Archives mensuelles : janvier 2016

L’Inconsolé, de Melissa Restous

linconsole
L’Inconsolé, de Melissa Restous (one shot, éditions du Petit Caveau)
 
Sacha Gabrilov et Henri Duplessis sont deux amis dandy qui ne passent pas inaperçus. Alors qu’ils arrivent à Paris, la jeunesse n’a d’yeux que pour eux. Les deux amis découvriront alors les joies et les travers de l’éducation à la française. Jusqu’à ce que Sacha, décadent et extraverti, croise le chemin de la jeune Louise Delorme.
Sans savoir pourquoi, il sera immédiatement attiré vers elle, avec la ferme intention de se l’approprier.
A moins qu’il ne soit pas le seul à ressentir cet étrange magnétisme.
A moins qu’il ne soit pas le seul à vouloir corrompre la jeune fille.
A moins qu’il ne soit pas le seul à vouloir sa chute…
Dans l’ombre se jouent alors des jeux de pouvoir et de séduction, dont se délecte le tout Paris.
Quel pouvoir a alors une jeune fille face à son destin ?
 
Pour cette nouvelle plume aux éditions du Petit Caveau, L’Inconsolé propose à lire une histoire sympathique avec beaucoup de qualités et quelques défauts.
J’ai passé un vrai bon moment à me plonger dans cet univers romantique du Paris de 1850. C’est une époque que j’apprécie, avec ses coutumes écrasantes et ses tournures de phrases ampoulées, des choses que l’on retrouve bien dans ce récit.
L’histoire en elle-même n’est pas des plus originales : on découvre des hommes prêts à s’approprier des femmes façonnées comme des objets écervelés par leur éducation, des jeunes filles aux aspirations de liberté et de frivolité qui souhaitent justement se libérer du carcan de leur vie, un mariage qui tournera court… et pourtant j’ai beaucoup aimé. L’histoire propose quelques retournements de situation dont je me suis moi-même servi dans un de mes textes (non publié) mais qui, du coup, m’ont fait apprécier le récit. J’ai bien aimé les personnages, quoi que parfois un peu caricaturaux. Par exemple je n’ai pas compris pourquoi certains d’entre eux veulent absolument faire le mal, corrompre une innocente jeune fille au point de se délecter de son malheur, ou pourquoi des domestiques qui ne connaissent pas la nouvelle maîtresse de maison la déteste immédiatement. Certaines choses manquent de nuance, mais on passe outre car le décor est toujours si bien planté que c’est un plaisir de s’y plonger. A la lecture, nous sommes vraiment dans les années 1850.
Je n’ai pas beaucoup accroché aux caractères de Sacha et Henri. En revanche j’ai beaucoup aimé Louise et la revoir dans d’autres aventures me plairait.
La figure vampirique est traitée avec justesse. Nos amis à crocs ne sont pas dans la débauche de sang et l’auteure n’essaie pas de réinventer un mythe ou de créer des codes. J’apprécie ! Il n’est pas toujours utile de créer de la nouveauté pour produire quelque chose de bon. L’inconsolé en est la preuve.
Il s’agit en effet d’un bon petit roman que je recommande à toutes les personnes qui, comme moi, aiment les ambiances d’époque, les histoires sympathiques, bien écrites, avec quelques bêtes à crocs mais pas trop.
Une lecture à s’offrir ou se faire offrir pour passer un bon moment.
 
Pour qui : les lecteurs qui cherchent à lire une histoire sympathique qui vous plongera au coeur d’une autre époque, avec des personnages intéressants, un style fluide, une histoire prenante.
 
Les + : Un bon petit livre, bien écrit et bien pensé, avec une belle ambiance et une histoire sympathique.
 
Les – : Le caractère de certains personnages manque un peu de nuance.
 
Infos pratiques

Date de parution : 15 janvier 2016
ISBN :  978-2-37342-019-7
Nombre de pages : 160
Illustration de couverture : Nicolas Jamonneau

La vie sexuelle des Super-Héros, de Marco Mancassola

vie-sexuelle-des-super-heros
La vie sexuelle des Super-Héros, de Marco Mancassola (one shot, éditions Folio)
 
A New-York, les anciens super-héros reçoivent de mystérieuses lettres d’adieu.
Alors qu’ils sont assassinés les uns après les autres, un inspecteur de police, Denis De Villa, décide de mener l’enquête sur ses messages aussi dangereux que prémonitoires.
 
On m’a beaucoup parlé de ce titre, et pas en bien. C’est pourquoi j’ai eu envie de me lancer dans sa lecture pour me faire mon propre avis.
S’ils sont plusieurs à ne pas être allé au bout de l’ouvrage, un volumineux pavé de presque 600 pages, j’ai réussi cet exploit.
On pourrait donc dire bien des choses sur ce texte. La première est que ce n’est pas un roman joyeux. En effet, à travers des focus sur plusieurs anciens héros, nous connaissons avec eux leur reconversion et leurs déboires. La mélancolie qui se dégage du roman est contagieuse, si bien que j’ai lu le roman avec un sentiment de tristesse qui ne me lâchait pas. Tristesse pour ces vieilles gloires déchues, ses papys de la justice devenus comme tous les humains des êtres usés, épuisés, fatigués.
Qui ne connait pas l’homme élastique ? Batman ou Mystique ? Assister à leur déchéance à quelque chose de tragique, de profondément triste et le texte vous entraîne avec lui dans le quotidien désillusionnés et pathétique de ces héros jadis adulés avant d’être abandonnés.
Ce roman n’est donc pas joyeux dans ce qu’il raconte, d’autant plus que l’histoire elle-même n’est pas la plus dynamique ni la plus claire.
Certes, il vous faudra lire jusqu’au bout le roman pour tout comprendre de ses subtilités, mais afin d’obtenir cette satisfaction, vous allez devoir ramer.
Le livre se découpe en plusieurs parties d’intérêts et de longueurs inégales. Si l’entrée se fait avec l’émouvante histoire de monsieur élastique, on tombe assez vite dans un récit lent, lourd, qui se traîne et peine à avancer. Une des parties est même complètement écrite en italique (ce qui devient compliqué à lire le soir dans votre lit). Le style, constamment dans l’émotion, n’est pas déplaisant. On plonge assez vite au coeur des scènes (pour le meilleur et le plus glauque, parfois) et les pages se tournent plutôt facilement.
Alors, me demanderez-vous, parle-t-on vraiment de la vie sexuelle des super-héros, comme l’indique le titre ?
Oui et non.
Et je pense que c’est en grande partie pour ça que beaucoup de lecteurs ont été déçus, et que je l’ai été moi-même avant d’arriver au bout. Ce livre est brouillon, son image brouillonne. Au fil de la lecture, il est difficile de savoir si on lit un thriller, un fantastique, un livre pornographique, le livre du docteur des super-héros ou autre chose encore.
Ce livre a été mal marketté et cela commence dès le titre !
Abandonnez l’idée que vous allez lire un récit hautement croustillant. Oui, il y a des scènes de sexe, oui, ces scènes sont souvent crues et peuvent déranger. Mais elles ne représentent que peu de choses dans l’ensemble du roman. Pour moi, ce n’est pas du tout le propos du livre et cette confusion entre ce que l’on nous annonce et la réalité du récit peut être très décevante. Je comprends les lecteurs qui n’ont pas aimé parce qu’ils ont cru se procurer autre chose que ce qu’ils ont lu. Quoi que vous cherchiez en prenant ce livre, ce n’est pas ce que vous trouverez en le lisant.
Dommage.
Pour finir, je dirai donc que j’ai apprécié dans l’ensemble. L’histoire a de bonnes idées mais trop brouillonnes et surtout mal mises en place. L’impression de se faire flouer dès le titre donne une drôle d’impression pas franchement positive. Il me semble que l’auteur a essayé de mettre quelque chose en place, une sorte de mise en abîme ou d’enquête policière, mais le résultat connait des ratés.
Une lecture en demi-teinte qui, à l’instar des personnages présentés, ne restera probablement pas très longtemps dans ma mémoire.
 
Pour qui : les lecteurs curieux de lire quelque chose d’inattendu.
 
Les + : de bonnes idées, un style agréable à lire.
 
Les – : Un roman mal marketté qui promet autre chose que ce qu’il contient, de nombreux passages lourds, lents, et dont le degré de détails crus pose parfois question sur leur utilité.
 
Infos pratiques

Poche: 608 pages
Editeur : Folio (31 mai 2012)
Collection : Folio
Langue : Français
ISBN-10: 207044791X
ISBN-13: 978-2070447916
« Entrées précédentes