Archives mensuelles : août 2017

RE : Zero, de Tappei Nagatsuki et Shinichirou Otsuka

RE : Zero, de Tappei Nagatsuki et Shinichirou Otsuka (tome 1 de la série RE : Zero, éditions Ofelbe)

Le jeune Subaru Natsuki se fait agresser un jour dans la rue et se retrouve dans un autre monde. Cependant, il semble que personne ne lui ait demandé de venir. Alors pourquoi est-il ici ?
Plus étrange encore, il revient au point de départ chaque fois qu’il meurt. Et des occasions de mourir, il va en avoir beaucoup.
Ce jeune héros qui n’a rien fait pour le devenir va devoir se servir de son intelligence, à défaut de ses muscles, pour venir en aide à la jeune fille aux cheveux argentés qui cherche à mettre la main sur un objet qu’on vient de lui voler, sans revenir à la case départ.

J’ai lu cet ouvrage car le postulat de départ me plaisait beaucoup : mourir et tout recommencer à zéro dans un autre monde. Qui n’a jamais rêvé de recommencer de zéro, si cela était possible ? Les perspectives offertes par cette idée sont aussi nombreuses qu’intéressantes. Et puis, vu cette jolie couverture, et sachant que les éditions Ofelbe produisent toujours de très beaux ouvrages, je n’ai pas pu résister.
Malheureusement, je dois avouer que j’ai été déçue. Peut-être en attendais-je trop ? Peut-être que mon esprit s’est emballé à la lecture du pitch, mais quoi qu’il en soit je ne m’attendais pas à une lecture de ce genre.
RE : Zéro nous raconte une histoire, mais… en boucle. Il s’agit d’une seule scène, que le narrateur/héros va revivre maintes et maintes fois jusqu’à réussir à vivre la scène de la façon dont il le souhaitait. On est plus proche de « je suis coincé dans une boucle temporelle » que « je revis à partir de zéro ». La répétition de la scène rend l’ouvrage long, lent. Je me suis ennuyée en me disant « c’est reparti…. ». Le style d’écriture est très visuel, on sent qu’il s’agit d’un adaptation d’animé, et malheureusement cela ne fonctionne pas à de nombreuses reprises. En effet, plusieurs passages, ou blagues, sont écrits pour être vus. Si bien que sans l’image, non seulement certaines scènes ne veulent plus dire grand chose et le lecteur est un peu perdu, mais en plus tout ce qui peut faire le comique disparait. Le visuel joue beaucoup et il ne suffit pas de décrire ce qu’on voit à l’image pour en faire un texte. J’aurais apprécié que ce soit plus étoffé, plus fourni en détails. Ici beaucoup de questions se posent: on ne sait finalement pas pourquoi l’artefact de la jeune fille aux cheveux d’argent est si important, on ne comprend pas pourquoi Elsa agit de manière aussi brutale et à la fois sensuelle, qui est-elle ? Les épéistes qui interviennent sont motivés par des choses inconnues, qui a appelé Subaru dans ce monde et pourquoi ?

Je sais que tout ne peut pas trouver réponse dans un tome, c’est le principe des séries, mais il me semble qu’ici la base même de cette série et de son univers n’y est pas. Il manque des éléments. J’ai dû complètement passer à côté de ce roman, qui partait pourtant sous de très bons auspices.

Pour qui: les lecteurs qui aiment les adaptations d’animés et les mondes de fantasy japonais.

Les +: plein de bonnes idées et un thème de départ intéressant. Un personnage principal peureux qui sort de l’ordinaire et qui est plutôt bien mis en scène pour ne pas devenir pathétique.

Les -: beaucoup de questions sans réponse, une seule scène pour tout un roman et des personnages qui agissent parfois de manière étonnante. Le style d’écriture se lit bien mais n’est pas adapté pour ce type de récit, oú beaucoup d’événements tombent à l’eau en raison du manque d’image.

Infos pratiques
Broché: 280 pages
Editeur : Ofelbe (15 juin 2017)
Collection : Light Novel
Langue : Français
ISBN-10: 2373020300
ISBN-13: 978-2373020304
Dimensions du produit: 14,2 x 2,1 x 21,1 cm

Publicités