Archives mensuelles : septembre 2020

Le sixième sommeil, de Bernard Werber

Le sixième sommeil, de Bernard Werber (one shot, éditions Le livre de poche)

Caroline Klein n’a qu’une obsession : le sommeil. Pas pour dormir, non, mais pour explorer ce territoire encore inconnu, voire inaccessible, que les hommes négligent dans leur vie trop rythmée où ils ne s’attachent plus à rien.
Imaginez qu’on puisse remonter le temps à travers les rêves, et qu’on puisse ainsi parler à celui ou celle que nous étions il y a quelques années pour faire changer le cours de sa vie ?
Un jour, Caroline Klein disparaît, laissant son fils Jacques désemparé. Celui-ci va vite faire une rencontre surprenante, et va devoir redoubler d’ouverture d’esprit pour retrouver sa mère. Entre rêve et réalité, le chemin s’annonce ardu. Mais c’est la seule solution pour sauver la vie de Caroline et enfin percer le mystère du sixième sommeil.

J’ai eu l’occasion de lire ce titre de Bernard Werber pendant mes vacances. Disposée à me laisser emporter dans une nouvelle histoire philosophico-fantastique propre à l’univers de l’auteur, je me suis plongée dedans avec délice.
Dès les premières pages, nous plongeons dans une histoire rythmée, où les péripéties s’enchaînent et où on s’attache au personnage de Caroline. Un peu fantasque, cette scientifique parvient très vite à nous convaincre et je me suis laissée entraîner par ses discours sur le sommeil.
Ce qui est bien avec Bernard Werber, c’est qu’on apprend toujours plein de choses en lisant ces romans, et c’est pour cela que j’aime ces lectures.
J’ai apprécié réfléchir à mon propre sommeil et à mon propre rythme, plonger à travers les différentes phases de sommeil et en apprendre plus sur le fonctionnement de mon propre corps.
Or, si Bernard Werber semble construire son histoire autour de cette thématique, au bout d’une centaine de pages, il commence à se perdre un peu et à déambuler dans sa propre histoire.
Je me suis demandée où il voulait nous emmener, et s’il le savait lui-même. Certes, les péripéties s’enchaînent, mais elles semblent si décousues les unes des autres que j’ai commencé moi-même à décrocher. L’histoire passe un moment à se développer sur quelques jours, avant de connaître une brusque accélération, puis un nouveau coup de frein etc… Il y a de bonnes idées, comme le nom du personnage principal, source de quelques découvertes et sourires. Mais c’est comme si l’auteur avait en tête les grands moments de son histoire et avait peiné à boucher les trous entre chacun d’eux.
Aussi, les voyages dans le temps sont toujours un thème risqué dans les oeuvres, puisqu’ils impliquent une crédibilité sans faille pour qu’on y croit.
Or, ici, si j’ai compris les grandes lignes, j’ai eu du mal à adhérer à la boucle temporelle racontée par l’auteur. Le phénomène m’a fait me poser plus de questions qu’il ne m’a apporté de réponses et je ne suis pas sûre, si je le remets à plat, qu’il soit 100% crédible.
Mais je suis passée outre puisque c’est Bernard Werber et que j’apprécie.
Ce n’est clairement pas son meilleur roman. J’ai par exemple beaucoup plus apprécié Depuis l’au-delà, ma lecture précédente. Ici, l’auteur a peut-être voulu traiter d’un sujet trop complexe et subtile, qui aurait demandé un approfondissement supplémentaire.
Toutefois, le livre propose une réflexion intéressante sur notre rythme de vie et le temps que nous passons à rêver. Notre rapport au sommeil et aux rêves qui en découlent, comparativement à d’autres populations qui n’en avaient pas la même vision que nous.
Aussi, j’ai sourit à plusieurs reprises devant les clin-d’œil de l’auteur qui a donné à plusieurs de ses personnages les identités d’autres auteurs français connus et probablement amis (Bernard Minier, Eric Giacometti…). Je suis friande de ce genre de blague.
Un petit roman sympathique, mais pas le meilleur de l’auteur.

Pour qui : les lecteurs qui aiment lire et réfléchir.

Les + : des réflexions intéressantes sur nos modes de vie, des personnages attachants, une jolie plage de sable rose, une plume fluide et attractive.

Les – : l’auteur se perd un peu dans ses péripéties dont on se demande où elles veulent nous mener, le voyage temporel reste un peu faible et manque peut-être de force pour y croire à 100%.

Infos pratiques
Poche : 504 pages
Editeur : Le Livre de Poche (1 février 2017)
Collection : Littérature
Langue : Français
ISBN-10 : 2253069698
ISBN-13 : 978-2253069690