Jeu Mortel à Echo Bay, de Jacqueline Green

Jeu mortel à Echo Bay

Jeu mortel à Echo Bay, de Jacqueline Green (tome 1 de la série Truth or Dare, éditions Territoires)

Dixie revient à Echo Bay après plusieurs années d’absence. Cette jeune fille aisée est très excitée à l’idée de retrouver sa meilleure amie Caitlin. Pour fêter son retour, elle décide d’organiser chez elle une fête géante durant laquelle elle lancera son jeu préféré : Action ou vérité. Sydney est plus marginale. Elle n’a pas grand-chose à voir avec les deux filles bourgeoises. Discrète, elle tente de se reconstruire après de douloureux évènements. Si à priori rien ne reliait ces trois personnalités très différentes, tout va basculer quand les filles vont recevoir de mystérieux messages. Le maître chanteur ne demande rien de moins que la réalisation de défis sous peine de voir leurs plus profonds secrets révélés à la face du monde. Quand Action ou Vérité devient plus qu’un jeu, une menace…

Alléchée par le résumé et la très jolie couverture, j’ai entamé avec impatience ce titre. Jacqueline Green réussit parfaitement à nous faire plonger dans l’univers d’Echo Bay, ses problèmes de riches et ses gamines désœuvrées. On nous parle très vite des Filles perdues, ces ados belles et riches mystérieusement mortes lors du festival d’automne. Il y a de quoi faire avec un pareil terreau ; d’autant plus que l’auteur manie très bien sa plume, sans lourdeur et avec un vocabulaire plutôt riche. Avec toutes ces pistes ma lecture a été effrénée à tel point que je n’ai pas ressentie la longueur de l’histoire à se mettre en place. Du moins, pas vraiment. Le premier message arrive tardivement dans l’histoire mais le récit qui le précède sert à lui donner toute sa force et son drame. A l’heure où il intervient, le lecteur est plongé dans la vie des trois héroïnes et ce message vient tout perturber, tout faire voler en éclat.
Par la suite, je suis descendue de mon nuage.
Ce livre est plein de bonnes idées : la narration des trois points de vue, les messages, le doute qui s’installe et les soupçons, la malédiction… J’ai apprécié entrer dans la peau des filles et me mettre, moi aussi, à douter de tout le monde. Cependant, j’ai moins adhéré au fond des choses. Les secrets menacés m’ont semblé futiles (peut-être parce que je ne fais pas partie de cette Amérique matérialiste), le festival est sous-exploité, les filles Perdues totalement absentes de la trame de l’histoire, et je me suis souvent dit que bien des problèmes seraient évités si les filles prenaient la peine de se parler au lieu de se cacher. Premier point, mais soit, après tout je ne sais pas comment je réagirais si j’étais aussi victime d’un maître chanteur.
Pourtant, plus je lisais, plus je devenais accro à cette histoire. Les trois filles m’ont vraiment intéressée et j’avais hâte de connaître le dénouement. Et c’est bien là le souci. Plus je lisais, plus les pistes se rétrécissaient, plus je me disais que j’allais être déçue. Au fil des pages revenait sans cesse la même question « comment l’auteur va-t-elle justifier tout cela d’une manière crédible » ? Vu comme la mayonnaise était montée, vu toute la complexité des intrigues, je m’attendais à du grandiose, du spectaculaire, de l’inattendu…. mais ce fut un flop. Une déception proportionnelle à mon addiction.
En fait le dénouement ne m’a absolument pas convaincu. Je ne sais pas si l’auteur envisageait un one-shot ou une série lorsqu’elle a écrit cette histoire, mais on dirait que l’idée d’une suite ne lui est apparue qu’à quelques pages de la fin. De ce fait, le dénouement tombe à plat. Je suppose que ce cliffhanger était censé me tenir en haleine, m’allécher, au lieu de cela il m’a tout bonnement inquiété. Avec une fin pareille, je doute que l’auteur puisse expliquer de manière crédible tous les faits de ce premier tome. A vrai dire, je me demande même si elle sait où elle veut aller.
Je m’attendais à ce que le festival d’automne soit le point culminant de l’histoire, mais il n’en est rien. On ne sait pas trop ce qu’il vient faire dans le roman ni même à quoi servent les 3 disparues.
Cet épisode du maître chanteur n’aurait pu qu’être le premier épisode d’un plus grand projet pour une série, pas l’unique événement.
Mon intérêt pour l’histoire a donc été stoppé net, frappé en plein vol par une fin qui n’a pas été à la hauteur.
A mes yeux ce roman avait pourtant tous les ingrédients d’un coup de cœur.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les histoires à suspense.

Les + : Plein de bonnes idées, des personnages agréables et une plume fluide.

Les – : Une fin décevante, des ficelles narratives sous-exploitées. Le festival et les filles perdues restent en fond et n’ont finalement que très peu d’intérêt.

Infos pratiques
Broché
Editeur :
Fleuve Noir (6 mars 2014)
Langue :
Français
ISBN-10:
2265097977
ISBN-13:
978-2265097971

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s