Archives mensuelles : décembre 2013

Tes mots sur mes lèvres, de Katja Millay

tes mots sur mes levres

Tes mots sur mes lèvres, de Katja Millay (one shot, éditions Territoires)

Nastya et Josh sont deux adolescents abîmés par la vie. L’une a cessé de parler suite à un grave traumatisme, l’autre se réfugie dans le travail du bois pour oublier sa solitude. Et puis un jour, les deux se rencontrent. Il faut d’abord communiquer par des gestes, ou par le silence. Viennent ensuite les mots, les confessions, chacun s’ouvre à l’autre comme pour trouver un remède à ses maux. Mais peut-on vraiment guérir lorsque l’on n’a plus aucun repère ?

Ce premier livre de Katja Millay est tout en émotions. Raconté avec l’alternance des points de vue des personnages, le récit se lit comme une introspection. Les deux se livrent, se confient, à la fois à l’autre mais aussi au lecteur. Nous en apprenons plus au fil des pages sur les souffrances de deux êtres à qui la vie n’a pas fait de cadeau.
On pourrait penser que cet ouvrage tomberait dans le pathos, comme c’est parfois le cas dans les récits tragiques. Mais non. On est tenu en haleine de bout en bout par les émotions des personnages et, bien sûr, par la tension sexuelle omniprésente. On attend que les personnages craquent, qu’ils se cèdent, et pour cela le livre sait très bien nous faire languir.
Le point fort de ce livre est qu’il ne nous présente pas des personnages d’ados insipides et prudes comme on en lit souvent dans les ouvrages américains destinés à la jeunesse. Ici les personnages sont bruts, très humains, et rien n’est caché. Certains passages sont violents, d’autres touchants, émouvants… bref, l’auteur sait nous dépeindre l’immense palette émotionnelle qui habite les jeunes gens de cet âge. Cela donne au livre une réelle dimension adulte et ces derniers peuvent le lire sans mal. Le tragique des histoires touchera forcément les jeunes et les moins jeunes.
Côté personnages, ils sont tous très attachants. Leurs actions ne sont pas toujours rationnelles mais on comprend, on les excuse, on leur pardonne. Que ferions-nous à leur place ? Comment réagirions-nous ? Je n’ai pas rencontré un seul personnage qui ne m’ait pas convaincu.
Le style est également très juste dans ces propos. Katja Millay n’a pas fait parler ses personnages à coup de clichés et stéréotypes sur la jeunesse, et pourtant on y croit. Ces ados sont, dans toute la tristesse de leur condition, incroyablement normaux.
Toutes cette finesse et cette justesse n’est pas facile à créer, c’est pourquoi certains passages du livre trainent un peu en longueur. On sent que l’auteur ne veut pas dévoiler trop d’informations d’un coup de manière à ménager l’intérêt, cependant à livrer ses révélations au goutte à goutte, quelques passages sont redondants et long.
On pardonnera quand même cet aspect, tout comme celui qui donne au hasard des airs de providence à plusieurs reprises. En revanche, j’ai été déçue par la fin, lorsque Nastya rencontre son bourreau. La scène m’a semblé trop brève, trop rapide, et le dénouement expéditif. J’aurais aimé que l’on s’attarde plus sur cette partie du récit qui, si elle n’est pas essentielle, reste importante.
Pour finir, je dirai que l’ouvrage a un fort potentiel cathartique. Je me suis même demandé si l’auteur n’écrivait pas d’abord pour elle, pour exorciser un traumatisme dont elle aurait été victime, tant on sent que ce livre lui est proche.
Une lecture toujours émouvante et jamais vulgaire à recommander sans modération.

Pour qui : Pour tous, les ados, les adultes…

Les + : Une histoire originale, une écriture juste et vraie, jamais de vulgarité, des personnages attachants et une forte dose d’émotion.

Les – : Certains passages sont un peu longs du fait de la diffusion au compte-goutte des informations. Le hasard qui fait parfois un peu trop bien les choses, et une fin que j’ai trouvé trop rapide par rapport aux promesses.

Infos pratiques

Broché
Editeur :
Fleuve Noir (2 janvier 2014)
Collection : TERRITOIRES
Langue : Français
ISBN-10: 2265097942
ISBN-13: 978-2265097940

Mutante, de Sophie Dabat

mutante

Mutante, de Sophie Dabat (premier tome de la trilogie Le sang des chimères, éditions du Riez)

La jeune Syrine est victime d’un mal inexplicable. D’étranges bosses poussent dans son dos et la font affreusement souffrir. Bien qu’elle soupçonne une maladie rare, comment expliquer les envies de sang, de violence, et la voix dans sa tête ? Est-ce que tout cela pourrait avoir un lien avec la soudaine affectation de son père à Rennes, un scientifique pourtant ordinaire ?

Je vais commencer par parler de la couverture de ce roman, une chose que je ne fais pratiquement jamais. J’avoue que c’est la couverture qui m’a attirée ici car elle est vraiment très jolie et attractive. Les tons froids, la jeune fille, la typographie, tout m’a plu. Or, je trouve, après avoir lu le livre, que cette couverture est trop étoffée. L’histoire qu’elle raconte en effet nous en dit trop. Bien que l’on se doute rapidement de la nature du mal qui tourmente l’héroïne, nous n’avons jamais l’occasion de penser qu’il puisse s’agir d’autre chose aux vues de cette couverture on ne peut plus explicite. Le cœur du livre étant centré sur les excroissances dans le dos de l’adolescente, cette couverture trop fournie gâche l’effet de surprise. C’est dommage car comme je l’ai dit elle est très belle et fonctionne bien pour attirer l’attention.
Toutefois, outre ce léger détail, il faut reconnaître que cette lecture est loin de m’avoir emballée. Trop de choses m’ont dérangée et je suis réellement déçue par cet ouvrage.
Tout d’abord, l’héroïne. Je ne me suis absolument pas attachée à elle, je n’ai pas du tout compris ses réactions ni son silence. Pourquoi ne pas parler de ses problèmes à ses parents ou au moins à une tierce personne au lieu de s’enfoncer dans la violence ? Certes, si elle avait parlé dès le début, le livre n’aurait pas été aussi fourni et l’histoire aurait pris un autre tournant. Mais quand même, pourquoi se murer dans le silence et se laisser ainsi ronger par l’inquiétude ? Pourquoi refuser les mains tendues par sa famille (par la figure maternelle, notamment) pour venir se plaindre en fin d’ouvrage que personne n’a voulu l’aider ? Syrine m’est apparue comme une fille égocentrique et égoïste, centrée uniquement sur ses problèmes.
Là où je voudrais pousser un petit coup de gueule, c’est surtout dans le début du livre, lorsque l’auteur insiste avec une lourdeur écrasante sur les origines étrangères de son héroïne et sur le fait que, si on la rejette, c’est en partie à cause de cela. Stop. Non. Par pitié. Si je suis la première à m’indigner que le racisme existe encore, je ne peux que m’indigner d’avantage lorsque je vois des auteurs qui mettent en cause les origines étrangères de leurs personnages pour expliquer leur rejet ou le mépris dont ils font l’objet de la part des autres. Non. Arrêtons de mettre les héros d’origines étrangères dans des cases. Arrêtons de mettre l’accent là-dessus. Ce n’est pas en insistant sur leur différence que l’on arrivera à prôner l’égalité entre les personnes. Pourquoi souligner cela ? L’histoire pourrait très bien se passer de cette mise en lumière des origines, plus que lourde, et sur les méchants élèves qui en veulent à cette ado « arabe » et différente. Je comprends que la culture familiale de l’héroïne ait de l’importance pour expliquer certains faits, mais insister autant sur le fait que Syrine est aussi rejetée dans son lycée breton parce qu’elle est arabe alors qu’à Marseille tout allait bien, je regrette mais cela m’indigne. C’est contraire à ma vision de l’incitation à la tolérance. Quand on arrêtera de souligner à ce point que les héros sont « arabes » (pour reprendre le terme employé dans le livre), on aura franchi un pas important dans l’égalité entre les êtres. Ce n’est pas le cas ici.
Dans l’ensemble, les personnages sont très clichés. Je regrette le manque de nuance dans leur personnalité. On trouve le garçon attiré comme un papillon vers l’héroïne en souffrance même si cette dernière l’envoie balader violemment, l’adjuvante mauvaise de prime abord et qui se révèle pas si mauvaise que ça, les méchants hommes des services « secrets » que l’on trouve par exemple dans Prison Break, les profs un peu simplets, la grand-mère bienveillante etc… Le hasard fait aussi toujours extrêmement bien les choses et Gauthier a toujours réponse à tout, même quand cela demande des compétences très techniques (savoir construire en quelques heures un super harnais de protection pour les ailes, aussi ergonomique que solide, c’est un miracle qui tombe à pic!).
Bref, tout dans ce livre m’est apparu comme cliché. L’auteur a d’ailleurs eu raison d’aborder l’histoire des films de la saga X-Men (dont je suis une grande fan) car l’inspiration est on ne peut plus évidente. De l’évocation d’une école pour mutants jusque dans certaines scènes, là encore très clichées (je ne sais pas voler mais pour échapper à mon poursuivant je me jette par la fenêtre, que je fracasse au passage, et ô miracle j’arrive à voler !). Les paroles de la femme Djinn sont presque comiques, et la jeune fille qui la suit sans se poser de questions… Je n’arrive pas à trouver un passage qui ne m’a pas semblé surfait dans son style ou son récit.
Parlons-en, justement, du style.
Il n’est pas mauvais, la lecture est agréable et les mots simples faciles à comprendre. Cependant le style est souvent naïf, il reste en surface et manque de nuances. L’héroïne passe son temps à « crier/hurler » par exemple. Je me suis parfois perdue dans des dialogues exclusivement féminin car l’utilisation abusive de « la jeune fille » ou « l’autre » au lieu de choses plus précises m’ont parfois fait perdre le fil de la discussion. Les actions et émotions de Syrine sont toujours dans les extrêmes, elle pleure souvent, résiste peu, souffre beaucoup… trop. La majorité du livre passe son temps à nous rabâcher que l’ado souffre. Cela crée d’énormes longueurs. Je comprends bien que ce premier tome se focalise sur la naissance de la nouvelle Syrine et sa transformation (que l’on connait dès la couverture) mais de nombreuses scènes se répètent et ne font guère avancer l’histoire. Je passerai sur le cliché de l’ado qui écrit sur son blog avec moult abréviations incompréhensibles et horriblement difficiles à lire, comme si être ado et avoir un blog impliquait forcément d’écrire comme un pied avec un clavier amputé de la moitié de ses lettres.
Bref, vous l’aurez compris, ce roman ne trouveras probablement pas ses suites dans ma bibliothèque. Les parutions du Riez m’avaient habituée à plus de surprise et d’originalité.

Pour qui : Les ados qui ne connaissent pas X-Men.

Les + : Une jolie couverture et un style facile à lire.

Les – : Style naïf, manque de profondeur, de nombreuses longueurs dans l’histoire, des personnages agaçants et/ou insipides, des clichés à foison, du déjà-vu/lu… et une couverture qui tue dans l’œuf tout le suspense de l’intrigue.

Infos pratiques
Date de parution : 30 Mai 2013
ISBN : 0978-2-918719-64-9
Pages : 580 pages
Format  : poche (11cm/17,5cm)

Illustration de couverture : Alexandra V.Bach

« Entrées précédentes Derniers articles »