Archives mensuelles : juin 2015

Par-Delà la Lune Bleue, de Simon R. Green

par dela la lune bleue
Par-Delà la Lune Bleue, de Simon R. Green (tome 4 de la série Darkwood, éditions Milady).
Le Roi Harald a été assassiné et le trône de la forêt est au plus mal. Seuls le Prince Rupert et la Princesse Julia, célèbres héros de la guerre des démons, peuvent venir en aide au peuple. Mais accepteront-ils d’endosser à nouveau les costumes royaux qu’ils ont tant voulu fuir ? Auront-il seulement le choix, à l’heure où la Lune Bleue lance à nouveau ses rayons à l’assaut du monde.
J’ai cru que ce tome était le dernier d’une série de 4 où Hawk et Fisher (Rupert et Julia) étaient les héros. Je me suis rendue compte à la fin que la série se poursuit. Cela explique peut-être l’aspect de « non final » qui ressort du livre. Quoi qu’il en soit, ce sera la dernière fois que l’on va croiser les capitaines de la Gardes et rien que pour cela, ce tome a un goût de final.
Un goût de moyen, aussi.
En effet pour un final, je m’attendais à autre chose. Certes le titre possède des qualités, le fait de raccrocher les morceaux par rapport au premier tome La Nuit de la Lune Bleue, mais il a aussi beaucoup de choses qui ne m’ont pas emballés; Et ce ne sont pas des détails. 
Je peux dire pour faire court que ce titre est plein de « trop » et de « pas assez ».
Trop de longueurs, de personnages qui ne servent pas à grand chose (la fée Prestepied par exemple), trop de monologues de la part de grands méchants qui se dévoilent durant des pages alors qu’on ne leur a rien demandé ou presque. Trop de retours en arrière qui ressemblent à des réunions interminables d’anciens combattants, trop d’évocation de l’héroïsme, hérigé au rang de religion au détriment d’un texte plus nuancé. Trop de temps passé à Haven en début de livre avant que la vraie histoire ne commence…
A contrario on a trop peu de scènes de combats, pas assez de suspens dans l’enquête qui passe très vite au second puis au troisième plan, pas assez de dynamisme, pas assez de peur pour les protagonistes…
Pour autant Hawk et Fisher sont toujours aussi attachants et leur personnalité toujours aussi efficace, mais dans ce tome là la mayonnaise n’a pas prise.
Il a manqué quelque chose pour me convaincre. Peut-être que le roman était trop long ? Simon R. Green est peut-être plus à l’aise avec les histoires courtes telles qu’on peut les lire dans les deux tomes précédents.
Ce final manque de grandiose et la série s’achève un peu avec molesse, ce qui m’a laissé une impression en demi-teinte. Pas totalement déçue, mais pas convaincue non plus.
La fin du livre nous donne à lire un extrait de la suite de la saga, Sang & Honneur, où Hawk et Fisher n’apparaissent plus. Se dirige-t-on vers un nouveau souffle ?
Pour qui : Les lecteurs qui ont lu les premiers tomes et qui aiment les histoires de fantasy.
Les + : Un style fluide et facile à lire, le duo Hawk et Fisher toujours aussi efficace. La mythologie de l’univers est bien construite, crédible et étoffée. L’auteur a su créer un monde complet.
Les – : Un roman comportant trop de « trop » et de « pas assez ». Il manque quelque chose pour que ce final soit vraiment convainquant.
Infos pratiques
Relié: 606 pages
Editeur : Milady (16 juillet 2010)
Collection : Fantasy
Langue : Français
ISBN-10: 2811203591
ISBN-13: 978-2811203597

Cercueil Blues, d’Ellen Schreiber

cercueil blues

Cercueil Blues, d’Ellen Schreiber (tome 2 de la série Vampires Kisseséditions Castlemore)

Raven ne se remet pas de la disparition d’Alexander. Décidée à retrouver son amour, elle part à sa recherche dans une ville voisine. Malheureusement pour elle, elle va faire une mauvaise rencontre…

Lors de ma première chronique, j’avais soulevé le fait que le premier tome était un concentré de clichés vampirico-gothiques pour adolescent. Hé bien cette suite est dans la veine du premier, si j’ose m’exprimer ainsi.
En effet, Cercueil Blues reprend les mêmes ficelles que Vampire Kisses, et recommence.
Raven la gothique marginalisée part à la recherche d’Alexander le vampire. Sans dévoiler l’intrigue, tout dans ce livre est un cliché du genre. Je sais que je ne suis plus dans la cible de ce genre de livre depuis longtemps, mais je me demande toujours ce que les adolescents qui ont lu Cercueil Blues en ont pensé. Est-ce qu’ils trouvent cela fidèle aux adolescents d’aujourd’hui ?
La personnalité de Raven est si incomplète qu’elle semble aimer les cimetières et les toiles d’araignées juste parce que ça fait « gothique ». J’aurais aimé que l’auteur développe davantage cet aspect et nous prouve que Raven n’est pas une gothique pour la mode, mais bien parce qu’elle a des raisons profonde d’être attirée par ces choses.
Là, elle en est presque clownesque.
Les autres personnages sont tout aussi clichés. On nous présente une énième histoire d’amour entre une mortelle et un vampire qui veut tout faire pour la protéger. De la redite de romances connues et peut-être mieux amenées. Car je n’y ai pas cru. Les deux adolescents se connaissent à peine et se jurent déjà fidélité pour l’éternité. Les ados d’aujourd’hui sont-ils naïfs à ce point ?
Quant à l’histoire en elle-même, elle tient sur un timbre poste et reste, comme l’ensemble du titre, en surface. J’ai cependant apprécié le parrallèle entre l’histoire et le film éponyme, que je ne connaissais pas. J’aurai au moins appris quelque chose en lisant cet ouvrage.
Le style de l’auteur est fluide mais très simple, voire simpliste et naïf.
Par chance, la taille de l’ouvrage, plus que modeste, nous fait quitter bien vite cet univers cliché en mousse et en matière forcément… noire.

Pour qui : Les adolescents qui aiment les histoires de vampires d’aujourd’hui.

Les + : Un roman qui se lit vite mais qui ne restera pas en mémoire.

Les – : Des clichés, pas de profondeur, des stéréotypes et aucune surprise.

Infos pratiques
Broché: 224 pages
Editeur : Castelmore (15 juillet 2011)
Collection : Romans adolescents
Langue : Français
ISBN-10: 236231023X
ISBN-13: 978-2362310232

« Entrées précédentes