Archives des étiquettes : anthologie

Bal Masqué, Collectif

Bal Masqué, Collectif (anthologie, éditions du Chat Noir)

Recueil constitué de 16 nouvelles des genres SFFF ayant pour thème le bal masqué.

D’une manière générale on peut dire que cette anthologie est un bel objet. Servi par une couverture splendide, qui ne manquera pas de déclencher des envies compulsives aux lecteurs qui s’en approcheraient un peu trop près, l’intérieur révèle une illustration à chaque nouvelle. Rien d’extraordinaire, puisqu’il s’agit d’un loup à chaque début de texte, mais c’est assez pour nous plonger dans l’ambiance élégante et mystérieuse propre à cette distraction. Qui sait ce qui se cachent entre les lignes ?
Globalement le recueil est bon et j’ai passé un agréable moment à le lire. J’ai apprécié que les auteurs rivalisent d’imagination, et à quelques exceptions prêt, il n’y a que des partis pris intéressants. J’avais peur que le thème enferme les nouvelles dans des récits un peu tous du même style, mais il n’en est rien.
Mis a part une ou deux vraies déceptions, l’ensemble fait réfléchir et crée souvent des sourires surpris. La qualité d’écriture est bien souvent au rendez-vous et on peut dire que c’est un roman qui tient ses promesses autant sur le fond que sur la forme.
A lire !

Bal de brume, d’Estelle Faye : un premier texte qui nous plonge directement dans l’ambiance. Je n’ai pu m’empêcher de voir en Daniel le visage de Lucius Malfoy. Bien que l’on se doute de la tournure des événements, les choses sont bien racontée et le style fluide nous plonge au coeur de la boutique d’antiquités, ou du manoir. Un texte captivant qui place la barre assez haute dès le début du recueil.

L’orchidée rouge, de Maude Elyther : Autant j’ai été séduite par le premier texte, autant celui-ci m’a ennuyé. Il ne s’y passe rien à proprement parlé et le style est assez lourd, lent et pompeux. Malheureusement cela a rendu ma lecture ennuyeuse et je n’ai pas été mécontente qu’elle se termine. Ce qui est dommage car le décor présenté est intéressant, le thème de l’orchidée rouge aussi. Néanmoins, j’ai l’impression que la seule utilité de ce texte est d’illustrer la couverture. Dommage.

Le sang te va si bien, de Marianne Stern : Un texte assez court et bien rythmé qui ne tombe pas dans le cliché ni le gore facile. Tout y est à sa place pour laisser une ambiance macabre et toutefois crédible. J’y ai cru.

Les larmes de Lucrèce, d’Elie Darco : Comme toujours avec les textes d’Elie Darco, l’originalité est de mise. Ici on a clairement un texte qui sort des sentiers battus du genre. Une sorte d’enquête temporelle dans un décor intéressant et élégant. J’ai beaucoup aimé le mélange des genres, et surtout l’originalité globale de cette nouvelle.

En trois exemplaires, d’Emmanuelle Nuncq : un texte intelligent et bien écrit avec pourtant un thème que je trouve délicat, celui du voyage temporel. Il n’est pas évident de créer quelque chose de crédible et de simple, mais l’auteure y est parvenue. Une lecture fluide et agréable, pour laquelle il faut rester concentré sur la fin mais qui tient ses promesses à qui sait être attentif. Une nouvelle originale qui a su interpréter le thème avec finesse.

Lacrimosa, de Dee L. Aniballe : je suis bien moins cliente de ce type de tête que du précédent. Malheureusement, il est écrit d’une manière étrange, semblant vouloir faire à tout prix ressortir une poésie propre à Antigone, un personnage mythologique que malheureusement je ne connais pas bien. La référence est probablement capitale pour saisir le sens et la profondeur du texte. Ne la possédant pas, je suis restée en dehors. Heureusement pour moi, ce Lacrimosa est jusqu’à présent le texte le plus court du recueil.

Têtes de tigre, de Cécile Duquenne : un joli texte, là aussi original. L’auteure a su créer un univers entier et fourni autour de l’objet masque et de ses connotations. Bien joué ! A noter le clin d’oeil à un personnage de sa série Les Foulards Rouges, que j’ai apprécié (j’avais la référence, cette fois). Un bon texte.

Le masque de la mort noire, de Claire Stassin : un texte agréable avec son ambiance vénitienne comme j’aime. L’incarnation de l’environnement du masque est bien pensée. On suit un duo de créatures blessées aux motivations démoniaques, l’humanité étant assez facile à corrompre. Un bon texte.

Le maître des masques, de Lucie G. Matteoldi : Il va m’être difficile de parler de ce texte pour la simple et bonne raison que je ne l’ai pas compris. Je ne suis absolument pas rentrée dedans et je n’ai pas bien compris tout ce que l’auteure voulait nous dire. Navigant d’un monde à l’autre, le masque m’a semblé plus que secondaire, presque anecdotique, et l’ensemble formait une suite brouillonne d’éléments agencés ensemble. Pas pour moi, probablement.

Le grand froid, de Clémence Godefroy : un décor que l’on n’a pas l’habitude de voir, surtout avec ce genre de thème : celui des étendues glacées de Russie. Un texte agréable à lire et qui raconte une histoire intéressante. Le style est fluide dépaysant, et on se promène avec intérêt au fil des pages.

Les yeux du corbeau, de Céline Chevet : texte coup de coeur dans ce recueil, il a tout ce que j’aime : une histoire originale et bien écrite, des mots qui vous plongent au coeur de l’intrigue, une fin poignante… Sans doute l’un des plus beaux textes de l’anthologie. L’univers créé par l’auteure est intéressant et on y croit. Il est difficile, sans pitié, et incarne bien certaines valeurs que l’on voudrait faire porter au masque. Gommer les différences dernière un objet pour lisser les physiques et les personnalités. Un thème que l’on retrouve dans plusieurs textes de l’anthologie mais qui est ici décrit avec plus de force. Probablement à cause de sa fin.

Belle rose porporine, de Vincent Tassy : Je suis un peu déçue par ce texte car on cheminait vraiment vers le coup de coeur, avant la fin. En effet, après l’excellent Apostasie, j’avais hâte de lire un autre texte de cet auteur que j’apprécie. Cette nouvelle est la plus longue du recueil, mais également celle que j’ai eu l’impression de lire le plus rapidement. L’histoire est peu ordinaire, le style fluide et efficace, j’ai dévoré les pages avec avidité en attendant de voir comment les choses allaient se terminer. Mais voilà, je n’ai pas été convaincue par la fin. Je n’y ai pas suffisamment cru pour qu’elle explose avec intensité, gorgée de cette frénésie qui m’avait prise jusqu’alors. C’est pourquoi ce texte me fait l’effet d’un bon texte, mais qui se termine par une petite note amère. Arf !

Là où danse le jour, de Pascaline Nolot : Ce texte est inhabituel. Si je suis admirative de l’exercice entrepris par l’auteur, qui a choisi de faire rimer ses phrases telle une poésie, je dois avouer que cette forme m’a complètement éjectée du fond. Obnubilée par la forme il m’a été impossible de me concentrer sur le fond. C’est simple : je n’ai pas bien compris. Du coup, je me demande ce que vient faire ce texte dans l’anthologie. On y parle de mort dans un univers sombre, mais rien qui n’ai su me captiver suffisamment pour m’embarquer. C’est d’ailleurs le seul texte au milieu duquel j’ai fait une pause dans ma lecture.

Sans que rien manque au monde, de Fabien Clavel : Un texte dans un univers que je n’aurais jamais soupçonné aux vues du thème : le milieu médical. Pourtant, Fabien Clavel parvient à nous créer une enquête au fil des pages, avec un début, un milieu, et une fin. Un texte sympathique, même si j’ai trouvé l’ensemble un peu trop étonnant pour remporter ma totale adhésion. L’ambiance dépeinte est quant à elle immersive et angoissante.

Les douze invitées, de Pauline Sidre : Un texte bien écrit dont le parti pris réside dans le détail de 12 points de vue différents. J’avais un peu peur de revivre 12 fois la même scène, ou de faire un peu du sur-place, mais non. L’auteure a su finement rédiger son récit pour le faire progresser du point de vue de chacune de ses héroïnes. On y découvre une histoire sombre et tristement crédible de rivalité entre soeurs, qui s’aiment et se jalousent au point de plonger toutes ensembles dans une mortelle tragédie.

Minuit démasqué, de Mélanie Fazi : J’ai été émue par ce texte. L’orientation choisie par l’auteure n’est pas banale. En effet, elle a choisi d’incarner une maison. On dit souvent que les lieux ont une âme, et c’est ici mis en mots avec beaucoup d’émotions. Je n’ai pu m’empêcher de penser à certains faits et certains lieux récemment mis en une de l’actualité pour ce type de phénomène (attaques à main armée, terrorisme) et j’ai trouvé que Mélanie Fazi nous faisait voir les choses sous un angle différent, mais sans en faire trop. Une jolie manière d’achever le recueil, qui laissera à coup sûr une trace dans ma mémoire. Un des meilleurs textes de ce Bal-Masqué.

Pour qui : pour les lecteurs qui aiment les anthologies, ceux qui aiment les textes originaux et les ambiances feutrés et inquiétantes des bals-masqués.

Les + : beaucoup de bons textes, de longueur et de qualité à peu près équivalentes. Cela donne un rythme agréable et soutenu dont il n’est pas facile de se détacher. En plus il s’agit d’un bel objet, épais, à la jolie couverture et aux illustrations intérieures sympathiques.

Les – : Quelques textes m’ont laissés dubitatives, soit par leur fond ou par leur forme. Un défaut courant dans un groupe de texte où tout ne peut pas plaire.

Infos pratiques
Broché: 408 pages
Editeur : Editions du Chat Noir (7 juin 2017)
Collection : GRIFFE SOMBRE
ISBN-10: 237568043X
ISBN-13: 978-2375680438

 

Publicités

Anthologie Animaux Fabuleux, Collectif

Animaux Fabuleux, Collectif (anthologie, éditions Sombres Rets)

L’anthologie Animaux Fabuleux regroupe 19 nouvelles d’auteurs différents sur ce thème.

La Chasse du Baron de Richecourt, d’Aurélie Genêt : Une rapide chasse au darou, cet animal fabuleux connu pour être mi-chèvre mi-renard et parcourir les flancs de montagnes sur ses pattes aux longueurs différentes. Le vocabulaire de la chasse est bien exploité ici et bien que l’on devine rapidement la fin, ce petit conte est plaisant à lire. Le personnage du Baron est pathétique au point qu’on lui pardonne d’avoir voulu mettre fin aux jours d’un animal.

Les Chats de Schrödinger, de Anne Goulard : J’ai beaucoup apprécié ce texte à l’atmosphère singulière et à l’univers développé. Bien écrit, il nous présente une héroïne forte et attachante, qu’il me plairait de revoir. Les scènes d’action sont bien faites et le style global de la nouvelle est très visuel. En revanche, j’ai trouvé que la place du chat de Schrödinger est presque anecdotique et sa signification inexistante (je suis allée voir sur internet de quoi il s’agissait avant d’écrire cet avis car je connaissais de nom sans savoir exactement de quoi on parlait), comme s’il s’agissait d’un élément ajouté a posteriori pour correspondre à cet appel à texte. Dommage car il y a du potentiel.

La Dernière Neige, de Delphine Hédoin : Un joli petit texte, poétique et onirique, sur les loups et d’autres créatures plus légendaires. On y parle chasse et beauté de la vie. C’est intéressant et bien écrit, agréable à lire.

Comme les Rois Mages, de Jean-Marc Sire : Une touche d’humour dans ce petit texte incisif et bien écrit. L’idée d’avoir pris comme personnages principaux deux pingouins de laboratoire est bonne et mériterait d’être encore plus développée à travers une histoire complète. Le duo fonctionne bien et a un potentiel comique indéniable. De bonnes idées et une bonne plume. J’en redemande.

La Valse de la Sirène, de Bleuenn Guillou : Une histoire pleine et entière comme je les aime ! Le texte est plus long que la moyenne, environ une vingtaine de page, et permet de développer une histoire avec un passé, un présent et un futur complets. L’auteur prend le temps d’installer ses personnages et de leur créer un background, sans jamais que cela ne soit trop long. Savamment dosé, le récit nous entraîne au sein d’une foire (ambiance que j’aime particulièrement) dans laquelle se trouve une sirène. Malgré la galerie de personnages fournie, tout tourne autour de la créature qui n’apparaît qu’en filigrane, et est pourtant au tout premier plan. Il n’y a rien à redire sur ce texte qui est tout simplement parfait.

A la poursuite du Khting Voar, de Tepthida Hay : Une histoire originale au coeur de la jungle indochinoise. Ce que j’ai aimé dans ce texte, c’est que le titre porte l’attention sur une créature, mais que finalement ce n’est pas cette créature-là le centre du texte. Un parti pris sympathique et original, qu’il ne m’aurait pas dérangé de voir encore plus développé. L’ambiance de la jungle et des colonies est bien décrite, on s’y croirait.

Si tu n’es pas sage, de Florian Petit : Il m’a manqué quelque chose avec ce texte très court. Je n’arrive pas à mettre le doigt sur ce qui me chiffonne. Je crois que c’est du côté du fond plus que de la forme. Je n’ai tout simplement pas adhéré à ce texte racontant une peur d’enfant. Le fait, peut-être, de ne pas savoir en quoi la petite fille n’a pas été sage rend la conséquence disproportionnée.

Ivresse Ignée, de Florian Bonnecarrère : Un texte assez long pour assez peu de choses, finalement. Celui-ci nous raconte l’histoire d’une jeune alchimiste chasseuse de dragons qui se construit un golem pour se protéger. Je me suis longtemps demandée où l’auteur voulait en venir, et j’ai été un peu déçue par cette fin finalement assez plate par rapport à ce que promettait le récit tout le long. Néanmoins, le texte est bien écrit et reste agréable à lire.

The spider and the fly, de Thibault de Lambert : Un texte très émouvant et poétique se déroulant dans un décor peu commun : un supermarché. J’ai beaucoup aimé, d’autant plus qu’il y a une morale à la fin. Sans doute l’un des plus beaux textes de l’anthologie pour l’instant en dépit de sa petite taille. J’ai été émue par les araignées métalliques. Bien joué !

Par les liens toxiques de la chair, de Frédéric Darriet : Un texte du style horrifique assez efficace. Il y a une ambiance particulière, un décor singulier, et un style qui se lit bien. Seul bémol : la fin. Abrupte, elle m’a laissée sur ma faim, justement. Il y avait tout pour terminer d’une manière plus marquante, mais non. C’est ma petite déception car pour le reste j’ai apprécié les horribles créatures décrites et l’atmosphère générale du texte.

Propensia animis spongiasis, d’Emmanuel Ardichvili : une texte angoissant qui se déroule sous l’eau. La tension est palpable et l’univers bien construit. Je connaissais déjà l’auteur puisque j’avais lu son ouvrage La Tour, paru chez le même éditeur, et on sent dans ce texte que l’auteur a de l’expérience. J’ai passé un moment terrifiant sous l’eau, et j’ai dû retenir moi aussi ma respiration plusieurs fois. L’idée de traiter d’une créature de type « éponge » est très originale et se démarque des autres textes de l’anthologie. Le texte est angoissant de bout en bout (je n’aime pas l’eau et la mer il faut que vous le sachiez). Assurément l’un des textes marquants de cette anthologie.

Cochon qui s’en dédit, de Marie Czarnecki : Un petit texte court mais sympathique. Le parti pris est original (l’histoire est racontée par un cochon savant) et la morale intéressante. Seul bémol : l’inclusion d’expressions porcines qui auraient certainement dues être comiques mais qui, de mon point de vue, ne fonctionnent pas. Il n’y avait pas besoin de cela pour faire un bon texte, ces insertions sont superflues. Le petit cochon est assez attachant dans son ensemble et cela ne m’aurait pas dérangé d’en lire plus sur sa vie.

Inari no Shinden, d’Ophélie Hervet : Une jolie histoire très bien écrite et émouvante. Un couple de personnages qui n’est pas sans rappeler ceux que l’on peut trouver dans les séries des éditions Ofelbe (comme par exemple Spice & Wolf) et qui fonctionne bien. On y parle Yokai et Kitsune. C’est assez poétique, il y a du vocabulaire japonnais pour donner une immersion complète (bien que je ne sois pas fan des notes de bas de page en général) et l’ensemble est bien écrit. Un joli texte.

La Bête, de Pascaline Nolot : Un texte intéressant qui n’est pas sans rappeler Jurassic Park. J’ai apprécié le point de vue du narrateur. Original, on se demande tout le long du texte à qui appartiennent les yeux à travers desquels nous découvrons l’histoire. Beaucoup de créatures fabuleuses se retrouvent dans cette nouvelle et il est intéressant de constater à la fin que La Bête est peut-être plutôt l’Homme, et non pas la créature.

Gare à la Gouille ! de Eric Vial-Bonacci : Je ne suis pas sûre d’avoir tout compris à ce texte. Très court, il joue sur les mots entre gargouille et son titre, mais de ce fait je n’ai pas compris si le monstre principal est réellement une gargouille ou si c’est une coïncidence. De même je n’ai pas compris les motivations profondes du monstre… Il m’a manqué de la matière pour apprécier ce texte. Pourtant l’idée de choisir cette créature sortait des sentiers battus et pouvait être intéressante à traiter.

Ganiagwaihegowa, de Phil Becker : Un texte plein d’action dans lequel nous découvrons l’histoire d’un groupe de chasseurs à la poursuite d’un ours légendaire. Je ne connaissais pas du tout cet animal et je regrette de ne pas en avoir appris plus sur lui. Pourquoi ce nom imprononçable et difficilement lisible ? Ici les personnages connaissent déjà la bête et ce que nous en apprenons ne suffit pas à brosser un portrait complet, j’imagine qu’il y a tout un folklore derrière elle et cela n’est pas explicité ici.
Néanmoins la lecture est agréable, fluide, et bourrée d’action.

Game Over, de Virginie Perraud : Un des textes les plus courts du recueil. Il raconte l’histoire d’un condamné à mort qui va « boucler la boucle » en poursuivant une existence auprès d’une fille dont il aurait fait sa victime, avant. Un texte plein d’ironie mais qui m’a semblé à la limite du thème de l’anthologie.

Le dernier des Massaliotes, de C.D Inbadreams : Si vous souhaitez apprendre à jurer en marseillais, lisez ce texte. Le lexique, pourtant atténué par des * lorsqu’il devient un peu trop fort, est tout à fait local et riche en expressions en tout genre.
Ce texte est percutant et bien écrit. On peut entendre les grillons chanter et ressentir l’écrasante chaleur à sa lecture. Bien que l’on y croise le dahu, une bête déjà vue plus tôt dans le recueil, ce texte se démarque par son côté immersif et bien construit.

L’Épave du Bout du Temps, de Sylwen Norden : l’anthologie se termine bien avec ce joli texte qui change de ces prédécesseurs dans son décor. En effet, il se déroule principalement sous Terre et dans un monde alternatif, ce qui change. Le duo formé par Annwyn la souris et le héros fonctionne bien. Il y aurait matière à écrire un roman complet avec ce texte comme base ou synopsis. Un auteur à suivre.

En résumé c’est à nouveau une anthologie de qualité que nous proposent les éditions Sombres Rets. Si j’ai été étonnée par le fait que la majorité des textes laissent apparaître leurs animaux fabuleux dans des décors champêtres et non des villes (il y aurait peut-être quelque chose à faire pour palier cette carence ?), l’ensemble est globalement original et bien construit. Les 19 textes sont différentes les uns des autres et je n’ai jamais eu l’impression de relire une aventure. Le choix a donc été bien fait et le thème a pu inspirer suffisamment pour que les auteurs fassent des choix différents et complémentaires.
Les animaux fabuleux dont traitent les textes sont intéressants car ce ne sont pas ceux que l’on a l’habitude de voir en littérature. Pas de zombies, de vampires ou de garous dans ces pages. Il n’y aura que des créatures folkloriques habituellement délaissées. Un point important car il permet d’enrichir sa culture générale.
A noter que si peu de noms vous disent quelque chose, les auteurs ne sont pourtant pas des novices. On découvre dans les notices biographiques de fin d’ouvrage qu’ils ont tous (à l’exception d’un seul) publié dans nombre de revues, webzines et maisons d’éditions. C’est intéressant et prometteur. D’ailleurs, il est possible d’en lire dans la plupart des autres anthologies chroniquées sur le site.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les recueils de nouvelles de qualité et qui proposent des textes riches et intéressants. Les lecteurs qui ont envie de découvrir des créatures dont la littérature ne parle pas assez.

Les + : beaucoup de petits textes et des textes globalement de qualité. Des créatures inhabituelles dans les récits.

Les – : je regrette un peu le manque de paysages urbains et différents. La forêt et la campagne semblent être une source récurrente d’inspiration pour croiser les créatures fabuleuses. Nos villes ne peuvent-elles plus nous faire rêver ?

Infos pratiques
Format : 15 x 21cm
Pages : 284 pages
ISBN : 978-2-918265-24-5
Parution : le 17 avril 2017.

« Entrées précédentes