La fin de partie de l’enchanteur, de david eddings (la belgariade t5)

La fin de partie de l’enchanteur, de David Eddings (tome 5 de la série La Belgariade, éditions Pocket)

Garion et ses compagnons ont récupéré l’Orbe, il leur reste à présent à affronter Torak et à faire basculer le destin du monde du côté de l’une ou l’autre des Prophéties. Qui du bien ou du mal triomphera ? Nul ne le sait.

Ce dernier tome de la Belgariade est une apothéose. Il s’agit du tome où se délient tous les arcs tissés dans les noms précédents. Beaucoup plus politique et avec beaucoup plus d’action, il apporte un final grandiose à l’image de ce que j’attendais pour cette conclusion. Je n’ai pas été déçue et j’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver ces personnages qui m’ont accompagné un long moment ces derniers mois. J’ai même été émue de les quitter (ce qui n’est pas un « adieu » mais bien un « au revoir » puisque Pocket publie les autres ouvrages issus du même univers. Ils seront prochainement sur le blog).
Pendant 6 ans, je retrouvais chaque été les personnages de Jacqueline Carey à travers ses trilogies Kushiel, puis Imriel. Hé bien ici, j’ai eu la même impression d’univers vaste, de personnages familiers qui deviennent presque des amis que l’on retrouve tous les ans avec émotion pour prendre des nouvelles.
Comme je le disais plus haut, ce tome est riche en action. L’armée levée par Ce’Nedra dans le tome 4 a enfin l’occasion d’agir, et j’ai aimé les scènes de batailles. David Eddings n’épargne pas ses personnages, ni la violence de la guerre. J’ai eu peur pour un certain nombre de personnages, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici dans ma lecture.
J’ai en revanche un peu moins apprécié la partie politique, chose dont je suis habituellement friande (un des points forts de Jacqueline Carey). Cela parce que j’ai été un peu perdue entre tous les rois, les rois des rois, les femmes des uns et des autres. Il m’a semblé que l’ensemble était un peu plus brouillon que dans d’autres ouvrages.
Les personnages sont attachants. David Eddings a doté ses sorciers de pouvoirs immenses, sans les rendre tout-puissants ou invulnérables. Bien que parfois certaines péripéties servent un essoufflement du scénario, les magiciens restent globalement crédibles. Le dénouement est émouvant et David Eddings a réussi à faire une explosion émouvante pour un final grandiose. Le seul personnage que je n’ai vraiment pas aimé est la princesse Ce’Nedra, caricaturale et tout simplement insupportable. Le couple qu’elle forme ne me semble ni crédible, ni solide. En tout cas je n’ai pas trouvé son compagnon très emballé à l’idée de vivre avec elle, ce que j’ai trouvé compréhensible vu la manière dont on nous l’a décrite durant la série.
Mais il faut de tout pour faire une bonne série, et c’est pour cela que j’ai beaucoup apprécié cette Belgariade. Il y a un fort côté arthurien, évidemment, avec la quête, l’élue qui deviendra le Roi réunificateur, l’épée, les sorciers… mais avec un style et un univers propre à l’auteur. David Eddings a pris soin de créer des termes, des coutumes, comme gagner un « Bel » devant le prénom, des régions du monde et des termes propres à son monde, ce qui le rend très réaliste et immersif. J’ai beaucoup aimé cette grande fresque, bien écrite et émouvante. Une lecture dont je me souviendrai, à coup sûr.
Je suis maintenant curieuse de découvrir les autres ouvrages, qui sont des récits des points de vue de Belgarath et Polgara, un duo de personnages superbes et très charismatiques.
Une lecture de fantasy à ne pas manquer pour les amateurs du genre !

Pour qui : les lecteurs qui ont lu les précédents romans de la saga, sinon vous serez perdus.

Les + : une plume fluide et efficace, des péripéties intenses et prenantes, des personnages attachants et un final en apothéose.

Les – : Le côté « politique » un petit peu trop brouillon à mon goût, je me suis un peu perdue entre les protagonistes et leurs motivations.

Infos pratiques
Éditeur ‏ :
‎ Pocket (11 février 2021)
Langue ‏ : ‎ Français
Poche ‏ : ‎ 880 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2266307444
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2266307444

3 Commentaires

  • Quand je lis cet enthousiasme avis malgré quelques petits défauts, je me dis qu’il est temps que je reprenne la lecture de cette saga 😉

    J'aime

    • Bonjour et merci pour ton commentaire ! Quels défauts as-tu trouvé à cette série ? Où en es-tu arrêté ? j’aime beaucoup savoir ce qu’en ont pensé d’autres lecteurs et les points qu’ils ont aimé/moins aimé. Il est vrai que La Belgariade reprend à peu près tous les clichés du genre mais dans l’ensemble l’univers se tient et reste beaucoup plus facile à lire que Tolkien, pour ne citer que lui. J’espère que cette seconde tentative sera meilleure que la première et que tu prendras autant de plaisir que moi à lire cet épisode final 🙂

      J'aime

      • Alors tu as réalisé la question ainsi que la réponse dans le même commentaire 😂
        Je me suis arrêté au premier tome que j’ai adoré mais que j’ai trouvé quelque peu usuel malgré un héros attachant et attendrissant. C’est surtout par manque de temps et d’intérêt que j’ai pour le moment mis en pause cette lecture.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s