Archives mensuelles : février 2017

L’ordre de la dague noire, Fille des cauchemars 2, Kendare Blake

lordre-de-la-dague-noireL’ordre de la dague noire, de Kendare Blake (tome 2 de la série Fille des cauchemars, éditions Le Livre de Poche)

Six mois se sont écoulés depuis qu’Anna s’est sacrifiée pour Cas et ses amis, emportant avec elle le terrible homme obeah.
Pourtant, lorsque Cas explique voir Anna régulièrement à travers de terrifiantes apparitions, personne ne veut le croire. On le prend même encore plus pour un fou lorsqu’il annonce qu’il veut ramener Anna dans le monde des vivants.
Nombreux sont ceux qui vont tenter de l’en dissuader. Mais la volonté de Cas est sans limite, comme son amour pour Anna.
Et aussi comme le pouvoir de cet ordre de l’ombre auquel Cas est lié sans le savoir, et qui ne rêve que d’une chose : sa perte.

Un second tome qui se lit aussi agréablement que le premier. Plus sombre, plus déterminée, l’histoire se tient plusieurs mois après la fin du premier et on retrouve tous les personnages que l’on a vu dans Anna.
Fondamentalement, la seule chose qui m’a gênée dans ce livre est l’entêtement de Cas au nom de son amour. Comme beaucoup je suis friande de belles histoires d’amour. Or, ici, on parle quand même de l’amour fou pour une jeune fille morte depuis 60 ans que le héros n’a jamais pu côtoyer comme un être humain vivant. J’ai eu du mal à adhérer à ce fait et à ce qui en découle.
Si j’ai apprécié la seconde partie du titre, qui n’est pas sans rappeler le mythe d’Orphée et Eurydice (le narrateur lui-même en fait la remarque), j’ai eu plus de mal à adhérer aux raisons du « pourquoi on en est arrivé là ». D’ailleurs les deux amis du héros sont beaucoup plus lucides que lui à ce sujet et ont souvent représenté mon propre avis au sujet des actions du jeune homme.
Si l’histoire n’apporte pas beaucoup de surprises dans son déroulé, elle réserve cependant des révélations dans la mythologie de l’univers. Notamment au sujet de Cas, de son père, son passé et son athamé. Un environnement original qui rappelle par certains aspects l’ambiance anglaise et magique de la série Harry Potter. Une partie du récit se passe à Londres et l’ambiance y est sympathiquement replacée (pour rappel l’histoire prend place au Canada). Là encore les adolescents parviennent assez facilement à leurs fins mais je leur pardonne car il s’agit d’une histoire d’ados pour les ados. Cela reste plaisant à lire.
Sans dévoiler trop l’intrigue, j’ai envie de vous dire que ce qui m’a le plus déçu dans ce livre que j’ai pourtant globalement aimé, c’est la fin. Quand j’ai refermé l’ouvrage, je n’ai pu m’empêcher de me dire « tout ça pour ça », hausser un sourcil en lâchant le sarcasme que « ça en valait bien la peine ». Je me demande où Kendare Blake veut nous emmener avec sa série Fille des cauchemars.
Plusieurs péripéties ne sont pas très utiles, notamment au sujet du trio de personnages principaux. En revanche, j’ai apprécié l’insertion d’un nouveau personnage en la figure de Jestine (que je lisais toujours « JUstine, désolée). La dualité entre Cas et Jestine fonctionne plutôt bien et apporte un nouveau souffle à l’intrigue qui faisait un peu du sur place.
L’introduction de l’Ordre est un peu tardive et n’apporte pas beaucoup de suspense.
Toutefois, j’ai adoré le passage où Cas et Jestine combattent dans l’autre monde. Ce passage est sans conteste le plus rythmé, le plus dynamique et le plus stressant de tout le récit, et peut-être même de la série tout entière.
Dommage que la fin soit si amère après tous les efforts fournis par les personnages pour atteindre leur but.
Les lecteurs qui ont lu le premier tome ne seront pas obligé de lire celui-ci, qui marque également la fin de ce diptyque.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les romans d’adolescents, les histoires d’amour fortes et romantiques, les histoires de fantômes.

Les + : On retrouve les personnages appréciés dans le premier tome, le style est fluide, toujours efficace, certaines scènes valent le détour.

Les – : Quelques longueurs dans l’intrigue, des péripéties superficielles qui n’apportent rien à l’histoire, et une fin plutôt décevante.

Infos pratiques
Poche:
368 pages
Editeur :
Le Livre de Poche (18 janvier 2017)
Collection :
Fantastique
Langue :
Français
ISBN-10:
2253183695
ISBN-13:
978-2253183693

Plutôt mort que vivant, de Kailyn Mei

plutot-mort-que-vivantjpeg

Plutôt mort que vivant, de Kailyn Mei (tome 2 de la série Andrew Weiss, éditions du Petit Caveau)

Andrew Weiss, ex-star, ex-sex-symbol, ex-maître de sa vie… n’est plus que l’ombre de lui-même. Ecumant les bars, il passe son temps à ressasser ses récents échecs.
Mais les ficelles qui mènent son existence sont toujours maniées en haut lieu par des forces plus grandes que lui et son égo (ce qui n’est pas peu dire), si bien que le vampire ne restera pas longtemps sans se voir confier une nouvelle mission. Ici, une de ses victimes les plus récentes souhaite le voir, car elle a une importante demande à lui faire.
Andrew va devoir faire fi de son passé s’il veut aller de l’avant et faire les bons choix pour rester debout au milieu de tous ceux qui veulent le voir plutôt mort que vivant.

Cette suite de Union Mortelle pour un Vampire se place quelques temps après la fin du premier tome. Bien que s’inscrivant dans une série, ce nouveau récit peut être lu indépendamment du premier, ce qui est une bonne idée.
On y retrouve le personnage principal, et si j’ai regretté ne pas revoir certains que j’avais aimé dans le premier (comme Sérénité), j’ai apprécié les nouveaux personnages au point de préférer largement cette suite au premier.
Le personnage d’Andrew s’illustre mieux dans son rôle de maladroit un peu hautain, là où dans le premier on nous le disait sans forcément nous le montrer. Ici nous pouvons avoir un vrai avis et, chose qui n’était pas le cas dans le premier, le plaindre. Oui, Andrew m’a fait pitié.
Les autres protagonistes sont intéressants, notamment l’erosdaemon Arsinoë, lorsqu’Andrew arrive en Afrique du sud. Un personnage punchy avec beaucoup de potentiel.
Kirsten la fantôme apporte une touche d’originalité bien que l’auteur aurait pu pousser ce personnage encore plus loin à travers plus de péripéties.
Antoni, quant à lui, m’a un peu moins convaincu. L’histoire d’amour homosexuelle non plus car il manquait quelque chose (peut-être le fait que je n’ai pas souvenir d’avoir entrevu cette facette de la personnalité d’Andrew dans le premier tome et que, par conséquent, cette histoire « d’amour » (ou plutôt d’autre chose) se fait un peu trop rapidement).
Au niveau narratif, cette suite est plus claire, plus posée, plus linéaire. On ne digresse pas d’élément en élément et la lecture n’en est que plus plaisante. Comme si l’auteure avait appris de sa première publication pour prendre le temps de peaufiner ce second opus. L’ensemble est plus cadré et beaucoup plus efficace.
Je ne regrette pas d’avoir lu cette suite qui installe profondément le personnage principal et la série.

Pour qui : Les lecteurs qui cherchent une aventure vampirique originale et qui sort des sentiers battus, des personnages à fort potentiel et une écriture fluide et efficace.

Les + : des personnages plus épais que dans le premier tome et qui n’en sont que plus attachants, une intrigue plus maîtrisée qui sait où elle va.

Les – : Quelques personnages auraient pu être davantage poussés, comme la guerrière XXX et Kirsten, au détriment de l’histoire d’amour entre Antoni et Andrew, qui m’a moins convaincue.

Infos pratiques
Date de parution :
10 octobre 2016
ISBN : 
978-2-37342-030-2
Nombre de pages :
166

Derniers articles »