtant conséquente. On se retrouve donc avec un texte oscillant entre le point de vue SF des extra-terrestres et le point de vue survie des humains au sol. Les chapitres alternent l’un et l’autre pour donner l’impression d’une unité. Il va bien falloir que ces deux univers se rencontrent, mais ce n’est pas pour ce premier volet qui se contente d’introduire la série.
Ce que j’ai trouvé intéressant dans Homo Putridus, c’est toute la partie SF qui soulève des points que je n’avais pas encore lus avant. Les ET se sont répartis la galaxie en morceaux dont certains entrepreneurs ont fait l’acquisition dans le but d’exploiter les planètes et leurs habitants. Bingo pour le propriétaire de la partie où se situe la Terre puisque les ET sont friands de viande humaine. Un petit pactole pour lui en perspective. Problème : sa mine d’or est pourrie jusqu’à l’os par un virus dont  on ne sait rien. Espèces originales et technologie de pointe sont au programme de cette partie.
Étant fan absolue de zombies, j’ai été plutôt déçue par la partie « survie ». Ayant lu beaucoup de livres sur le sujet, je n’ai pas trouvé d’originalité dans ce morceau. J’y ai retrouvé la ville de New York, Atlanta, des situations proches de celles de Resident EvilWalking Dead ou certains grands films de genre. Bref, l’auteur a repris ce qui se fait de plus classique dans le zombie en ce moment pour y placer son texte. Le futur décrit dans ses lignes ne change pas énormément de la vie que l’on connait actuellement et on est obligé de calquer les évènements sur la vie actuelle.
Seuls certains personnages sortent du lot pour leur potentiel, comme Alva la chanteuse toxico ou Dewei l’asiatique autiste. Pour le reste, on trouve les classiques indispensables que sont l’infirmière ou le militaire. Assez peu de surprise de ce côté là.
Enfin, le cliffhanger avec lequel l’auteur nous laisse est plutôt attendu mais suffit à nous poser la question ultime : Pourquoi ?
Cette fin donne forcément envie d’en apprendre plus, surtout que vu la taille de ce premier épisode, l’auteur a su créer un univers riche où les péripéties s’annoncent nombreuses.

Découvrez  notre interview de Stephane Desienne

Pour qui : Avec le mélange des genres, ce titre brasse large et saura plaire aux lecteurs de zombies et de vaisseaux spatiaux.

Les + : Un univers riche et une longueur conséquente pour ce premier volet. La partie Sf est bien travaillée avec des originalités et des spécificités encore jamais lues. Sur Terre, certains humains promettent des situations intéressantes comme Dewei ou Alva. Enfin, la plume de l’auteur est agréable et le récit bien écrit.

Les – : Les deux univers ne se mélangent pas pour l’instant et il faudra faire preuve de tact pour les mélanger correctement. Le manque d’originalité de la partie Zombie est une vraie déception.

Infos pratiques
Marque éditoriale : 
Walrus
ISBN : 9782363761910
Langue :  Français

Publicités

6 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s