Archives des étiquettes : 2

La part des ombres 2, de Gabriel Katz

La part des ombres 2, de Gabriel Katz (tome 2 du diptyque La part des ombres, éditions Pocket)

La princesse Miljena a fuit le camp des ombres pour accepter de se marier avec le fils du Gouverneur. Les rebelles ne comprennent pas cette défection inattendue, mais la future Reine a un plan en tête et compte bien le faire savoir. Elle est du côté des ombres, prête à bannir les vrais envahisseurs de son royaume.
Mais les Traceurs, toujours aussi déterminés à mater la rebellions, se rapprochent de plus en plus de la tanière.

J’ai enchaîné ce tome après son précédent pour garder la dynamique du premier. On retrouve bien le style du premier, les personnages, et l’intrigue commence quelques heures après la fin du premier tome et son cliffhanger si bien mené.
Or, il m’a fallut quelques pages d’adaptation car l’auteur a malgré tout laissé quelques heures et si on quitte une princesse en guenilles, on la retrouve en tenue d’apparat. J’ai cru avoir raté quelque chose, mais non.
Passé cette petite surprise, on retrouve rapidement l’intrigue et les personnages qu’on a laissé dans le premier tome.
Si j’ai apprécié ma lecture, ce que je craignais à mesure de mon avancée s’est révélée vrai : Gabriel Katz a créé un univers profond avec des personnages qui ont l’air d’avoir chacun un passé fournis mais… on reste en surface. Un peu comme si on traversait ce vaste monde à la seule lueur d’une lampe torche.
D’ailleurs, la fin du livre est une fin mais je l’ai trouvé insatisfaisante (de mon point de vue). Je me suis demandée quel était finalement le fil conducteur de l’histoire, son but ? Je n’ai pas vraiment senti la réalisation des grands enjeux. Le personnage d’Olen termine l’histoire sans avoir réalisé son but, Ivanka n’a pas été très utile etc… un goût d’inachevé m’est resté sur la langue à cause de toutes ces pistes esquissées et non développées.
Moins de 300 pages pour un univers si vaste, c’est trop peu. Et mon sentiment à la fin est qu’on a voulu faire entrer dans 300 pages un monde qui en fait au minimum le double. Dommage !
Cela ne peu que me frustrer, d’autant que le roman a plusieurs points très intéressants.
La plume de l’auteur est toujours aussi fluide et agréable à lire, la galerie de personnages est toujours aussi fournie avec des choses à dire, et les péripéties s’enchaînent bien. Ce deuxième tome contient d’ailleurs une révélation énorme à laquelle on ne s’attend pas. L’auteur a même essayé de créer des intrigues dans son roman, ce que j’apprécie dans ce genre d’histoire. Malheureusement, on reste toujours en surface et les quelques tentatives de stratégie pour le pouvoir se terminent en quelques pages. C’est bien tenté mais pas assez. Le roman se termine donc sur une suite d’évènements survolés.
J’aurais aimé continuer de suivre la folle épopée de Desmeon et Kaelyn, de suivre les aventures d’Olen, le début de règne de Miljena…
En définitive, ce roman a un goût de trop peu. Peut-être que l’auteur s’est laissé dépasser par son sujet ? Je suis curieuse de lire une autre de ses séries pour voir si ce phénomène est récurrent ou si j’ai commencé par la moins bonne série.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu le premier tome.

Les + : une galerie de personnages fournie avec des choses à dire, des péripéties qui s’enchaînent bien, une révélation fracassante, une plume fluide

Les – : le vaste univers n’est que superficiellement abordé ce qui laisse une impression de surface, les différents objectifs des personnages n’étant pas bien clairs on termine le livre avec une impression confuse de « à quoi cette histoire a-t-elle servi » ?

Infos pratiques
Poche : 304 pages
Editeur : Pocket (13 février 2020)
Collection : Fantasy
Langue : Français
ISBN-10 : 2266300709
ISBN-13 : 978-2266300704

La Grande Route du Nord T2 de Peter F Hamilton

La Grande Route du Nord 2 de Peter F Hamilton (tome 2 du diptyque La Grande Route du Nord, éditions Milady)

Le monde va de plus en plus mal. Sur Terre, l’enquête pour savoir qui a assassiné l’un des membres de la famille North piétine, tandis que sur St Libra, le monstre reste introuvable. Le piège se referme sur Angela et son équipe, qui meurent les uns après les autres. Pourront-ils arrêter la tragédie avant qu’il ne soit trop tard ?

J’ai fait mes recherches pour confirmer ce que je pensais : en réalité, La Grande Route du Nord n’est qu’un seul et même ouvrage, que nous avons eu droit de découvrir en deux tomes en France.
En effet, le livre reprend tellement dans la lignée du premier que je me suis demandée si on ne nous avait pas simplement scindé un seul énorme roman en deux parties. Ce qui est le cas.
Comme vous l’aurez compris, on recommence donc juste après la fin du premier, La Grande Route du Nord 1, avec les mêmes protagonistes et au même endroit.
Cette seconde partie, bien qu’un peu plus volumineuse que la première, reste donc dans la même veine. Ici les personnages se retrouvent coincés sur une planète où un piège mortel se referme sur eux un peu plus d’heure en heure. Un roman glaçant, presque étouffant, et pourtant haletant autant que la première partie.
Si j’ai placé la première partie comme un coup de coeur et pas cette seconde, c’est uniquement parce que je pinaille et que quelques scènes ici m’ont semblé superflues, presque là pour remplir.
Mais que dire de plus ?
Les différents dénouements témoignent une fois encore de la maîtrise de l’auteur dans la création de grande intrigues politiques et sociales. On mêle ici la SF et le space-opéra à des préoccupations typiquement humaines, auxquelles ont vient ajouter de l’extra-terrestre. Bien que cette suite soit également catégorisée comme ouvrage de Science-Fiction, c’est avant tout nu gros polar placé dans un futur à la technologie avancée.
J’ai retrouvé tous les personnages que j’aimais dans le premier. Si certains d’entre eux cachaient encore des secrets, la fin du roman nous apporte toutes les réponses.
Un point que j’apprécie particulièrement avec Peter F. Hamilton, c’est qu’il prend le temps (avec plus de 1200 pages en tout pour cette histoire, c’est le moins qu’on puisse dire !). Il prend le temps sans jamais être long, de nous raconter les choses, de nous faire entrer dans son univers. Et tout cela sans jamais bâcler, comme c’est parfois le cas chez certains grands auteurs dont on a l’impression qu’ils finissent eux-mêmes par se lasser de leur création.
Ici tout est à sa place, il n’y a pas de longueur. Le rythme est soutenu du début à la fin et c’est ce qui fait la force de l’écriture de Peter F. Hamilton. On ne s’ennuie jamais et on tourne les pages sans s’en rendre compte.
Je me suis attachée à tous ces personnages, à l’univers, aux planètes… j’ai aimé voyager avec eux et frémir. La palette d’émotions ressenties à la lecture de ce titre est à nouveau très larges. C’est ce que je recherche lorsque je lis un roman.
Merci monsieur Hamilton, c’était génial.
A noter une fois encore la subtilité du titre, extrêmement bien choisi et retranscrit correctement en français.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu la première partie de La Grande Route du Nord.

Les + : on retrouve tout ce qui a fait la force de la première partie dans celle-ci, le style dynamique ne lasse jamais, l’auteur ne bâcle rien et on a une intrigue à la fois complexe et simple à suivre. Le lecteur ne s’y perdra pas et ressentira une foule d’émotions.

Les – : quelques passages superflus, et le fait d’avoir fait d’un livre un ouvrage en deux parties. J’aurais préféré un seul gros pavé.

Infos pratiques
Poche: 720 pages
Editeur : Bragelonne (20 février 2015)
Collection : SCIENCE-FICTION
Langue : Français
ISBN-10: 2811213988
ISBN-13: 978-2811213985

« Entrées précédentes