Vapeur Girl, de Igor Quézel-Perron

Vapeur Girl, de Igor Quézel-Perron (one shot, éditions Envolume)

Dans un monde gouverné par les médias et les réseaux, deux jeunes gens vont voir leur destin bouleversé malgré eux. Lui va devenir roi, elle prostituée dans une maison close. Leur amour pourra-t-il survivre à la pression de la société ? Parviendront-ils à entrer dans le moule dans lequel on veut les enfermer ?

Petit ovni découvert par hasard au dernier salon du livre de Paris, je ne savais pas à quoi m’attendre à la lecture de ce texte.
C’est un avis plutôt partagé qui m’habite à la fin de ma lecture. Voilà pourquoi.
La couverture intrigue. Colorée, on sait immédiatement qu’on va entrer dans un univers singulier. Singulier, il l’est. C’est un mélange de notre monde et d’un univers différent. Je n’ai pas su situer véritablement l’intrigue dans le temps, et ai eu l’impression d’un futur pas si lointain dans un pays exotique d’Afrique du Nord ou oriental. Toutefois j’ai eu l’impression que l’auteur voulait créer un environnement profond sans toutefois s’y plonger. En effet, le livre fourmille de termes et de noms inconnus pour désigner des choses que l’on ne connaît pas et qu’on peine à se représenter à cause du manque d’explication. Ce n’est pas parce que tous les mots sont modifiés que l’univers va gagner en épaisseur, au contraire. Je me suis un peu perdue dans un pays qui ne ressemble à rien de ce que je connais, avec des us et coutumes qui me sont inconnues, et une culture que je ne maîtrise pas. Or sous couvert d’une poésie annoncée, l’ auteur n’entre jamais dans le détail. C’est comme si vous essayiez d’apprendre le chinois simplement en écoutant des Chinois parler. Il manque des choses pour s’y retrouver, pour accrocher et comprendre.
Si je suis partagée, c’est parce que quand l’auteur se donne la peine de nous expliquer ce qui se passe et pourquoi les choses se déroulent ainsi, cela fonctionne et est appréciable.
L’auteur ne manque pas d’idées pour son petit royaume, et il y a beaucoup de bonnes idées dans ce livre. Malheureusement, une fois encore, on manque d’éléments pour donner de la profondeur.
La Malfermée, par exemple, semble être un élément important, à la fois dans l’univers des personnages mais aussi dans leurs vies. Pourtant je n’en ai pas retenu grand chose. Une émission de télé qui vous broie sans que vous n’ayez votre mot à dire ? Je ne l’ai pas ressenti. Au contraire, le seul personnage que l’on suit y est plutôt bien traité. On ne sens pas le côté inhabituel de la chose. Alors que c’est hyper intéressant !
Et presque toutes les idées sont traitées de cette manière. De fait, on ne voit pas grand chose et on doit uniquement se fier à une phrase d’un personnage pour avoir un avis complet sur une chose ou l’un des protagonistes. Insuffisant.
Cela dit, il y a aussi de bonnes choses dans ce titre. Et sa plus grande force est incontestablement son idée principale. L’auteur nous dépeint un monde guidé par les réseaux sociaux et leurs dangers. Une société où les habitants ont déjà vendu leur âme au diable dans la course à la notoriété. On sent une vraie volonté de parler d’un sujet actuel et dangereux, insidieux, qui pourrait faire plonger notre société dans le chaos si l’on n’y prend pas garde. Le titre fait réfléchir, repenser ses habitudes et son rapport aux réseaux sociaux. A la manière de certains titres classiques, telles les Lettres Persanes de Montesquieu, on délocalise l’intrigue pour mieux mettre le doigt sur sa proximité. On la fait se dérouler pour des gens qui n’ont rien à voir avec nous pour mieux nous cibler. On exagère les situations pour mieux nous faire prendre conscience qu’elles existent déjà et sont bien réelles.
En résumé, Vapeur Girl est un titre assez fin qui aurait sans conteste mérité un approfondissement pour véritablement apparaître comme un coup de poing dans une littérature parfois frileuse sur les sujets d’actualité.

A paraître le 12 juin 2018

Pour qui : les lecteurs qui aiment les livres qui font réfléchir mais ne sont pas trop gros, ceux qui aiment la poésie et les métaphores.

Les + : beaucoup de bonnes idées et des sujets traités avec finesse

Les – : L’univers créé est clairement trop peu développé pour que l’on s’y plonge vraiment. Difficile de développer quelque chose en si peu de pages.

Infos pratiques
Date de parution : 12/06/2018
Editeur : Envolume Editions
ISBN : 978-2-37114-060-8
Présentation : Broché
Pages : 200 pages

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s