Archives mensuelles : février 2018

Le Mauve Empire, de V.K Valev

Le Mauve Empire, de V.K Valev (one shot, éditions du Petit Caveau)

Séverin Desjaunes est magnétiseur à l’hôpital. Son don, venu naturellement, lui permet de sauver des patients pour qui la médecine n’a plus beaucoup d’espoir. Néanmoins, il est incapable de sauver la seule personne qui lui est chère : sa femme Arline.
Le désespoir va le conduire à d’horribles actions pour tenter de détruire le mal qui la ronge.

J’avais ce livre dans ma PAL depuis longtemps avant de me décider à le lire. Premier livre édité aux éditions du Petit Caveau en 2009, je me l’étais procuré à l’occasion de l’opération « 1 mois 1 maison 1 achat » lors duquel j’avais fait bien plus d’un achat.
Bref, sa couverture intrigante, son titre énigmatique et son genre m’ont fait envie et je me suis lancée dans cette lecture.
Pour être honnête, je ne sais pas trop à quoi je m’attendais, mais probablement pas à ce que j’ai trouvé dans ce titre.
Sous plusieurs aspects, il m’a rappelé les ouvrages de Hard-Fiction écrits notamment par Christian Eychloma (Que le Diable nous Emporte, Ainsi Soit-il) mais dans le genre vampirique. Cela parce que l’auteur donne à plusieurs reprises des explications très techniques et scientifiques de ce qu’il dit ou fait. Il faut aimer. Pour ma part je fait partie des gens qui aiment cela (à condition que ce ne soit pas à outrance et bien intégré dans le roman, pas en note de bas de page).
Le roman se découpe en deux parties très différentes. Si j’ai bien aimé la première, j’ai en revanche beaucoup moins adhéré à la seconde.
En effet, l’auteur prend le temps de nous présenter son personnage dans la première partie. On y trouve son quotidien, ses motivations, son environnement… et nous partons dans un récit intéressant au sujet d’un homme magnétiseur, une profession que j’ai rarement lu dans les romans.
Séverin Desjaunes a une personnalité originale, intéressante, et ses préoccupations m’ont touchées.
En revanche, la seconde partie part tellement en vrille que je me suis demandée s’il s’agissait du même ouvrage ou d’un autre. La personnalité du héros change radicalement, et même si on nous explique pourquoi, cela peine à convaincre.
En fait, j’ai trouvé qu’il y avait une trop grande différence entre les deux parties, si bien que l’ensemble ne forme pas un roman homogène. C’est comme si on avait enfermé de l’huile et de l’eau dans la même bouteille. Certes, il y a un ensemble, mais constitué de deux choses distinctes et qui n’ont pas grand chose à voir.
C’est dommage parce que cette première partie était très prometteuse et je l’ai lue rapidement. J’ai eu plus de mal avec la seconde, qui m’a perdue en route.
Le style de l’auteur est sympathique, les jeux de mots intelligent, on sent qu’il y a un esprit derrière les mots. Preuve en est de l’épilogue extrêmement bien construit qui a su réveiller et retenir toute mon attention ! Malheureusement cela n’a pas suffit pour m’embarquer complètement dans l’histoire et me faire apprécier le principal protagoniste.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les histoires de vampires et les romans intelligents

Les + : une première partie sympathique et originale, une profession intéressante assez peu exploitée, beaucoup d’esprit et un style qui se lit bien.

Les – : un gouffre sépare les deux parties au point que l’on se demande si on parle toujours de la même chose. C’est dommage, il manque de liant pour créer un récit homogène.

Infos pratiques
Date de parution : 5 juin 2009
ISBN : 978-2-9533892-0-3
Nombre de pages : 264
Illustration de couverture : Véronique Thomas

Publicités