Archives des étiquettes : Aude Reco

Coeur sommeil, d’Aude Réco

coeur_sommeil

Coeur sommeil, d’Aude Réco (tome 1 de la série Coeur sommeil, autoédition).

Judith Mill est une jeune fille issue de la bonne société anglaise, mais que la vie semble prendre plaisir à malmener. Pour commencer, Judith ne parle pas, elle est muette. Ensuite, sa santé fragile l’empêche de vivre correctement et sa famille doit déménager pour améliorer son cadre de vie. Enfin, la pauvre mademoiselle Mill semble ressentir d’étranges phénomènes entre les murs de son nouveau manoir.
Quant à son voisin, n’en parlons pas. Il prétend entendre les pleurs, lui aussi… qui est-il vraiment ?

Les pistes développées par ce nouveau titre de la jeune auteur Aude Réco (que vous avez probablement déjà lue dans Noces d’Éternité ou Faiseur de Rêves) sont nombreuses, c’est pourquoi je préfère commencer cette chronique en avertissant qu’il ne s’agit que d’un premier volet.
Une bonne chose, puisque durant ma lecture, je m’inquiétais de voir la fin approcher alors qu’il me semblait rester tant de choses à dire ! Ouf.
Si je me suis proposée pour lire ce texte auto-édité (alors que le nom de ce blog figure pourtant sur une « liste noire » de blogs n’acceptant pas la littérature de ce type), c’est parce que la plume de l’auteur m’avait déjà plu, notamment dans son titre édité aux Editions du Petit Caveau.
J’ai donc retrouvé cette plume ici avec un plaisir non dissimulé, puisqu’on nous parle de romance à une époque dans laquelle j’aime me plonger.
En revanche, alors que je m’attendais à trouver une héroïne muette, j’ai été surprise par la tournure des événements. Les personnages muets sont rares dans mes lectures et j’ai toujours aimé le peu que j’ai rencontré car ils ont un côté « reposant » que n’ont pas les autres. Or, ici, cet aspect est assez vite gommé pour une raison que je ne dévoilerai pas, mais j’ai trouvé un peu dommage que l’auteur ne laisse pas davantage planer cet élément dans son texte, car c’est un vrai point fort pour démarquer son histoire.
En outre, j’ai trouvé plusieurs similitudes entre ce titre et Noces d’éternité, ce que je regrette (même cadre, manoir, falaise, envie de se jeter du haut de la roche…). Je pense que c’est simplement un décor qui plait beaucoup à l’auteur, et qui est dépeint avec talent. Toutefois comme j’ai lu plusieurs de ses textes, je n’ai pu m’empêcher d’y penser. Je ne sais pas si c’est volontaire.
Le récit s’oriente plus sur la description que sur l’action dans ce premier opus, il faut donc aimer cela sans oublier qu’il s’agit d’un premier épisode, et qu’il plante forcément le décor.
Toutefois, malgré cela, Coeur Sommeil est un vrai bon moment de lecture. En ce qui me concerne j’aime et je ne me lasse pas de ce genre d’ambiance qui me fait remonter le temps. L’auteur s’attarde sur les descriptions, ce qui plante le décor avec un grand réalisme. On retrouve un manoir assez classique de l’Irlande ancienne, avec ses domestiques et ses grandes étendues de nature.
Les personnages sont peu nombreux si bien qu’on les assimiles vites, tout comme leurs traits de caractères.
Comme il s’agit d’un premier épisode, assez court qui plus est, Aude Réco va droit au but, notamment dans la relation entre Judith et Griffin. Si on comprend assez vite où elle veut en venir, ce qui est intéressant est de comprendre pourquoi. En effet les deux jeunes gens semblent liés mais on ne connait pas la raison. C’est autour de cette question que tourne l’intrigue qui dès lors nous entraîne avec elle dans ce huis-clos passionnant.
Je n’ai pas vu défiler les pages et c’est sans surprise que j’ai trouvé le titre « trop court ». Toutefois il fait quand même 80 pages, ce qui n’est pas rien pour commencer !
Mais voilà, j’ai bien aimé, et laisser les personnages et le cadre aussi rapidement m’a laissé un goût de trop peu, surtout quand on voit les choses décoller de manière aussi alléchantes.
Pour résumer je n’ai qu’une chose à dire : vite vite, la suite !

Pour qui : Les lecteurs qui cherchent une bonne petite histoire dans laquelle se plonger, ceux qui aiment les romances paranormales et les grands manoirs étranges, ceux à qui les descriptions ne font pas peur.

Les + : Des personnages attachants, une atmosphère bien retranscrite et une intrigue qui… intrigue.

Les – : Des ressemblances avec Noces d’éternité et le côté muet de l’héroïne qui aurait pu être plus appuyé.

Infos pratiques
Éditeur : Auto édité.
Pages : 70 pages.

Faiseur de rêve, d’Aude Réco

faiseur de reveFaiseur de rêve, d’Aude Reco (One shot, auto édition)

Dans une ville rongée par la peur, deux âmes tentent de survivre. Lou et Nat vont se trouver, deux êtres que les apparences ne destinaient pas à faire se rencontrer. Et pourtant… Pour que les cauchemars n’envahissent pas leur monde, il faudra se battre, et surtout ne pas oublier.

Second texte que je lis de cet auteur après Noces d’Eternité, paru aux éditions du Petit Caveau, j’ai été très intéressée par le concept et la jolie couverture.
Cela dit, je dois avouer que le roman n’est pas ce à quoi je m’attendais et que cette lecture me laisse un goût mitigée en bouche.
Les choses que j’ai aimées sont nombreuses dans le texte. Aude Reco nous entraîne dans un univers inédit où l’ambiance n’est pas sans rappeler celle des films de Burton. J’ai beaucoup aimé l’arc narratif du cirque, l’étrangeté de ses personnages, tout comme l’Asylum. La fin du récit est émouvante et j’ai fini par trouver le couple principal très poétique.
Toutefois, j’ai eu l’impression que les pièces de ce puzzle peinaient à s’emboîter. J’ai mis du temps à trouver Lou et Nat attachants car ils passent beaucoup de temps à parler dans la première partie du roman. Ils se parlent comme on joue au ping-pong, aucun des deux ne voulant laisser le dernier mot. Cela ne les rend pas très sympathiques, plutôt enfantins, et je n’ai commencé à les apprécier que dans la seconde partie du texte.
J’admets volontiers que cela peut venir de moi, mais ma perception globale du roman a été plutôt chaotique. Par exemple j’ai mis du temps à comprendre et visualiser La Ville. Le cadre spatio-temporel n’étant pas clairement défini, j’ai eu du mal à planter le décor (victorien, médiéval, contemporain ?). Les événements s’enchaînaient parfois de manière floue. Je n’ai pas très bien compris comment Lou s’est retrouvée prisonnière des miroirs, ni pourquoi Nat n’a gardé aucun souvenir. Que s’est-il passé pour lui ? Est-ce qu’il manquait des informations ou bien est-ce moi qui ait raté quelque chose ? Les événements autour de Mécanique Asylum aussi m’ont paru très floues. Je ne veux pas trop spoiler donc je ne m’étendrai pas mais ce personnage m’est resté inaccessible, je n’ai pas réussi à le cerner.
Le faiseur de rêve pouvait combattre les ombres, la faille, les monstres et les cauchemars dans une bataille épique qui n’a pas eu lieu.
Globalement j’ai trouvé ce texte plein de bonnes idées, et je trouve que l’auteur a du talent pour créer des ambiances particulières, mais qu’il manquait à ce texte des articulations pour bien l’appréhender. Le titre lui-même est plein de promesses qui n’ont pas été, à mon avis, suffisamment approfondies.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les histoires originales et les ambiances particulières.

Les + : Une ambiance originale avec l’atmosphère du cirque et des personnages qui sortent de l’ordinaire.

Les – : Des événements qui s’enchaînent mais pour lesquels il manque des articulations.

Infos pratiques :

Nombre de pages de l’édition imprimée : 178 pages

« Entrées précédentes