La Novolitza, de Gauthier Hiernaux

la-novolitza

La Novolitza, de Gauthier Hiernaux (tome 4 de la série Grandeur et Décadence de l’Empire de la Nouvelle Ereéditions Chloé des Lys)

A la mort de l’Impérator, les choses vont changer. La prostitution, jusqu’alors très lucrative, va se voire interdite par les puissants conservateurs.
Ainsi va naître La Novolitza, organisation résistante et stratégique, bien décidée à ne pas se laisser dicter sa conduite.
Mais dans l’ombre d’un abattoir, d’autres drames se nouent. Des rancœurs resurgissent et des griefs longtemps enfouis ne resteront pas impunis.

Ce texte est la suite du Triangle sous le sable. Bien qu’étant une suite, ce roman peut se lire de façon indépendante même si certaines subtilités échapperont forcément à la lecture. Comme j’avais lu le tome précédent il y a un moment, c’est un peu comme si je redécouvrais la série.
Toutefois, j’ai retrouvé dans ce livre ce que j’avais apprécié dans le précédent, mais aussi ce qui m’avait moins plu.
Pour commencer, je retiens surtout l’histoire. Une histoire intéressante, jamais vulgaire en dépit du fait qu’elle se passe dans le milieu de la prostitution. J’ai apprécié le fait que l’auteur ne baigne pas dans le sexe facile, les scènes glauques ou écœurantes, juste pour illustrer l’environnement dans lequel il veut nous emmener.
Dans La Novolitza, aucune scène torride ni vulgaire. La plume de l’auteur sait se concentrer sur l’essentiel. Ainsi plonge-t-on au cœur des complots et des manigances, des stratégies et des trahisons. L’ensemble tient la route, est crédible, et je n’ai eu aucun mal à imaginer que de telles choses puissent également se produire dans notre monde actuel. Le milieu de la nuit y est dépeint dans sa violence quotidienne, cette emprise digne d’une mafia, et les lourds enjeux financiers que cela implique. Gauthier Hiernaux nous montre qu’il faut se méfier des apparences.
En revanche, j’ai toujours du mal à entrer dans l’univers véritable de l’auteur. En effet, Gauthier Hiernaux écrit de manière extrêmement médiévale, à grand renfort de termes, d’expressions et d’élocutions des personnages. Pourtant, l’usage de matériel tel qu’un ordinateur portable, un ascenseur, un TeleCom (certainement un smartphone) est normale.
Pas pour moi.
Si le parti pris se concentre sur un univers médiéval, j’ai du mal à croire qu’il n’en soit pas ainsi pour tout. Si cette société a régressé au point de porter des oripeaux, de redevenir polythéiste et de se battre avec des flèches et des épées, elle ne peut pas avoir gardé de telles technologies.  J’ai vraiment du mal avec cet aspect du livre car je suis perdue dans cet univers qui me paraît de ce fait plutôt bancal.
De même, les personnages s’expriment avec un vocabulaire digne de valets et d’écuyers. L’abondance de mots coupés par des apostrophes rend parfois la lecture difficile, et la répétition à outrance du terme « point » pour remplacer notre actuel « pas » place clairement l’intrigue plusieurs centaines d’années en arrière. De même que le système de castes ou de nobles.
Je me dis que si cette société est postérieure à la nôtre, certains acquis auraient forcément dû être conservés. De ce fait j’ai du mal à entrer totalement dans cet univers.
Mais je parviens tout à fait à placer le texte dans un univers médiéval 500 ans en arrière. Du coup j’ai l’impression que la technologie est au service de la pirouette scénaristique quand l’auteur pêche à trouver une façon de parvenir à ses fins dans un contexte où le pigeon voyageur mettrait du temps à transmettre un message.
La Novolitza est donc dans la pleine lignée du Triangle sous le Sable et offre tout de même un bon moment de lecture.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les intrigues stratégiques et les univers médiévaux.

Les + : Une intrigue intéressante, un récit qui n’est pas tombé dans le piège de la vulgarité et un récit plaisant à lire.

Les – : La difficulté à entrer dans le cadre spatio-temporel du fait des anachronismes, surabondance d’apostrophes dans les dialogues, et parfois trop de personnages.

Infos pratiques
Relié
Editeur : Chloe des Lys (8 mars 2012)
ISBN-10: 2874596108
ISBN-13: 978-2874596100
Dimensions du produit: 21 x 15 x 10 cm

 

Publicités

Un commentaire

  • Bonjour et merci pour cette fiche de lecture.
    Je suis parfaitement conscient que le mélange d’époques peut décontenancer le lecteur et j’ajouterais même que celui-ci est tout à fait voulu. La saga est constituée de 10 tomes et, comme vous l’avez signalé, vous avez lu le quatrième. Quel est ce monde? Comment les générations futures en sont-elles arrivées à ne plus utiliser d’armes « létales »? Pourquoi sont-ils revenus à vénérer plusieurs divinités? Les explications viendront par la suite.
    Le tome 5 (Nouvelles de l’Est) est sorti l’année dernière aux éditions Chloé des Lys.
    Le tome 6 (Les Enfants de Jafez) est entre les mains du Comité de lecture. Cet ouvrage soulèvera un coin du voile.
    Le tome 7 est déjà écrit et sera envoyé au cours de l’année 2014. Ce dernier opus fera la lumière sur la société de la Nouvelle Ere. J’espère de tout coeur qu’il vous plaira.
    Bonne journée et merci encore d’avoir pris la peine de me lire.
    Gauthier Hiernaux
    http://www.grandeuretdecadence.wordpress.com

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s