Apocalypse, de Jeff Balek

apocalypse

Apocalypse, de Jeff Balek (épisode 6 du feuilleton numérique Le Waldgänger, 45min)

Suite et fin de ce feuilleton numérique. Dernière ligne droite pour Blake et son équipe. Vont-ils réussir à éliminer Cairn et reprendre le contrôle de Yumington ?

Note : Cette série numérique connaît actuellement une nouvelle publication aux éditions Bragelonne dans la collection Snark. Nous avons découvert et lu la série dans sa première parution chez 45min.

La violence des titres des épisodes allant crescendo, on s’attendait donc à une apothéose pour ce dernier épisode.
Je n’ai pas été déçue, bien que cette fin est plutôt surprenante.
Effectivement, je suis restée sur ma faim à quelques égards. J’ai l’impression que l’histoire de Blake est passée de « Cavalier de l’apocalypse (pas franchement rassurant) à « justicier de Yumington » (admirable et rassurant). Là où Blake voulait seulement sauver sa peau au début de l’histoire, on découvre ici un homme prêt à tout pour sauver les habitants et les murs de son quartier. Cela en délaissant l’aspect « Cavalier de l’apocalypse ». J’ai trouvé cette partie inspirée de la Bible intéressante et je regrette que l’auteur ne l’ai pas davantage exploitée. Il me semble que cette fin laisse présager d’une suite où l’auteur pourra peut-être approfondir, après-tout les cavaliers sont 4 et non 2. Mais dans le doute…
Si l’histoire globale se tient, j’ai donc regretté certains chemins empruntés pour parvenir à une fin à laquelle on ne s’attendait pas réellement.
Blake devient le super-héros moderne, doté de supers-pouvoir, reconnu par la population pleine d’espoir et aimé des enfants qui viennent l’implorer de les sauver.
Le texte partait bien, pourtant. Vous avez lu mes autres chroniques au sujet des précédents épisodes. Peut-être en attendais-je trop pour ce final, mais toujours est-il que des portes ouvertes n’ont pas été fermées, et que ce sont bien entendu ces-portes-là qui m’intéressaient le plus. L’allure d’anti-héros de Blake également.
En revanche, là où j’ai accroché, c’est au sujet de l’univers. Balek a réussi à construire un univers prenant et très réaliste. C’est ainsi qu’on peut écouter la musique du groupe cité dans le feuilleton (les Hopkins), devenir citoyen de Yumington, et bien plus encore, via le site web de la série. Un vrai travail de recherches et d’approfondissement a été effectué par l’auteur et rend Yumington plus vrai que nature. Ce quartier de La Ville devient un personnage à part entière dans une histoire plus globale que celle du Waldgänger.
Côté rythme, on est dans la continuité. Les lecteurs des premiers épisodes ne seront pas déçus par le style et la plume, toujours aussi efficace, rapide, impactant.
Alors peut-on dire que le feuilleton a perdu en qualité au fil des épisodes ? Non. Je dirai cependant que l’histoire s’est assemblée, mise en place. L’auteur a peut-être un peu tâtonné au début pour trouver sa voie dans la dernière partie.
Au lecteur de se forger son opinion, et à l’auteur de nous surprendre encore par la suite.
Cela n’enlève en rien l’enthousiasme que j’ai pu ressentir à la lecture de ce feuilleton numérique qui est l’un des plus aboutis que j’ai lu à ce jour.

Pour qui : Les lecteurs qui ont lu les précédents épisodes.

Les + : Un style toujours aussi captivant, dynamique, une histoire ficelée et qui se tient, un personnage charismatique, des idées originales.

Les – : L’histoire se termine et on aurait aimé un approfondissement de la piste des Cavaliers de L’Apocalypse au lieu de voir Blake se transformer en justicier. L’anti-héros de départ s’est laissé rattraper par la force du manichéisme traditionnel.

Infos pratiques :
Format :
Epub.
Pages : 80

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s