Archives mensuelles : avril 2016

Star Wars le réveil de la force, Alan Dean Foster

le reveil de la forceStar Wars le Réveil de la Force, d’Alan Dean Foster (one shot, Fleuve Éditions)

Dans une galaxie lointaine, très lointaine, les jedis et la Force ne sont plus que de lointaines légendes. Le Premier Ordre, dans la lignée de Vador, entend bien revenir au pouvoir grâce à la maîtrise du côté obscur.
Une seule personne peut empêcher cela : Luke Skywalker. Mais l’ancienne légende est introuvable.
La Résistance, dont fait partie la Princesse et Générale Leia Organa, cherche désespérément l’ancien jedi. Cette tâche compliquée est d’autant plus difficile que le Premier Ordre est lui aussi sur les rangs.
Aidés par une jeune pilleuse d’épaves et un trooper déserteur, le cours de l’Histoire pourrait prendre un tournant inattendu.
La galaxie pourra-t-elle retrouver l’équilibre alors que de nouvelles forces s’éveillent ?

Le Réveil de la Force est la novélisation du film éponyme, sorti en décembre 2015. En tant que fan de cet univers, j’ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans ce roman qui reprend parfaitement bien le déroulé du film.
On y retrouve tous les personnages, les scènes et dialogues cultes, les ambiances… Même s’il sera plus compliqué pour ceux qui n’ont pas vu le film de se plonger totalement dans les environnements peuplés de créatures et décors très visuels, cela reste accessible.
J’ai découvert il y a longtemps le principe de la novélisation justement chez cet éditeur, avec les novélisations de mes jeux préférés que sont Resident Evil et Tomb Raider (Resident Evil étant actuellement réédité chez Milady). Ce que j’aimais particulièrement, c’était les libertés parfois prises par les auteurs pour se détacher du scénario de base et nous offrir des éléments en plus. Ces infos complémentaires sur l’intrigue ou les personnages permettaient de donner de l’épaisseur au matériau de base et nous plongeaient encore plus profondément dans les ficelles scénaristiques. Ainsi j’en savais plus sur le passé de Jill Valentine et sur le quotidien du J’S Bar à Raccoon City, ou sur les liens de Lara Croft avec certains de ces amis.
Or, ici, je déplore ce manque d’informations supplémentaires. Si l’auteur a fidèlement retranscrit le film, a aucun moment il n’est sorti de la ligne droite toute tracée par les producteurs. J’imagine qu’il est plus difficile de s’écarter de ce qui est écrit avec une saga comme Star Wars que Resident Evil et pourtant, il me semble que S.D Perry a apporté sa patte aux romans. Ce n’est pas le cas avec Alan Dean Foster. Je ne pense pas que cela soit sa faute, mais c’est dommage car a part le plaisir de « revoir » le film, cette lecture n’apporte rien de plus par rapport à ce que l’on sait déjà sur le nouvel univers mis en place par Disney.
Cela étant, l’histoire reste intéressante et très « propre ». Il ne reste pas de question en suspend, on a des rebondissements réguliers… on voit que le scénario a été écrit de manière presque scolaire, et se prête parfaitement à un roman ou un film. C’est une lecture divertissante, d’autant plus que le livre est bien écrit. Un style propre, sans fioritures ni lourdeurs, qui retranscrit fidèlement ce que peut être le film. Sans jamais s’en écarter.
Cet ouvrage pourra dès lors convenir à ceux que la série intéresse mais qui préfèrent lire au lieu d’aller au cinéma ou regarder un DVD.

Pour qui : Les fans de Star Wars et ceux qui voudraient s’y intéresser sans avoir à passer du temps devant un écran.

Les + : On retrouve toutes les ambiances, les personnages, les scènes du film. L’ouvrage est bien écrit et il ne manque rien.

Les – : Ceux qui ont vu le film n’apprendront rien de plus avec ce livre.

Infos pratiques
Pages : 351
Collection : Outre Fleuve
Sortie : 14 avril 2016
ISBN : 978-2-265-11576-7

L’Exil, d’Estelle Vagner

LExil

L’Exil, d’Estelle Vagner (tome 1 de la trilogie Kayla Marchal, éditions du Chat Noir)

Kayla est chassée de sa meute du jour au lendemain par son gran-père qui lui reproche de ne pas pouvoir se transformer. La toute jeune majeur a du mal à encaisser sa mise à l’écart et l’injustice qui en découle.
Elle va alors se rendre un peu par hasard dans une famille, un autre clan, qui l’acceptera comme l’une des leurs. Il faut dire qu’Isa, la mère Alpha, a bien connu la défunte mère de Kayla. Cela crée des liens.
Mais derrière les apparences se cachent souvent bien des mystères. Kayla aimerait en apprendre plus sur ses origines et la raison de son incapacité à se transformer. Elle sera aidé dans sa quête par un étrange renard, et le fil de l’Alpha de sa nouvelle famille. Entre apprentissage et rivalités, Kayla aura parfois du mal à y voir clair. Elle n’a pourtant pas le droit à l’erreur et devra faire les bons choix.

Kayla Marchal est une trilogie pour jeunes adultes dont j’ai beaucoup aimé le premier tome.
En effet, il parvient à mêler la légèreté de l’adolescence à des sujets d’adultes, plus graves. L’Exil raconte ainsi la vie de Kayla, une toute jeune adulte de 18 ans depuis deux mois, sortie de sa meute ultra-conservatrice malgré elle, et qui va devoir s’ouvrir au monde qui l’entoure. Kayla, de par sa différence (elle n’arrive pas à se transformer), a depuis toujours été victime de violence et de harcèlement de la part de sa meute. C’est la première fois que je trouve ce thème dans un roman et cela me fait d’autant plus plaisir que c’est un roman pour jeunes adultes. On prend donc la mesure de la violence d’être différent, rejeté, pour une injustice. Kayla n’est pas responsable de son pouvoir et cela lui cause bien des ennuis. J’ai beaucoup apprécié que l’auteur puisse parler de ce sujet de manière aussi bien intégrée à l’histoire.
En effet, il n’y a pas de réelle revendication dans ce texte. Il s’agit d’une fiction avec des personnages singuliers, plutôt originaux si on les prend sur toute la longueur de l’histoire, et qui se lit agréablement bien. La seule raison qui explique que je n’ai pas dévoré ce texte sont mes obligations terrestres (travail, nourriture, sommeil…) sinon j’aurais pu lire d’un seul trait ce roman.
La plume d’Estelle Vagner a le ton juste. Elle s’adresse parfaitement à sa cible sans pour autant la prendre pour une population niaise. L’ambiance du roman est très adolescente mais sans tomber dans les clichés du genre. Si le fait d’avoir affaire à une bande de loup-garous qui s’affrontent pour le coeur d’une jeune fille fait indéniablement penser à Twilight, la comparaison s’arrête là. L’héroïne est tout le contraire d’une Bella. Elle est attachante, naïve mais pas trop, sait prendre des décisions par elle-même et surtout vit de vrais drames. Le roman est plongé dans cette ambiance divertissante et agréable. Je regrette seulement quelques tics d’écriture qui auraient sans doute pu être corrigés à la relecture (les personnages ne « voient » ou ne « regardent » jamais personne, ils ne font que « plonger leurs yeux dans…. »).
Pour ce qui est de l’histoire, là encore le pari est réussi. Estelle Vagner sait nous mener où elle veut et doser ses rebondissements avec maîtrise. Le rythme est rapide puisque l’ouvrage compte 73 chapitres pour 340 pages, et c’est bien là que nous sommes piégés. Cela se lit si bien et si vite, qu’on ne peut que se dire « allez, encore un petit chapitre ». D’autant plus que les rebondissements sont nombreux. Si j’en ai vu venir certains, d’autres m’ont réellement surpris. Un excellent point, donc !
En conclusion, j’ai passé un très bon moment de lecture avec cet ouvrage aussi beau que bon (saluons la magnifique couverture d’Alexandra V. Bach, qui correspond tout à fait à l’ambiance du roman) et j’ai hâte de lire la suite. La petite Kayla va rester dans ma mémoire, c’est sûr, et uniquement pour de bonnes raisons !

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les lectures agréables, légères et graves à la fois, et qui veulent se plonger dans un univers original où ils seront surpris.

Les + : Une plume qui maîtrise les rebondissements et le rythme, une héroïne attachante, une histoire sympathique et un style agréable.

Les – : Quelques tics d’écriture qui auraient pu être corrigés et qui donnent de ce fait quelques lourdeurs dans certains passages.

Infos pratiques
Pages : 340
Collection : Cheshire
Sortie : 2 avril 2016
ISBN : 9782375680001

Derniers articles »