Archives mensuelles : décembre 2019

I.R.L , d’Agnès Marot

I.R.L , d’Agnès Marot (one shot, éditions Gulf Stream)

Chloé Blanche est une intelligence artificielle vivant dans le jeu Play Your Life et vivant à Life City. Sauf qu’elle ne le sait pas. Elle pense être une adolescente normale, jusqu’au jour où un mystérieux contact lui ouvre les yeux sur le monde qui l’entoure et toutes les caméras qui l’observent. Peu à peu, Chloé prend conscience de son état et du fait d’accomplir des actes en dépit de sa volonté. On la contrôle. Alors, pendant dès qu’elle a un moment d’autonomie, elle en profite pour mettre au point un plan capable de lui offrir ce dont elle rêve : la liberté.

Après ma lecture mitigée de Quelques pas de plus, j’étais impatiente de retrouver la plume d’Agnes Marot dans un registre dont je me sentais plus proche : les jeux sur ordinateur. Je ne regrette donc pas ma lecture, tant celle-ci m’a enthousiasmé !
J’ai découvert un univers bien construit et très prenant, qui m’a rapidement fait penser à ce qu’aurait pu être Hunger Games s’il m’avait convaincu. Dans I.R.L, le côté « télé-réalité suivie par les spectateurs » est très présent, si bien qu’on le comprend vraiment et qu’on comprend les motivations des personnages. Ces derniers sont nombreux, d’autant plus qu’ils ont tous un double virtuel, mais sont tous différents. Leurs motivations sont crédibles et ils agissent tous selon leurs propres objectifs. J’ai trouvé Chloé attachante pour une I.A, bien qu’un peu butée. C’est une héroïne typique d’ouvrage Young Adult. L’histoire est bien construite, aboutie, et toutes les questions trouvent réponse à la fin. J’ai aussi apprécié qu’Agnes Marot mette de la diversité dans son texte ainsi qu’un clin d’oeil à une de ses vraies amies. Cela ne fait que rendre plus évident le pouvoir qu’ont les auteurs avec leurs oeuvres.
Aussi, l’inspiration évidente du roman sur le jeu Les Sims (un de mes jeux préférés) n’a pu que me plaire, et j’ai trouvé l’idée de base très sympathique : et si les Sims se rendaient compte qu’ils étaient des Sims ? De nombreuses références à des oeuvres connues parsèment le texte, et sont même expliquées à la fin. On sent que l’actrice a travaillé un sujet qui lui tient à coeur et elle parvient à nous emporter avec elle sur son propre terrain de jeu.
L’ensemble traite de valeurs fondamentales comme la liberté, l’amour, l’amitié, la conscience et le libre-arbitre. Des thèmes que j’affectionne et que j’ai pris plaisir à trouver ici. Le livre ne manque pas de faire réfléchir son lecteur et c’est une chose que j’apprécie toujours lorsque je lis.
Ce roman aurait pu être un coup de coeur, et s’il ne l’est pas, c’est de peu. En fait, la seule chose qui m’a moins convaincue est l’alternance parfois brouillonne du temps de la narration.
Avoir intégré un discours live de Chloé donne beaucoup de tension au livre et le rend très visuel. Or, cela ne dure pas tout le temps du livre comme je le pensais au départ. Néanmoins, on fait beaucoup d’allers/retours dans les périodes et j’ai été plusieurs fois un peu perdue, ne comprenant pas ce qu’on me disait, et obligée de retourner quelques pages en arrière m’assurer de la date pour bien comprendre. J’ai eu l’impression de voir et de comprendre comment l’autrice a construit son texte, par blocs, et cela m’a un peu attristé car je préfère me laisser porter sans rien voir (comme pour les tours de magie, je n’aime pas connaître les trucs et les ficelles).
J’ai néanmoins passé un excellent moment avec cette lecture qui est presque ma dernière de l’année. Une façon très enthousiasmante de clore 2019. J’ai désormais très envie de lire Erreur 404, son autre ouvrage paru dans la même veine chez Gulf Stream éditeur. A me procurer absolument en 2020 !

Pour qui : les lecteurs de Young Adult, ceux qui aiment les héroïnes fortes, les histoires bien construites et bien écrites qui sortent des sentiers battus.

Les + : plein de bonnes idées, une lecture enthousiasmante, une galerie de personnages variée et crédible, des motivations profondes et concrètes, une très bonne lecture.

Les – : L’alternance de moments m’a parfois perdue.

Infos pratiques
Broché : 456 pages
Editeur : Gulf stream éditeur (7 avril 2016)
Collection : Electrogène
Langue : Français
ISBN-10 : 235488415X
ISBN-13 : 978-2354884154

La révolte, de Suzanne Collins – Hunger Games 3

La révolte, de Suzanne Collins (tome 3 de la trilogie Hunger Games, éditions PKJ)

Après avoir survécu une nouvelle fois aux Hunger Games, le rôle de Katniss s’amplifie. Elle n’a plus le choix que de redevenir le geai moqueur. La population compte sur elle, ainsi que les siens. En effet, le Capitole a fait d’elle un cas personnel. D’une manière ou d’une autre, Katniss doit mourir. En emportant un maximum de gens avec elle.

Cet ultime tome promet bien des rebondissements. Après avoir été plutôt convaincue par Hunger Games, puis déçue par L’embrasement dont j’attendais beaucoup, je ne savais comment me positionner sur ce dernier tome. Je me demandais comment tout cela allait se terminer.
Malheureusement, je suis restée sur ma vague de déception entamée par le second tome et ai terminé ma lecture avec le sentiment qu’Hunger Games aurait dû rester un one-shot.
En effet, cet ultime tome reprend tout ce que je n’ai pas aimé dans la suite : une Katniss insupportable, des ficelles énormes et pas très originales, un univers dépeint d’une manière grandiloquente alors qu’on ne ressent ni la tension ni la vengeance… Certes il se passe moult péripéties bienvenues, mais on retombe dans le scénario « jeux/mise en beauté/action/aucun suspense ». Je n’ai pas réussi à entrer dans l’univers. Vu le succès de la série et des films, je voulais du grandiose, de l’inoubliable, de l’attachant, je voulais ressentir des émotions…. mais non. Selon moi, la narration en fait trop. Il ne suffit pas de dire « tous ces pauvres gens mouraient de faim », je veux les voir, les entendre, je veux être là pour me faire mon propre avis. Or, et c’est là l’un des problèmes de la série : on ne peut qu’accepter ce que Katniss nous dit sur parole. Alors que pour ma part, je n’ai pas ressenti la famine (d’autant plus que toute la série se passe du côté de l’opulence), je n’ai pas ressenti la peur, la traque, l’esprit de vengeance et toute la tension qui va avec. Si bien que je n’ai jamais eu peur pour les personnage, je n’en ai détesté ni aimé aucun. Ils passent tous de manière fugace, présentés dès le départ comme « bons » ou « gentils » et c’est à vous de l’accepter. Le monde dépeint n’est pas logique et repose sur des bases faibles où beaucoup de choses ne sont pas crédibles (à commencer par le fonctionnement de la société, l’utilité des Hunger Games et leur signification).
Avec un tel titre, je m’attendais à un tome plein d’action, de combats, du sang, des pages entières de batailles… mais non. Cette « révolte » est surtout restée sur la couverture. Je ne l’ai pas vraiment ressentie dans le livre, ou à nouveau parce qu’on me le disait.
La fin de la série m’a aussi peu convaincue. Le comportement de Katniss à la fin de l’histoire ne m’a pas retournée, scénaristiquement, c’était une solution de facilité que je regrette. Katniss aura vraiment passé 3 tomes à subir sa vie et les évènements. Je souhaitais une héroïne courageuse, rebelle, guerrière, mais elle n’est à mes yeux qu’une suiveuse qui subit sa vie sans jamais la prendre en main. Quant à l’épilogue, il est très convenu et sans originalité. On trouve exactement la même fin dans une multitude d’autres séries (je ne vous pas lesquelles pour ne pas vous le dévoiler, mais à chaque fois je n’ai pas aimé ces épilogues trop faciles).
Je préfère de loin les plumes plus subtiles, plus immersives, plus nuancées.
En conclusion, j’ai trouvé la série suffisamment bien marketée pour donner envie de s’y intéresser, mais elle ne m’a vraiment pas embarquée dans son histoire une fois les ouvrages achetés. La plongée s’est révélée décevante à tous points de vue. Survendue, voilà le mot qui me restera à l’esprit après avoir rangé cet ultime ouvrage dans ma bibliothèque.
Je passerai très vite à autre chose.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les ouvrages de young-adult, les histoires dans le futur, les romans avec des héroïnes.

Les + : Un style fluide qui se lit facilement.

Les – : un scénario peu crédible, un monde peu convainquant et un scénario auquel je n’ai pas adhéré. La fin est décevante. En bref, je suis déçue par cette lecture dont j’attendais peut-être trop.

Infos pratiques
Poche : 464 pages
Editeur : Pocket Jeunesse (4 juin 2015)
Collection : Hors collection sériel
Langue : Français
ISBN-10 : 2266260790
ISBN-13 : 978-2266260794