Archives mensuelles : juin 2020

Anne, Emily et Charlotte Brontë contre la momie, de Nelly Chadour

Anne, Emily et Charlotte Brontë contre la momie, de Nelly Chadour (one shot, Les Saisons de l’étrangeSaison La ligue des écrivaines extraordinaires).

Lorsque Branwell Brontë,  le frère des soeurs du même nom, se fait engloutir par une momie sous les yeux d’Émily, rien ne va plus !
Qui est ce montre, et que veut-il ? Et s’il n’en avait pas après la famille Brontë ?
Les trois soeurs vont devoir se serrer les coudes et relever leurs manches pour résoudre ce mystère.

Il s’agit donc de mon ultime lecture dans cette saison de La Ligue des Écrivaines Extraordinaires. Celui-ci présente donc la famille Brontë aux prises avec des créatures égyptiennes.
Les lectures se suivent et tendent à se ressembler avec cette petite série très bien orchestrée. En effet, j’ai une fois encore apprécié ce récit prenant et très dynamique.
J’aime l’Égypte antique et j’ai été servie. Le scénario de ce petit livre parle encore d’enlèvement mais son contexte est différents des autres, si bien que je n’ai pas eu l’impression d’avoir déjà-lu cette histoire.
Les scènes de combats sont dynamiques et très visuelles. J’ai lu ce livre comme on regarde un épisode de série à la télé.
La plume de Nelly Chadour est immersive sans en faire trop comme c’était le cas dans Mary Shelley contre Frankenstein, par exemple. La description ne donne pas l’impression de remplir, mais sert l’oeuvre et apporte les passages d’action.
Il m’a semblé que le dénouement était également plus original que dans les autres récits de la série, ce qui est un bon point pour clore ce voyage pulp au pays des femmes.
Avant de commencer ma lecture, je n’étais pas rassurée quant au fait de traiter 3 personnages principaux en même temps (bien que j’avais apprécié Ann Radcliffe, Jane Austen et Mary Shelley contre Carmilla) car la tentation est grande de laisser au moins un personnage en arrière plan. A fortiori quand ce sont des soeurs.
Mais non, ici les trois héroïnes sont traitées à parts égales et j’ai trouvé cela astucieux de les séparer en deux groupes vivants chacun une partie de l’aventure avant un final commun.
La seule chose que je reprocherais à ce titre, finalement, serait que le résumé ne correspond pas vraiment à l’histoire. Un peu comme si les résumés avaient été écrits avant et que les autrices avaient dû broder autour.
Même si le fond est correct, il s’en éloigne quand même pas mal.
Du reste, ce récit est un bon récit qui égale en qualité la plupart de ses semblables. Il peut se lire à n’importe quel moment dans la série et ne fait écho à aucun des autres titres de cette ligue.

Pour qui : les lecteurs qui apprécient les histoires d’égypte antique et de momie, les textes courts et faciles à lire, très dynamiques et immersifs.

Les + : une plume agréable et des idées originales, un récit visuel et dynamique, des héroïnes traitées à parts égales et un récit bien construit

Les – : le résumé n’a pas l’air de parler du même texte, ce qui est dommage car il ne le met pas forcément en valeur

Infos pratiques
ISBN : 978-2-490972-36-4
Type : Broché
Dimensions : 14 × 18.2 cm
Pages : 128
Parution : 13 février 2020

Mary Shelley contre Frankenstein, de Cat Merry Lishi

Mary Shelley contre Frankenstein, de Cat Merry Lishi (one shot, Les Saisons de l’étrangeSaison La ligue des écrivaines extraordinaires).

La soeur de Mary Shelley est un jour enlevé par un homme mystérieux. Dans le village italien où elle séjourne, on parle de cet homme comme d’un être étrange. Plus son enquête avance, et plus Mary Shelley entrevoit l’horreur de la situation : et si sa soeur avait été enlevée par la créature qu’elle-même avait créée quelques années plus tôt dans son récit sur Frankenstein ?

Quatrième lecture sur les cinq que comporte cette saisons des Écrivaines extraordinaires, Mary Shelley contre Frankenstein est la première à réellement me décevoir.
En effet, j’ai trouvé l’ensemble plutôt confus et pas vraiment crédible. Certes, les décors italiens sont sympathiques, mais on ne comprends pas vraiment ce que Mary est venue faire dans cette galère, qui plus est enceinte jusqu’aux yeux comme on nous la décrit.
Cet état, plutôt inhabituel en littérature, ne sert même pas le texte et est à mon sens une contrainte imposée par la volonté de rester cohérente entre la date fictionnelle et la vraie vie de Mary Shelley. La grossesse de Mary n’a donc pas de réel intérêt puisque la chute nous parle certes d’utérus, mais même pas du bon. Il y avait peut-être beaucoup de choses à en dire, mais non.
Aussi, le style est un peu poussif, je me suis parfois égarée. Mélange entre le style plus lourd de l’époque et plus léger de l’écriture moderne.
Le texte est le plus court de la série, moins de 100 pages, et cela se ressent. Les péripéties se passent trop rapidement pour que j’y adhère. Pourtant, l’idée générale du livre est plutôt bonne et intéressante, mais mal dosée. La majorité du récit ne parle pas de l’objectif et du dénouement. Une grande partie du livre nous décrit un voyage pour installer un contexte qui n’a que peu d’importance pour la fin.
Enfin, ce que j’ai trouvé dommage est l’absence de lien entre ce texte et celui d’Élisabeth Ebory Ann Radcliffe, Jane Austen & Mary Shelley contre Carmilla. La Mary Shelley de ce roman a bien plus de personnalité que celle de ce titre-là. On comprend mieux ses motivations et on s’y attache bien d’avantage.
Ici, le livre n’a aucun lien et le personnage reste sans saveur, surtout par rapport au texte d’Élisabeth Ebory que j’ai découvert en premier.
Peut-être aurais-je dû lire ce titre ci avant celui d’Élisabeth Ebory, mais rien ne le préconisait.
Je n’ai donc pas retrouvé dans ce Mary Shelley contre Frankenstein ce que j’avais aimé chez le personnage d’Élisabeth Ebory.

Pour qui : les lecteurs qui ont envie de découvrir une histoire originale et une héroïne célèbre.

Les + : l’idée globale est intéressante.

Les – : Le style est un peu lourd, l’héroïne manque de relief et de personnalité, l’idée globale n’est pas suffisamment exploitée.

Infos pratiques
ISBN : 978-2-490972-34-0
Version : Broché
Dimensions : 14 × 18.2 cm
Pages : 98 pages
Parution : 13 février 2020

Derniers articles »