Le jour où le monde se réveilla désert, de Sean Platt et David Wright

yesterday s gone tome 1

yesterday s gone tome 1Le jour où le monde se réveilla désert, de Sean Platt et David Wright (tome 1 de la série Yesterday’s Gone, Fleuve Editions)

15 octobre 2011, aux États-Unis. Ils sont une poignée à s’éveiller pour s’apercevoir que le monde a disparu. Pas seulement les gens, mais aussi des lieux, des objets, des arbres…
Que se passe-t-il ? Quelles forces obscures ont pu faire ça ? Peut-on leur échapper ? Combien sont-ils à avoir échappé à cette fumée noire et démoniaque ?
Avant toute chose, le premier objectif est simple : survivre.

Dès l’introduction, les auteurs nous apprennent que Yesterday’s Gone a été pensé et construit comme les séries télé américaines à succès que l’on connait tous.
D’ailleurs, ce qui frappe dès le départ est cette ressemblance assumée entre la couverture et la jaquette de la première saison de The Walking Dead.
De ce fait, le récit est vraiment construit comme tel. Et si cela peut sembler faible au départ, c’est à la fin vraiment très fort.
En effet, les tomes édités par Fleuve Editions rassemblent chacun 2 épisodes. Nous avons donc ici 2 épisodes d’environ 100 pages, écrites en assez gros caractères. Ce qui rend la lecture très rapide.
De plus, le style est simple, sans fioritures. Il est narratif et descriptif, donnant l’impression que vous regardez vraiment un épisode de série.
Comme toutes les séries, le début est un peu poussif. On fait la connaissance de plusieurs personnages disséminés un peu partout, qui vivent tous à peu près la même chose avant d’emprunter des chemins différents.
C’est donc parfois long de relire des choses, ou de se perdre un peu avec les personnages, le temps que les choses commencent à se mettre en place et que l’on s’attache à eux.
Côté scénario, le livre est pour l’heure assez classique. Il rassemble pléthore d’éléments déjà vus ça et là dans tout ce qui marche actuellement à la télé (on retrouve des éléments de The Walking Dead ou des Disparus de Mapleton, pour ne citer que les livres/série présents dans ce blog). Pourtant, cela fonctionne à nouveau et on tourne les pages du livre avec une certaine avidité. Le fait qu’il n’y ait pas de fil conducteur provoque une attente. On ne sait pas ce que vont faire les personnages (et encore moins ce qu’ils doivent faire), dont on ignore de quoi la page suivante sera faite.
Pour ne rien arranger, les auteurs, qui ont parfaitement remarqué le pouvoir des cliffhanger, comme ils le disent dans leur introduction, se jouent des lecteurs avec ce type de fin.
Ne vous lancez donc pas dans la lecture de cette série si vous ne comptez en lire qu’un tome, vous risquez d’être surpris.
Et un peu frustré, aussi.
Force est de constater avec Yesterday’s Gone que le concept de série si cher au média télévisuel se décline parfaitement sur papier.

Note : Vous pouvez acheter chaque épisode individuellement au format numérique.

Pour qui : les lecteurs qui aiment aussi regarder la télé.

Les + : une plume addictive et rapide, qui enchaine les péripéties et les descriptions immersives.

Les – : un petit manque d’originalité dans les éléments proposés, qui sont tous issus de séries qui cartonnent en ce moment à la télé.

Infos pratiques
Editeur : Fleuve Noir
Date de parution : 10/03/2016
Collection : Outrefleuve
Pages : 237
EAN : 978-2265099456
ISBN : 2265099457

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s