Feed, de Mira Grant

feed

Feed, de Mira Grant (tome 1 de la trilogie Feedéditions Bragelonne)

Nous sommes en 2039. La planète a connu il y a 20 ans une pandémie meurtrière qui a tué un tiers de la population pour les transformer en zombies. Les gens vivent désormais dans la peur permanente de se faire infecter.
La seule source d’information fiable vient des blogs et de l’internet. Là, sur le réseau, les blogueurs prennent de gros risques pour informer le reste de la population des dérives gouvernementales.
A l’aube d’une nouvelle campagne électorale aux Etats-Unis, Georgia et Shaun Mason apprennent avec incrédulité qu’ils ont été sélectionnés pour couvrir la campagne du sénateur Ryman, le candidat favori dans la course au pouvoir. Mais jusqu’où pourra aller la quête d’information ? Quel prix Georgia, Shaun et leurs partenaires sont-ils prêts à payer pour punir les traîtres et faire éclater une bombe plus destructrice que les zombies : la vérité ?
Et si la vraie menace ne venait pas des zombies mais d’ailleurs ?

ROMAN COUP DE COEUR

Feed, c’est l’histoire d’un duo de frère et soeur adoptés au lien tellement fort qu’il pourrait bien vous donner les larmes aux yeux.
L’histoire de Feed se déroule dans un contexte post-apocalyptique et en pleine période zombie. On pourrait croire qu’il s’agit d’un énième roman de morts-vivants tels la série des Walking Dead, mais ce serait extrêmement réducteur. Feed est beaucoup, beaucoup plus que ça.
C’est un livre épais à l’univers construit, fouillé, travaillé. Les remerciements de début de roman mettent la puce à l’oreille : vous allez pénétrer dans un vaste monde, dans un univers complexe.
Et complexe, il l’est assurément ! Mira Grant a construit une mythologie, un monde futur et son récit, raconté du point de vue de Georgia, est parsemé de détails tous plus crédibles les uns que les autres. Là où de nombreux auteurs se contentent de transposer dans un quotidien moderne une catastrophe zombie, Mira Grant est allée plus loin, jusqu’à envisager le monde tel qu’il serait après 20 années de cohabitation forcée avec les morts qui marchent.
Voilà en partie pourquoi ce livre est fascinant.
Une autre explication vient des personnages eux-mêmes. La galerie dépeinte par Mira Grant est vaste. On trouve de nombreux protagonistes aux personnalités variées autour de notre duo de héros. Cependant, on ne s’y perd jamais. Le roman nous laisse le temps de faire connaissance avec eux, avec leurs aspirations, et nous raconte leur histoire avec une émotion énorme.
Comme je l’ai dit le livre est écrit du point de vue de Georgia. Je ne parle jamais des traductions d’habitude, et je ne sais si mon sentiment est amplifié par la traduction ou si la traduction est vraiment exceptionnelle, mais on ressent dans la narration toute la personnalité de l’héroïne. Son sarcasme, son cynisme, sa fatalité et ses émotions sont autant de choses que l’on ressent dans le texte sans qu’elle ait besoin de nous le dire.
L’ambiance globale du livre oscille constamment entre la peur et la sérénité mais un malaise subsiste. Le climat général instauré par l’auteur dans son monde est celui dénoncé par Georgia : la peur. J’ai aimé ce roman car comme dans la majorité des titres du genre, j’ai eu peur pour les personnages. Je me suis attachée à eux d’autant plus fortement que je savais que je pouvais les perdre d’une page à l’autre. Je le savais. Et j’avais peur. Feed n’est pas un roman léger à lire sur la plage. C’est un titre qui vous bloquera la respiration et vous nouera les tripes jusqu’à la dernière page.
Et pour ne rien arranger côté émotions, Mira Grant achève chacun de ses chapitres par un extrait d’article tiré du blog de l’un des protagonistes. L’émotion est présente à tous les étages et ne vous lâchera pas une fois le roman fermé.
Feed est donc étonnamment un livre humain et vivant. Un livre très actuel aussi dans ce qu’il traite comme sujets : la politique de la peur, les rumeurs, l’information, la main mise du pouvoir sur nos vies… Des sujets qui font réfléchir sur notre société actuelle, et qui nous forcent à se demander si, dans le fond, nous ne serions pas les zombies de ce monde ?

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les histoires de zombies, les histoires complexes, les complots et les trahisons, les romans qui font réfléchir et où l’univers est épais.

Les + : Une écriture poignante portée par une traduction exceptionnelle. Des héros forts et charismatiques, un scénario complexe et prenant. Dans Feed, les zombies ne sont pas physiquement au premier plan, ce qui les rend encore plus terrifiants. Ils rôdent sans cesse autour des personnages et font craindre le pire à chaque page.

Les – : Il n’y en a jamais lors d’un coup de coeur !

Infos pratiques
Broché: 
456 pages
Editeur : Bragelonne (26 octobre 2012)
Collection : Fantastique
ISBN-10: 2352946050
ISBN-13: 978-2352946052

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s