Le portrait du mal, de Graham Masterton

Le portrait du mal, de Graham Masterton (one shot, éditions Milady)

Un mystérieux portrait de famille, des meurtres horribles, un couple terrifiant… tout est lié, mais comment ? Pourquoi un peintre médiocre connait-il soudain un tel engouement ?
Dans le sombre manoir d’une ancienne famille, l’horreur porte un nom, mais aussi un visage.

Il s’agit du premier roman que je lis de cet auteur après en avoir entendu parler depuis de nombreuses années. Je savais devoir m’attendre à un titre « horrifique », mais je suis toujours sceptique sur la capacité des auteurs d’aujourd’hui à effrayer les lecteurs adultes. Le monde nous en fait déjà tellement voir à la télévision et au cinéma, et nous n’avons plus l’innocence de l’époque où nous lisions les Chair de Poule. Les adultes d’aujourd’hui sont trop blasés par les horreurs du monde pour encore s’effrayer avec des livres.
Pourtant, ce titre m’a mise mal à l’aise, et a su créer en moi un sentiment de dégoût profond.
Le portrait du mal est certes invraisemblable du fait qu’il possède une part de fantastique, mais Graham Masterton parvient à créer une ambiance suffocante, un huis-clos étouffant dans une ambiance glaçante.
On est pris dans l’ambiance très vite, une sorte de mélasse noire et gluante qui vous colle à la peau autant qu’à l’esprit. les descriptions sont incroyables, je visualisais parfaitement bien les différents protagonistes. Plusieurs fois, je me suis rendue compte que j’avais retenu mon souffle et bien que je lisais le texte dans les transports, j’étais totalement seule au monde lorsque je l’ai lu.
J’ai frissonné, j’ai été tendue. Graham Masterton est un formidable conteur pour les histoires horrifiques et j’ai très envie de découvrir d’autres de ses textes.
Car là où certains se contentent d’aligner les descriptions gores et peu crédibles, pensant que cela suffit à faire de l’horreur, Graham Masterton est beaucoup plus fin. Moins dans la débauche d’hémoglobine, il joue aussi sur l’aspect psychologique de l’oeuvre. On plonge dans l’horreur concrète et abstraite, celle qui se voit et celle, plus insidieuse, que l’on ne peut percevoir que quand il est trop tard.
Vous l’aurez compris, j’ai donc passé un excellent moment avec ce titre. Il était parfait pour l’adulte de 29 ans que je suis, assez peu au fait de la littérature horrifique.
Après, pour les habitués, les ficelles employées ici pourraient être un peu grosses et manquer d’originalité. Voilà pourquoi le roman, en dépit de toutes ses qualité, ne sera pas tout à fait un coup de coeur ici.
Néanmoins, si comme moi vous voulez mettre un pied dans cette littérature qui a encore du pouvoir sur nous, allez-y sans hésiter.

Pour qui : les lecteurs qui ont envie de se faire peur et n’ont pas l’habitude de ce genre de lecture.

Les + : Une ambiance sombre et bien construite, des descriptions immersives, des personnages diaboliques.

Les – : Les ressors utilisés pourraient ne pas surprendre les lecteurs habitués du genre.

Infos pratiques
Poche: 480 pages
Editeur : Bragelonne (8 avril 2010)
Collection : FANTASTIQUE
Langue : Français
ISBN-10: 281120301X
ISBN-13: 978-2811203016

Publicités

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s