Sword Art Online Alicization Beginning, de Reki Kawahara et abec

Sword Art Online Alicization Beginning, de Reki Kawahara & abec (tome 5 de la série Sword Art Online, éditions Ofelbe)

Kirito pensait en avoir terminé avec les mondes virtuels suite à son retour dans la vie réelle après l’épisode Aincrad. Mais un jour, alors qu’il se trouvait dans la rue avec sa petite amie Asuna, il se fait sauvagement agresser, et sombre dans le coma. A son réveil, il s’aperçoit qu’il se trouve dans un environnement inconnu, probablement une réalité virtuelle. Cependant, ce qu’il va vivre va bouleverser sa conception des réalités et aller au-delà de tout ce qu’il a connu.
Mais est-il en train de rêver ? Et si oui, qui tire les ficelles ? Dans quel but ?

Bien qu’étant estampillé « numéro 5 » de la série, Sword Art Online Alicization Beginning est le second roman que je lis de la série. Il s’agit d’un nouvel arc narratif dans l’univers de la saga et, je dois le dire tout de suite : cela n’a pas gêne ma lecture. Ce roman se lit tout à fait de manière indépendante, car même s’il est parfait fait référence à des éléments de ce que l’on devine être les précédents opus, cela n’empêche pas de tout comprendre. Si vous avez lu Sword Art Online Aincrad, cela suffit très bien à comprendre l’ensemble de ce tome-ci.
Ce numéro 5 est-il cependant aussi bon que le premier ?
Hé bien oui.
Je me demandais ce qu’il y aurait encore à dire sur les univers virtuels mais cet Alicization Beginning a parfaitement réussi à trouver une histoire passionnante à nous raconter.
Plus complexe que le premier tome, nous avons ici un récit à multiples voix et univers. Le tout étant extrêmement bien ficelé, j’ai pris plaisir à aller de découverte en découverte à coups de « Ha ouiii !  » intérieurs.
L’auteur va ici plus loin que dans son premier roman où il nous présentait un monde virtuel peuplé d’humains emprisonnés et de PNJ. Dans Alicization Beginning, Reki Kawahara creuse son concept d’intelligence artificielle et propose de longs moments d’échanges entre les personnages, prétexte à discuter de la technologie et des questions éthique qu’elle pourrait poser. Nous sommes en 2026 au Japon, ce qui en fait un récit placé dans un futur proche. Pourtant, la technologie sur les intelligences artificielles et les réalités virtuelles est extrêmement avancée. Ce que cela soulève est intéressant et outre certains passages un peu technique qui ont échappés à mon entière compréhension, j’ai apprécié me poser des questions sur la capacité humaine à reproduire des humains virtuels. Comme vous le savez sans doute j’aime beaucoup quand mes lectures m’apprennent des choses ou m’amènent à me poser des questions. C’est le cas ici pour ce qui est de se poser des questions.
Le tout avec une intrigue en puzzle drôlement bien ficelée, où l’on se demande comment les choses vont se mettre en place, et elles y parviennent de manière très convaincante. Une fois encore le volume est épais, ce qui laisse le temps à l’auteur et l’illustrateur de développer l’environnement en profondeur. J’ai là encore beaucoup apprécié me promener dans ce monde virtuel qui m’a véritablement donné envie de me mettre au MMORPG (ce qui n’est pas mon style de jeux habituel) et de posséder un belle épée. Il y a d’excellentes idées dans ce titre et j’ai été particulièrement emballée par ce qui tourne autour du nom du roman « Alicization ». J’ai trouvé cela très bien pensé !
Kirito et Asuna sont des personnages attachants, plus matures dans ce cinquième opus qu’ils ne l’étaient dans le premier et cette évolution rend leurs péripéties encore plus graves. Si certaines préoccupations des personnages font encore très enfantines, après-tout il s’agit d’un roman jeunesse, les grandes lignes de l’ouvrage peuvent être lues par des adultes. On sent que l’auteur s’est fait plaisir à développer sa saga, y ajouter des intrigues complexes et à mener le lecteur sur des pistes encore inexplorées.
Sword Art Online est résolument ma série préférée parue aux éditions Ofelbe, parmi celles qu’il m’a été permis de découvrir.
Enfin, à noter, et ce n’est pas rien, que les superbes illustrations d’abec parsèment encore ce récit avec beaucoup de justesse et de finesse. Moi qui suis moins attirée par l’art du manga ai quand même été touchée par ces dessins en noir et blanc, et les superbes planches en couleur fournies en début et fin d’ouvrage.
Un bon roman, un bel objet, une superbe lecture.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu le premier tome, les enfants et les adultes aussi, les lecteurs qui aiment les romans et pas forcément les manges, ceux qui aiment lire et se poser des questions.

Les + : Un style immersif et fluide, des personnages attachants, des thèmes qui amènent à se poser des questions sur des sujets actuels et intéressants, de très jolis dessins et de superbes planches.

Les – : Certains passages très techniques m’ont parfois perdue dans leur longueur et leur complexité.

Infos pratiques
Broché: 572 pages
Editeur : Ofelbe (23 février 2017)
Collection : HORS COLLECTION
Langue : Français
ISBN-10: 237302022X
ISBN-13: 978-2373020229

Publicités

One comment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s