Nous, de Evgueni Zamiatine

Nous, de Evgueni Zamiatine (one shot, éditions Actes Sud)

Dans un futur lointain, les hommes ne sont plus que des numéros soumis à un État Unitaire. Leurs faits et gestes sont programmés à l’avance selon une liste de tâches définies, et leur intimité balayée derrière des murs transparents.
Cela au nom du bonheur. Il parait que c’est la seule façon d’être heureux.
D-503 le croit fermement. Jusqu’à présent il ne s’est jamais posé de question.
Jusqu’au jour où il rencontre I… une mystérieuse femme qui va lui faire voir la vie différemment. On dit alors qu’il est gravement malade et qu’il développerait une « âme ».
Que faire ?

Ce roman de Evgueni Zamiatine n’a pas eu une vie facile, comme nous le raconte l’éditeur en préface. Victime de censure dès sa sortie dans les années 1920, il ne sera jamais réellement édité en Russie du vivant de l’auteur, condamné à le diffuser clandestinement.
Et pour cause, il s’agit d’une critique assumée de la société de l’époque, et bien entendu du communisme. Cela saute aux yeux dès les premières pages.
Dans un futur qu’il nous décrit lointain mais où les moeurs sont celles de son époque, l’auteur raconte la vie d’un peuple enfermé sous un dôme et amené à ne pas se poser de question. L’État Unitaire justifie ce contrôle total des individus (jusque dans leur vie sexuelle) par la volonté de rendre les hommes heureux. Il n’y a pas d’individus, juste un collectif.
On retrouve donc sans peine les codes du communisme russe.
Ce n’est pas un roman qui se lit facilement, ou qui est aussi accessible que d’autres. Écrit comme un journal, au moyen de « notes », le narrateur est parfois un peu jargonneux et s’efforce de rendre compréhensible pour le lecteur anonyme son univers qu’il sait spécial. Ainsi, il faut souvent décoder, réfléchir, pour comprendre.
Il est intéressant d’avoir le récit d’un personnage fermement convaincu que ce qui nous choque est bien. Intéressant aussi de constater que le grain de sable qui vient gripper la machine n’est autre qu’une femme, sorte d’Eve au jardin d’Eden, qui subitement se met à tout faire aller de travers. La tentation s’incarne et c’est toutes les certitudes qui volent en éclat. Les émotions et sentiments qui se réveillent.
Le lecteur est en position de se faire sa propre opinion. On ne l’amène pas à penser, (ce qui est d’ailleurs ce que dénonce l’ouvrage) mais bien à se forger son propre avis.
Bien qu’ayant vécu de 1884 à 1937, Evgueni Zamiatine s’inscrit dans la ligne de ces auteurs contestataires, comme on a pu découvrir avec le regretté Ayerdhal , et qui incite les peuples à penser par eux-mêmes, et à se révolter.
Dans son propos, Zamiatine nous explique que les révolutions sont infinies, et que nous revenons toujours au point zéro. Que l’histoire n’est qu’une succession de recommencements, mais toujours un peu différents. C’est une réflexion très intéressante qui reste d’actualité. Le propos du livre, bien que dénonçant un système éteint aujourd’hui au moins sous nos latitudes, nous amène à nous poser encore les questions des libertés et de ce que nous serions prêts à sacrifier au nom du bonheur.
Et puis, après tout, qu’est-ce que le bonheur ?
Nous est une lecture intelligente qui amène à la réflexion, comme j’aime en lire entre plusieurs récits moins engagés.

Pour qui : les lecteurs qui aiment lire et se poser des questions, ceux qui aiment les ouvrages d’un genre soutenu, les livres qui ont vécu une histoire.

Les + : un ouvrage soutenu rédigé sous forme de notes, ce qui est original. Un ouvrage qui amène à se poser des questions et dont le thème est intemporel. A noter que la couverture m’a beaucoup plu. Très attirante !

Les – : il faut parfois décrypter ce qu’à voulu dire l’auteur, ce qui fait lire beaucoup de texte pour saisir une seule idée.

Infos pratiques
Editeur : Actes Sud Littérature
Collection : Exofictions
Sortie : Mars, 2017
Pages : 240 pages
traduit du russe par : Helene HENRY
ISBN : 978-2-330-07672-6

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s