Conversion, de Katherine Howe

conversion-katherine-howe

conversion-katherine-howeConversion, de Katherine Howe (one shot, éditions Le Livre de Poche)

Que peuvent bien avoir en commun une bande de jeunes filles du 21ième siècles en fin de terminales, prêtes à entamer leur vie étudiante, et quelques jeunes filles de Salem au 17ième siècle ?
Colleen est élève dans la prestigieuse école pour filles de St Joan, à Denver. Elle et ses amies ne pensent plus qu’à la fin du lycée et à leur acceptation dans les plus grandes universités du pays.
Mais alors que la fin d’année est dans tous les esprits, de curieux phénomènes commencent à frapper les élèves de dernière année. Convulsions, chute de cheveux, paralysie… les symptômes sont multiples et personne ne parvint à en déterminer la cause.
Et si cette épidémie diabolique prenait racine quelques siècles plus tôt, au temps des sorcières ?

ROMAN COUP DE COEUR

Il y a des livres qui vous attirent par leur résumé plus que par leur couverture, et qui vous entraînent du début à la fin sans vous lâcher.
Conversion est de ceux-là.
Subtile mélange entre fantastique et réalisme, Conversion réécrit l’histoire des sorcières de Salem et son écho dans la société actuelle.
A la fin du récit, Katherine Howe explique s’être servi d’un fait réel s’étant produit en 2012 pour imaginer sa propre « Maladie Mystère », et avoir beaucoup repris des textes racontant le procès des sorcières. Cela se sent. C’est peut-être cette base si solide qui donne tant de force à son histoire.
Car il ne s’agit pas d’une réécriture. Il s’agit d’un roman de fiction donnant aux faits réels ou imaginaires une toute autre explication que ce de quoi ils s’inspirent. Mais on y croit. Comme Colleen, on cherche, on s’interroge.
Et finalement c’est ce qu’a réussi à faire l’ouvrage : me faire réfléchir. Vous savez que la littérature qui apprend des choses et fait réfléchir est celle que je préfère. C’est bien pourquoi Conversion est en Coup de coeur.
J’ai appris des choses, passé un super bon moment en dévorant ce livre comme il y a longtemps que je n’en avais pas dévoré un, et ne me suis pas ennuyée.
Les personnages, majoritairement féminin, sont attachants. On pourrait croire que le fait de placer l’histoire dans une école élitiste donnerait à voir une énième histoire de bourgeoisie, mais non. Colleen est une privilégiée qui reçoit des bourses et sait à quoi elle doit sa place. Ce n’est pas la seule, et c’est bien pour cela que l’histoire est ce qu’elle est. Cette pression supplémentaire, induite par la peur de l’échec, donne une tension constante au récit. A la fois élément déclencheur et élément de solution, cela suscite un questionnement constant et un regard neuf sur les conditions d’études aux états-unis et plus généralement dans le monde. Peut-on faire peser sur les épaules d’individus autant de pression sans risquer des conséquences ? Surtout quand un lointain passé mystique refait surface.
En plus des études, les personnages ont des préoccupations de leur âge. Les premiers émois, la conquête amoureuse, (les quelques personnages masculins sont là pour illustrer ce fait, car ils n’ont pas un grand rôle dans le livre) , des choses avec lesquelles il faut composer lorsque l’on est au lycée. Cela fait beaucoup de choses à gérer, alors si vous ajoutez à cela une maladie agressive et mystérieuse, un emballement médiatique extrêmement crédible, vous obtenez un cocktail détonnant.
Conversion détonne, et ne manquera pas de marquer les esprits.
Le mien l’a été, en tout cas. Et en bien !
N’hésitez pas à me donner votre point de vue sur la fin de cette histoire dans les commentaires ou sur les réseaux. Il y a, à mon avis, matière à débat.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les histoires inspirées de faits réels, les lecteurs qui aiment les histoires de sorcières, apprendre des choses, et dévorer les livres.

Les + : Un style fluide qui se lit bien, qui est immersif, des personnages attachants, des faits réels et réalistes… tout ce que j’aime !

Les – : je n’en ai pas trouvé, c’est pourquoi Conversion est un coup de coeur.

Infos pratiques
Poche: 608 pages
Editeur : Le Livre de Poche (21 septembre 2016)
Collection : Fantastique
Langue : Français
ISBN-10: 2253132934
ISBN-13: 978-2253132936

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s