Archives mensuelles : février 2017

Un chasseur à Paris, Collectif

un-chasseur-a-paris-bigUn Chasseur à Paris, Amandine Forgali, Danielle Guisiano et Jean Vigne (one shot, Rebelle éditions)

Un Chasseur à Paris est le premier titre de la collection « mini-romans » de Rebelle éditions. Il s’agit de 3 histoires courtes autour du thème éponyme.

Cet ouvrage n’est pas un recueil de nouvelles, c’est un recueil d’histoires courtes, de novellas.

Huitième Proie, d’Amandine Forgali : Ce récit ouvre le recueil et propose de suivre les aventures d’un chasseur de succubes dans la capitale.
Je suis assez partagée sur ce texte, premier que j’ai pu lire de cette auteure.
En effet j’ai globalement apprécié l’histoire, même si je me pose une question de taille à la lecture de ce texte : pourquoi les succubes s’en prennent-ils à la famille de David et Marco ? Car il semble que les créatures aient choisi de s’en prendre à cette famille avant que le grand père ne décide de devenir un chasseur de succube. Cela signifie qu’il a bien fallu que quelque chose attire les démons ? Il semble que les membres masculins de la famille puissent avoir des visions mais sans que l’on ne sache vraiment si cela a toujours existé ou non. En bref, j’ai dès le départ une question existentielle qui ne trouve pas de réponse dans le texte alors même qu’elle en est la base.
Ensuite, le style de l’auteure, plutôt bon, m’a quelque peu déconcerté. En effet, outre les quelques fautes de mots à la place d’autres ou de phrases pas corrigées, Amandine Forgali semble avoir quelques soucis pour écrire des scènes où se trouvent plusieurs personnages de même sexe. Ainsi, lorsqu’elle narre les aventures des deux frères, on se retrouve avec des sujets tels que « L’homme » (pour désigner l’un ou l’autre), « l’aîné », « le cadet », « l’adolescent » (pour un jeune de 12 ans, pas vraiment), mais le plus surprenant…. « le jouvenceau » (!). N’y avait-il pas possibilité de décrire autrement ? J’avoue m’être perdue plusieurs fois dans certaines scènes car je ne savais plus de qui on parlait à cause de l’utilisation de termes vagues et communs aux deux protagonistes.
A part cela, le déroulement de l’histoire est sympathique, on alterne les points de vues et les époques avec une aisance assez claire. Je reste un peu sur ma faim concernant le personnage de Léana, mais le texte contient de bonnes idées. Pourquoi ne pas les développer plus tard dans un format plus long ?

Les larmes de Thétys, de Danielle Guisiano : Ce que j’ai aimé dans ce texte, c’est l’originalité des choix de base. En effet, on nous parle ici d’une créature que l’on voit finalement assez peu dans la littérature contemporaine : les naïades. Ces créatures de l’eau dont les larmes contiennent des propriétés extraordinaires font beaucoup moins parler d’elles que d’autres et c’est dommage, car ce texte sympathique nous permet de nous intéresser à ce peuple.
La plume de Danielle Guisiano est agréable, fluide, et l’histoire assez rythmée se lit rapidement. Je regrette simplement que Paris ne soit pas d’avantage mis en valeur. En effet on nous parle assez peu des lieux, ce qui donne l’impression que l’intrigue pourrait se passer un peu n’importe où et pas spécifiquement à Paris. Certes la dernière partie se passe au château de Versailles mais justement : Versailles n’est pas Paris.

Kill Them All, de Jean Vigne : Ce texte est le plus long du recueil et est réédité aux éditions du Petit Caveau en tant qu’oeuvre à part entière. Cliquez ici pour lire la chronique de ce texte devenu le premier du nouveau feuilleton numérique des éditions du Petit Caveau.

Globalement j’ai passé un bon moment avec ce titre. J’apprécie de lire des histoires différentes de la part d’auteurs qui ont eu à traiter le même sujet. Ici chacun d’eux a un univers propre et propose un texte bien différents. Je ne me suis pas ennuyée, ce fût une bonne expérience. A renouveler.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les histoires originales et pas trop longues, qui veulent lire un recueil d’histoires se déroulant en France et avec des créatures que l’on croise peu en littérature.

Les + : 3 auteurs aux styles différents qui proposent une version originale d’une même consigne. Le niveau est bon et on passe une agréable lecture.

Les – : J’ai relevé pas mal d’erreurs de correction qui auraient pu être évitées avec au moins une relecture supplémentaire. Le travail éditorial est peut-être un peu faible sur ce titre (j’ignore si c’est la même chose pour les autres ouvrages de la maison).

Infos pratiques
Illustré par Mieisis
Collection Mini Romans
Format : 15 x 21 cm
ISBN : 978-2-36538-204-5
302 pages
Décembre 2013

Publicités

Kill Them All, de Jean Vigne – Givre 1

killthemallKill Them All, de Jean Vigne (épisode 1/6 du feuilleton Givre, aux éditions du Petit Caveau)

Les sous-sols de la capitale sont le théâtre d’horreurs sans nom ce soir. Des adolescents se font agresser, des policiers sauvagement assassiner et une jeune fille échappe à des monstres inconnus…
Il se passe quelque chose. Mais quoi ?
Envoyée sur place pour enquêter, Ange ne ménagera pas ses efforts pour venir à bout de cette terrible menace. Mais contre qui, ou quoi se bat-elle, au juste ?
Les réponses pourraient ne pas lui plaire, et lui coûter cher.

Cette histoire a été initialement publiée dans le recueil Un Chasseur à Paris, publié en 2013 aux éditions Rebelle. Elle fait ici l’objet d’une réédition et s’inscrit désormais dans la ligne d’un feuilleton numérique en six épisodes à paraître aux éditions du Petit Caveau.
Fidèle à lui-même, ce récit nous plonge dans ce que Jean Vigne sait faire de mieux : on retrouve une intrigue avec un personnage féminin central au lourd passé et au caractère bien trempé (magnifiquement illustré en couverture par Mina M.), une enquête pleine de monstres sanguinaires, le tout au 36 quai des Orfèvres.
J’ai, comme souvent avec cet auteur, beaucoup aimé. L’histoire est prenante, le décor bien planté (le texte se plaçait initialement dans un recueil qui devait avoir pour décor la capitale française).
Ce premier épisode esquisse les contours d’une série pleine de révélations et de rebondissements. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Ange et de celui de Lord Duvaldelacour, ils promettent une intrigue intéressante pour la suite de la série car beaucoup d’éléments sont lancés dans ce premier tome, pour ce que l’on devine une suite palpitante.
Je suis très curieuse de voir ce que nous réserve l’auteur et surtout d’en savoir plus sur cette nouvelle héroïne au look inimitable.
Le style du texte est comme toujours agréable à lire, descriptif comme il faut et immersif. On plonge au coeur des catacombes et des lieux parisiens avec facilité. Je n’ai pas eu de mal à imaginer le panthéon alors que je n’y ai jamais mis les pieds. L’auteur ne fait pas que citer des rues et des arrêts de métro pour donner l’impression de situer son histoire. Des ambiances sont installées par des moyens plus subtils, ce qui nous plonge au coeur des événements.
En outre, la taille de cet épisode est assez conséquent (une centaine de pages dans le roman papier publié chez Rebelle), ce qui nous laisse le temps d’entrer dans l’univers, l’histoire, et de nous attacher aux personnages.
Le seul reproche que j’aurais à faire est que j’ai eu un peu de mal à me représenter certains protagonistes, notamment Virgin et Valentin, à cause de leurs prénoms proches et des dialogues introductifs un peu déroutant. Malgré cela, j’ai poursuivi ma lecture et les pièces du puzzle se sont correctement mises en place au bout de quelques pages.
J’ai hâte de lire la suite et ne manquerai pas de me procurer cette série en papier lorsqu’elle sera disponible, non seulement pour la qualité du texte mais aussi pour celle, encore plus flagrante, de la couverture.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les histoires rythmées se passant en France, les histoires de monstres et les héroïnes au caractère bien trempé. Pour ceux aussi qui aiment le style de cet auteur.

Les + : J’apprécie toujours quand le théâtre des événements se passe en France. L’héroïne au caractère fort est convaincante, et s’inscrit dans la lignée des autres héroïnes des titres de cet auteur. Beaucoup de pistes lancées dans ce premier épisode où le décor et les personnages sont bien posés. Un plaisir à lire.

Les – : Quelques confusions dans les prénoms dans l’introduction de certains personnages, et il m’a sembler relever quelques incohérences dans une des scènes qui se déroule dans les catacombes (moment de groupe avec une caméra, pour ne pas spoiler) J’irgnore si cela aurait pu être corrigé dans la version sortie aux éditions du Petit Caveau.

Infos pratiques
Date de parution : 25 janvier 2017 (version numérique)  (version papier courant été 2017)
ISBN : à venir
Illustration de couverture : Mina M.

« Entrées précédentes