Retour à woodbury, de Robert Kirkman et Jay Bonansinga (The walking Dead T8)

Retour à Woodbury, de Robert Kirkman et Jay Bonansinga (Tome 8 de la série The Walking Dead, éditions Le livre de poche)

Lilly Caul en est convaincue : c’est à Woodbury que la communauté trouvera enfin la paix. Bien que réfugié dans un Ikea aux airs de paradis, la jeune femme doute. En effet, le groupe est régulièrement attaqué par des humains malintentionnés. Elle craint que le quotidien ne soit de plus en plus dangereux, de plus en plus violent.
Alors, contre l’avis général, elle va prendre sa décision et tout faire pour retourner dans la ville laissée morte par David Stern. C’est là qu’est son avenir, sa vie… sa mort, peut-être, aussi.

Obstinée, Lilly Caul revient dans cet ultime opus pour nous proposer un retour aux sources.
Alors que tous les membres du groupe sont massés à l’étage d’un immense Ikea (quelle bonne idée !), la jeune femme ne trouve rien de mieux à faire que de faire douter les gens et les convaincre de retourner à Woodbury.
En soit, je n’ai pas trouvé l’idée géniale, d’autant plus que, comme on s’en doute, le chemin ne sera pas sans dangers et tous n’arriveront pas au bout.
J’ai lu ce dernier tome bien après les autres, il s’agit du seul ouvrage papier que je n’avais pas et je l’ai lu à l’occasion du prêt de l’intégrale sortie en novembre 2019. Pour autant, je n’ai pas eu de mal à raccrocher les wagons de l’histoire et à aucun moment je ne me suis sentie perdue. On pourrait presque lire ce livre de manière indépendante.
L’histoire se lit vite, comme d’habitude le style est immersif et haletant. Les actions s’enchaînent, mêlant batailles, explosions, pertes et retrouvailles tout azimut. Dans cette dernière histoire, j’ai trouvé les auteurs moins inspirés. Le livre n’est que le récit du déplacement de Ikea à Woodbury, et il ne se passe pas énormément de choses pour les personnages. Bien sûr, un vilain vient troubler la fête pour dire que le voyage n’est pas tranquille, certains personnages ont à faire des choix poignants, mais j’ai eu l’impression que l’intrigue globale n’avançait pas aussi bien que dans les précédents tomes. Comme si les auteurs avaient senti d’eux-mêmes qu’il étaient temps de s’arrêter là.
D’ailleurs, la conclusion du roman n’en est pas vraiment une, comme on se doute. Il ne peut pas réellement y avoir de fin dans ce type d’univers.
S’il y a des lecteurs qui ont joué aux jeux The Walking Dead de TellTales, impossible de ne pas faire le parrallèle entre certains rebondissements et ces jeux. D’ailleurs, quand j’ai vu le nom de Skybound dans les remerciements, j’ai bien compris que tout était lié.
La fin de cet arc créatif (les romans) ne m’a donc pas vraiment surprise.
Même si je n’ai pas particulièrement été sensible au destin de Lilly, car ses choix ont bien souvent été lourds de conséquences pour les gens qui lui faisaient confiance, j’ai quand même beaucoup aimé cette série de livres. J’ai aimé l’ambiance d’apocalypse dépeinte par les auteurs, on est vraiment au coeur du problème. J’ai retrouvé l’ambiance de la série où les zombies peuvent surgir de derrière un arbre ou sans faire de bruit, où les humains sont aussi dangereux (si ce n’est plus) que les zombies, où chacun a perdu une partie de son âme dans cette lutte pour la survie.
J’ai aimé suivre les différents personnages, voir ce qui leur arrive, les rebondissements créés et parfois très bien trouvés. Jay Bonansinga et Robert Kirkman ne se sont pas contenté de reprendre et dérouler les clichés du genre, ils ont vraiment essayé d’apporter quelque chose à la figure des zombies et au monde post-apocalyptique. La preuve, quelle bonne idée que de s’enfermer dans un Ikea ! Je n’y aurais pas pensé et cela change du traditionnel centre commercial. Ce n’est peut-être pas grand chose mais cela fait la différence, pour moi.
Et comme je l’ai dit, c’est toujours bien écrit, plein de rebondissements… on ne s’ennuie pas une seconde.
Il est bien de savoir s’arrêter et je salue les efforts des auteurs pour avoir mis un point final à cette série de livres qui ont mis cet univers à la portée d’un nouveau public.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les ambiances post-apocalyptiques, la série d’origine The Walking Dead, les histoires de zombies qui sortent de ce qu’on a l’habitude de lire/voir…

Les + : beaucoup d’action, on ne s’ennuie pas, c’est immersif et bien écrit, le livre se lit rapidement et on est pris dedans.

Les – : l’histoire n’avance pas beaucoup pour les personnages, en gros ils se déplacent d’un point A à un point B et cela constitue tout le roman.

Infos pratiques
Éditeur :
Le Livre de Poche (18 octobre 2017)
Langue : Français
Broché : 352 pages
ISBN-10 : 2253083267
ISBN-13 : 978-2253083269

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s