Les Anges de l’Ombre, de Malaïka Makumi

les-anges-de-lombre

Les Anges de l’Ombre, de Malaïka Makumi (one shot, éditions du Petit Caveau)

Les Anges de l’Ombre est un recueil de nouvelles vampiriques. Certaines ont déjà été publiées et d’autres sont inédites au recueil.

La chance de ce recueil est que la majorité des nouvelles ont été écrites avant la période Twilight et le déferlement qu’on lui connait. Cela a au moins le mérite de traiter le vampire dans la vision que l’on pouvait en avoir avant, c’est-a-dire autrement que comme un écervelé bouillonnant d’hormones et avec un coeur gros comme ça.
L’auteur nous prévient dès le début : elle nous dépeint dans cet ouvrage sa propre vision du vampirisme. L’avantage, c’est que l’ensemble des nouvelles nous montre une facette complète de cette vision, sachant que chaque titre apporte son lot de nouveauté.
Ce qui m’a frappé dans le recueil est le style de l’auteur. Fluide, il se lit avec facilité et porte en lui un charme romantique un peu suranné, tels que c’est le cas dans les romans de Lydie Blaizot par exemple. Mais ici, au-delà du style, ce qui marque est l’incroyable richesse du vocabulaire employé par Malaïka Makumi. Les textes sont riches, précis, sans lourdeur, ni répétition, ni tique de langage. Tout est parfaitement en place.
Les nouvelles qui m’ont le plus marqué sont Balthus, pour le charisme de son personnage, ainsi que Les Marques du Vampire. J’ai aimé l’idée de faire se poursuivre l’histoire plus tard dans le recueil à travers un second texte mettant en scène les mêmes personnages. La Grand’Cherrée est également un joli texte, bien qu’il faille posséder quelques notions de folklore breton pour tout comprendre. Je citerai également Délires Nocturnes, car le personnage principal et l’intrigue sont savoureuses.
Du côté des déceptions, je place en tête de liste la nouvelle De Profundis. Pour cette formule que j’affectionne particulièrement, j’ai été déçue par ce texte manquant d’épaisseur et de matière. Ceci est mon corps m’a également moins convaincue, peut-être un peu trop glauque.
Dans l’ensemble, ce recueil est agréable à lire et plaisant. Malaïka Makumi alterne entre les époques et les héros aux personnalités diverses. Cependant, je regrette que la figure vampirique soit essentiellement ramenée à un bel homme ténébreux aux cheveux longs et de style baroque/victorien, tandis que les femmes ressemblent aux âmes représentées par Victoria Frences. Cela dit, l’auteur nous avait prévenue dès le départ et je suis plus sensible à ce charme classique qu’à la mollesse moderne.
Un livre bien construit en tout points qui ravira tous les fans de créatures de la nuit.

Les + : Des textes au charme romantique, une richesse de vocabulaire exceptionnelle, des histoires agréables à lire et plusieurs personnages très charismatiques.

Les – : Une forme vampirique dans ce qu’elle a de plus classique, sans grande prise de risque.

Infos pratiques :
Date de parution: 
15 février 2011
ISBN: 978-2-9533892-9-6
Nombre de pages: 290
Prix de vente: 17,90 € (en version papier) 6,99€ (en version numérique)
Illustration de couverture: Alexandra V. Bach
Collection: Sang de Brume

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s