Archives mensuelles : septembre 2017

La Conspiration d’Umbrella, Resident Evil 1, de SD Perry

La Conspiration d’Umbrella, de SD Perry (tome 1 de la série Resident Evil, éditions Milady)

Les STARS de Raccoon City sont une équipe de militaires d’élite dont la mission est de venir en aide aux populations civiles.
Juillet 1998. Des meurtres inquiètent les autorités. Les coupables sont introuvables et les victimes sont découvertes atrocement mutilées. Cannibalisme ? Animal sauvage ? L’équipe Bravo de Raccoon City est envoyée au coeur de la forêt, là où sont localisés les crimes, pour mener l’enquête.
Mais elle disparait à son tour.
Alors l’équipe Alpha entre en jeu sans savoir qu’elle s’apprête à entrer au coeur de l’enfer.

Je suis une grande grande fan de cette série de jeux vidéo (du moins la première génération), et je connais le jeu depuis ses débuts. Inutile de vous dire que ce roman n’a pas été une découverte. En effet, j’ai déjà lu toute la série lorsqu’elle était publiée chez Fleuve Noir il y a de cela plus d’une dizaine d’année.
Or, je me suis replongée avec délice dans ce titre, sous sa forme rééditée parue chez Milady. Autant vous le dire tout de suite : a part la couverture et le prix (qui a augmenté d’une manière frisant l’indécence pour un ouvrage de ce genre), rien n’a changé. C’est en effet la même traduction que chez Fleuve Noir.
J’ai donc retrouvé avec plaisir tout ce qui me plaisait lors de ma première lecture. Et puis après tout ce temps, c’était un peu comme une seconde première fois, non ?
Le style de S.D Perry est toujours aussi fluide. On suit l’histoire du premier jeu sorti en 1997 sur play station. Les situations, les objets, et même les dialogues… il s’agit presque d’un script mais en version romancée. Très pratique pour me remettre en mémoire le décors, les cinématiques… et parfois aider à trouver l’astuce d’un problème dont la résolution vous échappait. Je rejouais le jeu dans mon esprit. L’auteure sait parfaitement recréer l’ambiance, et profite même du roman pour approfondir les relations entre les personnages, et leur personnalité. Ainsi, ils nous apparaissent encore plus réalistes, plus vivants, plus concrets.
Lors de ma première lecture, j’avais adoré cette série de romans et cette relecture (une des rares qu’il m’est donné de faire au cours de ma vie de lectrice) est un bonheur non amoindri. On est au coeur du manoir, avec ses mécanismes, ses pièges, ses clés… il ne manque que les angles de caméras pour avoir tous les ingrédients. On retrouve un mélange de narration et d’articles de presse, de documents manuscrits, comme dans notre progression vidéoludique. Umbrella joue son rôle, à la fois omniprésent et invisible. Les héros sont brillants et les traîtres beaucoup plus sombres.
En cela si le lecteur cherche de l’originalité par rapport au jeu, il n’en trouvera pas ici. Il s’agit plutôt d’un bon moyen pour amener les lecteurs à s’intéresser à un support console, ou l’inverse. La seule différence entre le jeu et le livre est l’introduction du personnage de Trent, le bonus que l’on ne retrouve jamais dans les jeux. Peut-être une manière de permettre à l’auteure de prendre quelques libertés mais sans jamais sortir du chemin tracé par la production et Capcom.
Un roman qui devrait plaire à la fois aux fans, qui retrouveront le plaisir de le jeu préféré, ainsi qu’aux novices qui découvriront avec intérêt cet environnement si particulier, raison du succès de la série.

Pour qui : Les fans et les non connaisseurs du jeu. Les lecteurs qui aiment les ambiances pesantes, gores et étouffantes, pleines de pièges et de mystères.

Les + : On retrouve avec plaisir l’ambiance du jeu, le récit est bien écrit et fluide, les personnages un peu plus approfondis que dans les jeux.

Les – : cela m’arrive rarement de me plaindre de ce critère car cela ne concerne pas l’auteur et le texte en lui-même, mais là le prix de l’ouvrage n’est clairement pas justifié pour une réédition sans modification.

Infos pratiques
Editeur : Milady
Date de parution : 21/08/2014
Collection : Gaming
ISBN : 2811212906

Publicités

La Justice de Kushiel, de Jacqueline Carey. Imriel Tome 2

La Justice de Kushiel, de Jacqueline Carey (tome 2 de la série Imriel, éditions Milady)

Après son retour auprès des siens, Imriel retrouve le poids de son héritage. Fils d’une noble du royaume, il va devoir assumer son rôle de proche de la couronne. Cela passe par un mariage arrangé qui va lui déchirer le coeur, alors que celui-ci bat pour la dauphine. Un amour interdit par les conventions, mais que les deux jeunes gens ne parviennent pas à maîtriser. Pourtant, contraint et forcé, Imriel va devoir apprendre à aimer sa femme et à faire de lui ce qu’on attend. Parviendra-t-il à trouver sa place et à entrer dans le moule, lui qui est tant épris de désirs et de liberté… Imriel ne pourra pas se laisser enfermer dans une cage.
Pas sans combattre.

Chaque année je passe l’été en compagnie d’un des pavés de Jacqueline Carey (au moins 800 pages chacun). Après la trilogie de Kushiel, je suis depuis l’année dernière dans la trilogie Imriel, dont La Justice de Kushiel est le tome 2.
Maintenant que les personnages sont installés, on a dans ce tome encore plus d’aventure, et surtout d’amour. Clairement, ce tome met l’accent sur le fameux principe « Aime comme tu l’entends ». On découvre un Imriel maudit, torturé par ses désirs et sa destiné, qui se pose des questions à la fois sur lui-même et sur les autres.
On retrouve ici les personnages du premier tome, et plus généralement ceux de la série Kushiel. Pour mon plus grand bonheur !
Une fois n’est pas coutume, je me suis plongée avec délice dans cet univers que j’ai l’impression de retrouver chaque été comme si je retrouvais de bons amis dans un camping. Les aventures racontées ici sont développées, complexes, mais sans jamais être incompréhensibles. On entre dans la tête des personnages et leurs motivations sont crédibles. Ce monde réécrit par Jacqueline Carey est calqué sur le notre mais avec une ambiance plus médiévale. Le tout saupoudré de sensualité. J’aime beaucoup.
Imriel est un personnage attachant, qui parvient à rendre les autres personnages attachant. On est influencé par ses choix et on finit pas s’émouvoir de tout ce qui le touche.
Au niveau du scénario, l’histoire est longue, si bien qu’il faut beaucoup de temps pour comprendre où l’auteure veut nous amener, mais quand on y parvient, cela semble être un cheminement évident. Comme d’habitude on part de loin mais c’est volontaire, et lorsque le voyage se termine, on aimerait poursuivre encore et encore.
Je suis triste à l’idée qu’il ne me reste qu’un tome à lire. Quitter Imriel l’année prochaine sera aussi déchirant que lorsque j’ai dû quitter Phèdre. Mais encore plus car là je sais qu’il n’y a rien derrière et que je ne le retrouverai pas (Jacqueline Carey a écrit une troisième trilogie qui se déroule plus de 100 ans après celle-ci et n’a pas été traduite en français pour le moment). Cela fait donc 5 ans que cette aventure a commencé pour moi et je me rapproche de la fin avec ce tome de milieu de série. Je me demande comment cela va se terminer et j’aimerais que cela ne finisse jamais.
Jacqueline Carey fait partie de ses auteurs dont j’aimerais égoïstement qu’ils passent tout leur temps à produire des textes, encore et encore, pour le plaisir de m’y plonger.
Si vous avez aimé le style sensuel, immersif et efficace des précédents opus, vous aimerez encore plus celui-ci, qui est encore plus émouvant et romantique. Je vous défie de ne pas avoir les larmes aux yeux au moins une fois, et de ne rien ressentir à la lecture de ce titre.
Une fois de plus, Jacqueline Carey nous offre un véritable bijou de littérature. Un de ces romans plein de personnages qui vous toucheront et que vous n’oublierez jamais.

Pour qui : les lecteurs qui ont au moins lu le tome 1, ceux qui aiment les personnages forts, les intrigues extraordinaires, les cours et royaumes, le pouvoir et la sensualité.

Les + : des personnages marquants, un roman dans la continuité des précédents, un style toujours aussi immersif et efficace, une intrigue incroyablement complexe et simple à la fois

Les – : l’histoire est peut-être un peu longue à se mettre véritablement en place.

Infos pratiques
Poche: 918 pages
Editeur : Milady (22 janvier 2016)
Collection : FANTASY
Langue : Français
ISBN-10: 2811216472
ISBN-13: 978-2811216474

« Entrées précédentes