Ce qui ne te tue pas, de Georgia Caldera

Ce qui ne te tue pas, de Georgia Caldera (tome 1 du dyptique Ce qui ne te tue pas, éditions J’ai Lu)

Violette et Adam ont beaucoup de points communs : les deux adolescents rêvent de faire leurs études dans une prestigieuse école graphique, ils ont des secrets à cacher, une vie à fuir, et surtout ils se détestent.
Malheureusement, ils vont devoir cohabiter. Un rapprochement forcé qui pourrait avoir des conséquences imprévues.

Cela faisait longtemps que je voulais découvrir la plume de Georgia Caldera, que je connais depuis très longtemps sur internet. Pour dire, je la connais depuis l’époque de feu Myspace !
Or, difficile de trouver ses ouvrages. Alors quand ils se sont tous étalés devant moi au dernier salon du livre de Paris, je n’ai pas hésite et je me suis laissée tenter par celui-ci, qui est le tout dernier sorti. La couverture et le résumé m’ont attirés, je cherchais quelque chose de léger et avec des émotions. Et puis, on ne va pas se mentir, la photo en couverture est à elle seule un bon argument de vente.
J’attendais de me laisser séduire par le texte, et le début a tenu ses promesses. Je suis rapidement rentrée dans l’histoire de Violette et ses problèmes très actuels, puis dans le quotidien d’Adam.
Toutefois, le soufflé est vite retombé.
En effet, ce livre a très vite fini par me lasser. Peut-être parce que j’ai assez vite vu les grosses ficelles (que dis-je, les « cordes ») marketing derrière.
On a un roman chorale avec un couple de personnages aux vies parallèles qui vont se rejoindre. Mais tout le livre n’est qu’une succession de clichés et j’ai levé les yeux au ciel tant de fois que j’ai cru qu’ils allaient y rester. En clair, nous avons là le couple typique de « la plus belle fille que tout le monde veut » et du « geek asocial renfermé mal dans sa peau dont tout le monde se moque ». Et devinez qui vont tomber amoureux l’un de l’autre ?
Oui.
Sauf que non seulement ils vont très vite tomber amoureux l’un de l’autre, mais ils vont passer 300 pages à se tourner autour à coup de « non elle ne peut pas aimer un mec comme moi », « je ne vois pas pourquoi il s’intéresserait à une fille comme moi », alors que tout dans leurs actions prouve le contraire. De fait, les protagonistes ont des réactions incompréhensibles et peu crédibles, dont l’apogée arrive bien entendu à la fin où l’on crée une fausse brèche pour nous inciter à acheter la suite. Adam s’emporte subitement pour quelque chose sorti de nulle part au point de retourner faussement la situation de manière disproportionnée à laquelle je n’ai pas cru une seconde.
Cela me semblait si évident qu’on voulait m’obliger à acheter la suite, que je ne le ferai pas. Le livre manque cruellement d’action, à croire qu’il s’agit de remplissage pour nous amener à cette fin peu crédible. Je suis prête à parier que la deuxième partie sera plus rythmée.
En outre, la couverture ne reflète absolument pas le personnage masculin qui a plus des airs de Kylo Ren (Adam Driver… je me demande si le nom du personnage n’est pas carrément un clin d’oeil à l’acteur tant sa description m’y a fait penser) que du mannequin barbu et rock qu’on nous présente. A contrario, la couverture de la suite a l’air de parfaitement refléter Violette. Il faut croire qu’Adam Driver n’est pas assez vendeur…
Je suis sortie de cette lecture frustrée avec la sensation qu’il s’agit plus d’une commande éditeur que d’une réelle envie de l’autrice de nous raconter l’histoire. Tout y est trop attendu, trop marketé, pas assez fouillé… Alors que les personnages et leurs histoires ont un réel potentiel, qui aurait pu gagner en développement s’ils n’étaient pas aussi occupés à se tourner autour comme deux loups avant l’affrontement.
A l’origine, je ne comptais pas parler de ce titre sur le blog puisque je le lisais « en off ». Mais il rentre dans la partie Young-Adult et je voulais quand même en parler parce que c’est la première fois que j’ai à ce point l’impression d’une liste marketing que l’on a coché en suivant les ingrédients d’une recette, et non pas qu’on me racontait une histoire sincère. Je suis donc déçue de ce titre.

Pour qui : les lecteurs qui cherchent une histoire contemporaine.

Les + : un style fluide qui se lit vite et bien.

Les – : je n’y ai pas cru une seconde. Les personnages passent leur temps à se rapprocher/s’éloigner pour des raisons incompréhensibles, l’ensemble est clichés et on nous pousse beaucoup trop à l’achat du second par un ressort qui ne tient pas la route. Je n’ai pas non plus apprécié d’être attirée par un bel homme en couverture qui n’a rien à voir avec le personnage à qui il est censé faire référence.

Infos pratiques
Poche: 320 pages
Editeur : J’AI LU (20 mars 2019)
Collection : FANTASME
Langue : Français
ISBN-10: 2290200530
ISBN-13: 978-2290200537

Publicités

3 Commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s