Archives mensuelles : février 2014

Mary Wollstonecraft, de Salyna Cushing-Price

Mary-Wollstonecraft

Mary Wollstonecraft, de Salyna Cushing-Price (one shot, éditions Lune Ecarlate)

La jeune Mary garde en elle une blessure profonde : elle se sent responsable de la mort de sa mère à sa naissance. Mais un jour, pour relever un défi d’écriture, Mary trouve par hasard un étrange carnet qui va bouleverser ses croyances et son existence.

Mary Wollstonecraft est une courte nouvelle qui se lit rapidement et d’un seul trait. Premier texte publié de l’auteur Salyna Cushing-Price, il met en scène la fille du personnage éponyme à travers un moment de sa vie qui changera toute son existence.
Je me suis demandée tout au long de la lecture où l’auteur voulait nous emmener. L’ambiance est installée de manière agréable, on est vite plongé dans l’époque du récit grâce à un vocabulaire approprié et le style est suffisamment fluide pour qu’on se laisse emporter.
Cependant j’avoue que tout le long de ma lecture, je me suis demandée où l’auteur voulait en venir. Je voyais le texte se réduire et je ne voyais toujours pas comment cela pouvait se finir (si l’histoire devait se finir, bien sûr). Pourtant, la fin, qui tombe dans les dernières phrases, apporte une jolie conclusion à ce petit texte. Quoi que pour la savourer pleinement, encore faut-il ne pas connaître les personnages cités dans le texte. L’ensemble des personnages ont effectivement existé. L’auteur les as replacés dans la bonne époque, avec les bonnes dates et les bonnes conclusions. Ceux qui connaissent donc un peu les protagonistes et les faits ne seront pas surpris et l’histoire perdra certainement de sa saveur. En ce qui me concerne, ce ne fut pas mon cas et je n’ai donc pas vu venir la fin.
Cette conclusion inattendue pour moi donne à cette nouvelle tous les ingrédients qui font à mes yeux une nouvelle digne de ce nom : Récit court, personnages peu approfondis car ce n’est pas le propos, accent mis sur des faits intéressants et des péripéties qui se succèdent, une chute inattendue. Le tout en très peu de pages.
Voilà. Point final.
La chronique n’est pas très longue car le texte non plus. Que dire de plus si ce n’est « le texte est bon et l’histoire intéressante ? ». L’auteur a mêlé fiction et réalité dans une composition sans accro. On pourra simplement reprocher au texte un effet un peu « saccadé » au début, le temps sans doute que l’auteur elle-même rentre dans son histoire. Le reste du récit est ensuite plus fluide.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les histoires courtes et rapides.

Les + : Une courte nouvelle bien écrite et avec une bonne chute.

Les – : Le style est un peu saccadé au début avant de se fluidifier.

Infos pratiques

Illustrateur : Daswhox
Collection : Gothic
ISBN : 978-2-36976-039-9

Taurus, la Génisse Sacrée, de Liliane Cesari-Ferrero

Taurus-la-genisse-sacree
Taurus, la Génisse Sacrée
, de Liliane Cesari-Ferrero (tome 2 de la série Les Douze élus de Zeuséditions Terriciae)

Zeus tombe fou amoureux de Io, jeune prêtresse d’Héra. Mais Io est mortelle, et Héra très jalouse. La vengeance de la déesse sera terrible et Zeus devra user de toute sa ruse pour protéger celle qu’il aime.

Ce second tome, après Aries, nous propose de découvrir la naissance de la constellation du Taureau. Liliane Césari-Ferrero suit donc ainsi la logique zodiacale qui commence son cycle par le Bélier et le terminera douze signes plus tard par le Poisson.
L’ouvrage est épais et l’écriture petite. Lorsque vous prenez le titre en main pour la première fois, vous savez que vous allez vous attaquer à quelque chose de consistant. Et effectivement, le roman tient toutes ses promesses.
Cependant, le style n’est absolument pas lourd ou difficile. Il se lit bien. Il faut se donner un peu la peine d’entrer dans les aventures des personnages mythologiques (et mythiques) car l’environnement hellénique n’est pas aisé à prendre en main (les noms, appellations, lieux… sont autant de difficultés à surmonter quand on n’a pas l’habitude). Je me suis surprise à plonger avec passion dans cet univers que j’avais hâte de retrouver lorsque je devais laisser le livre pour mes occupations de mortelle. J’ai dévoré les histoires des héros grecs, le formidable voyage autour de la Méditerranée que l’auteur nous propose. L’histoire de Io est un prétexte à raconter aussi tout ce qui se passe autour. La guerre de Troie, les créations des détroits, les caractères des dieux… ainsi apprenons nous une foule de choses très intéressantes sur les faits d’hier qui marquent encore notre monde aujourd’hui. L’influence d’Ovide est indéniable, mais pas seulement. L’incroyable bibliographie de fin d’ouvrage prouve, si preuve il faut, que l’auteur connait son sujet.
Comment ne pas se prendre d’affection pour les personnages, tantôt émouvants, tantôt énervants, agaçants, mais toujours attachants ?
Ce qui frappe est l’incroyable érudition de Liliane Césari-Ferrero pour ce monde qu’elle « vulgarise » avec autant de talent, plaçant ainsi à la portée d’un plus grand public les hauts faits de la mythologie antique.
Taurus m’a semblé plus organisé que Aries, et plus facile à lire. Cette amélioration n’est pas négligeable et a quasiment fait de Taurus un coup de coeur !
Mais ce qui fait la force de l’ouvrage constitue aussi sa faiblesse. La masse d’informations est en effet si conséquente qu’elle en devient frustrante. Frustrante de se dire que l’on ne pourra pas retenir toutes les subtilités, tous les faits, tous les noms… Combien de fois me suis-je écriée « Ha oui! » en découvrant pourquoi tel ou tel lieu portait ce nom (question que l’on ne se pose sans doute pas assez). Pour autant je ne suis pas sûre de m’en souvenir, tant l’information est perdue au milieu de milliers d’autres. Cela est peut-être dû à ma mémoire qui n’est pas suffisamment experte et je ne pense pas qu’il faille tenir rigueur de cela car c’est, comme je l’ai dit plus haut, la principale force de l’ouvrage.
En revanche, le point « noir » que je soulèverai est l’abondance de notes de bas de page qui coupent abusivement le récit. Certes il est bon d’avoir toutes les clés de l’univers en main pour l’aborder pleinement, mais je regrette que l’auteur n’ait pas intégré toutes les informations au coeur même du récit, car j’avoue ne pas avoir lu toutes les notes pour garder mon plaisir de lecture.
Taurus reste un livre à découvrir et à posséder si vous aimez la mythologie. Nul doute que vous passerez d’incroyables moments de lecture en compagnie de la plume « ovidienne » des temps modernes. Merci à l’auteur de remettre à portée de tous ces pans oubliés de l’histoire de nos civilisations.

Pour qui : Les passionnés de mythologies, du zodiaque, d’histoires et de héros.

Les + : Une mine d’informations précises, documentées, un style abordable et accessible à tous, des histoires intéressantes.

Les – : Beaucoup d’informations et de notes de bas de pages qui cassent parfois le récit.

Infos pratiques

Broché: 504 pages
Editeur : Terriciae (1 novembre 2013)
Langue : Français
ISBN-10: 2365790488
ISBN-13: 978-2365790482

« Entrées précédentes