Archives mensuelles : mai 2017

La Naissance, de Jean Vigne – Division Givre 2

La Naissance, de Jean Vigne (épisode 2 du feuilleton numérique Division Givre, éditions du Petit Caveau)

Alors qu’elle vient de constituer son équipe, Ange Bernier passe à l’action. Or, tout ne va pas se passer comme prévu et les conséquences de la première intervention de la toute fraiche équipe Givre va laisser des traces… bien des changements sont à prévoir. Pour le pire et rien que le pire, bien sûr !

La Naissance est l’épisode 2 de la série Division Givre. Il se place directement dans la ligne du premier, Kill Them All, et on y retrouve tous les éléments qui ont fait le charme de son prédécesseur. Y compris le grand nombre de pages qui en fait presque un mini-roman à part entière.
Je confesse avoir lu cet épisode en rentrant d’un week-end à Paris où j’ai eu la chance parfaitement hasardeuse de me promener dans quasiment tous les lieux évoqués dans la série (mis a part les catacombes, et encore c’était pour raison de trop fort affluence, j’aurais dû tenter d’y aller à la nuit tombée comme les personnages de l’auteur). Inutile de dire que je visualisais très bien les lieux et l’ambiance de la majorité des scènes. On trouve le fameux 36 Quai des Orfèvres, le cimetière du Père Lachaise, les catacombes… entre autres.
Ici encore, Paris est le décor de ce feuilleton nerveux et rythmé mettant en scène une héroïne au caractère tellement bien trempé qu’il ne sèche jamais vraiment, et son équipe. La blonde explosive prévient très vite : ils sont là pour casser du vampire.
Car il est toujours question de bêtes à crocs dans cette série, pour l’instant seules créatures surnaturelles à apparaître.
L’héroïne va connaître des bouleversements importants dans son existence qui ne sont pas sans rappeler certaines ficelles de A Belles Dents, d’Anne Bardelli. Je vous laisserai découvrir lesquelles. Là où la différence se situe est dans le traitement des personnages. L’héroïne de Jean Vigne n’a rien à voir avec la très stéréotypée Léa Bacal. Ici, Ange est tout le contraire de ce que laisse penser son prénom. L’ensemble est crédible car servi par une écriture brute et sans langue de bois. Une lecture intéressante et qui fait du bien en sortant des sentiers battus. J’ai apprécié l’immersion dans les lieux, la multiplicité des points de vues, des personnages et des décors, le tout tournant autour d’une même intrigue.
Si un certain nombre de ficelles sont déjà vues, notamment dans la façon dont est gérée la société vampirique (les classiques du genre ont probablement influencé l’écriture de la série), il est agréable de se laisser porter par cette lecture. La galerie de personnage me plait beaucoup et j’attends la suite avec impatience pour me plonger dedans.
En effet La Naissance prend son envol après un premier épisode qui posait des bases intéressantes, et promet encore de l’action pour la suite.
Si le style et le rythme restent ainsi dans les prochains épisodes, on pourra vraiment dire que ce feuilleton est de la bombe. Troisième feuilleton numérique édité par les éditions du Petit Caveau après Bad Moon Rising et Purespace, il se démarque par son dynamisme et son caractère. Les feuilletons ne se ressemblent pas aux éditions du Petit Caveau et c’est bien pour cela qu’on les aime !

Pour qui : les lecteurs qui aiment les longs feuilletons numériques et les héroïnes aussi bagarreuses que des garçons, l’ambiance parisienne.

Les + : la taille du texte qui permet de développer un scénario fourni et une ambiance immersive, un style nerveux et dynamique parfait pour une héroïne qui tient plus de la guerrière que de la princesse !

Les – : un certain nombres d’idées ne sont pas nouvelles et feront immanquablement penser à d’autres lectures ou films vampiriques, ce qui occulte l’impression que l’auteur a créé un univers totalement personnel.

Infos pratiques
Collection : Sang Neuf
Nombre de pages : 130 pages (numérique)
Date de publication : 10/ 05/ 17 (numérique) été 2017 (papier)
ISBN : 9782373420456

Qu’on leur coupe la tête – Alice aux pays des morts-vivants 3, de Mainak Dhar

Qu’on leur coupe la tête, de Mainak Dhar (tome 3 de la série Alice aux pays des morts-vivants, Fleuve Editions)

Et si on revenait en arrière, là où tout à commencé ? C’est ce que propose ce troisième opus, préquelle aux deux ouvrages précédents.

S’il est curieux de trouver une préquelle en tome 3 d’une série de romans, celle-ci propose un point de vue intéressant sur les origines des personnages que l’on connait.
Nous retrouvons ainsi aux manettes le docteur Protima et ce sur quoi elle travaillait avant le début de l’épidémie. A l’époque du récit, Alice n’est pas encore née et le roman débute dans un monde encore identique à celui dans lequel nous vivons.
Mainak Dhar s’attarde ici à nous présenter le monde dans son basculement, ces quelques heures durant lesquelles le destin de l’humanité passe de la normalité au tragique, où les êtres doivent se transcender, se révéler, pour devenir ceux que nous connaissons dans Alice au pays des morts-vivants et De l’autre côté du mouroir. Il nous explique aussi les origines de l’épidémie et le climat mondial au moment des faits. On y découvre donc un monde sombre où la guerre est présente partout, chaude et froide, prenant en otage les populations civiles.
La lecture est aussi prenante que dans les précédents tomes. Mainak Dhar a une écriture fluide et visuelle, émouvante pour ses personnages et le lecteur. On s’attache facilement aux protagonistes, même si je trouve personnellement que l’auteur parvient à traiter ses personnages féminins avec plus de finesse que ses personnages masculins. Ces derniers sont plus classiques, plus brutes, moins nuancés.
Le bémol à noter sur ce titre est similaire aux précédents : la rapidité temporelle du récit. Les événements se déroule de manière très rapide, trop, si bien que je me suis plusieurs fois fait la remarque que les gouvernements sont susceptibles, car ils lancent des assauts nucléaires en deux lignes. J’aurais apprécié que le temps s’écoule plus longuement et qu’on soit moins dans un style descriptif/passif, mais plus dans l’action active. En effet, le récit nous est raconté a posteriori et cela freine la gravité et la longueur des actions. Peut-être suis-je gourmande mais cela ne m’aurait pas déplu que le texte fasse plus de pages pour installer l’univers et la tragédie.
En résumé ce tome 3 est plutôt un premier tome introductif et intéressant pour cette série qui revisite le concept de « pays des merveilles ».

Lien vers la fiche sur le site de l’éditeur.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les histoires de zombies et les textes courts.

Les + : un parti pris intéressant et un scénario cohérent avec le reste de la série. Un style visuel et fluide, des personnages attachants et émouvants.

Les – : Les faits se déroulent trop vites pour qu’on s’immerge dedans complètement.

Infos pratiques
Date de parution : 11/05/2017
Collection : Rendez-Vous Ailleurs
EAN : 978-2265114494
ISBN : 2265114499
Nombre de pages : 160

« Entrées précédentes