Archives des étiquettes : bill

La morsure de la panthère, de Charlaine Harris – La communauté du Sud 5

La morsure de la panthère, de Charlaine Harris – (tome 5 de la série La communauté du Sud, éditions J’ai Lu)

Une étrange atmosphère règne à Bon Temps depuis que des métamorphes se font sauvagement attaquer. La police peine à identifier de suspects puisqu’en apparence rien ne relie les victimes entre elles.
Sookie s’inquiète de plus en plus pour les siens. Il faut remplacer Sam au Merlotte pendant sa convalescence.
C’est ainsi qu’un nouveau vampire, au look de pirate, fait son arrivée à Bon Temps.
Envoyé par Éric, il a pour mission de tenir le bar et de protéger Sookie.
Une bonne chance, quand on sait que cette dernière échappera de justesse à l’incendie de sa maison.
L’agresseur, qui qu’il soit, a décidé de s’en prendre à la jeune serveuse.
Pendant ce temps, les loups-garous tentent de se choisir un nouveau chef…

De manière générale, j’avais bien aimé le précédent tome, Les Sorcières de Shreveport, dans lequel Charlaine Harris nous offrait une histoire originale au concept surprenant.
Avec ce cinquième tome, nous repartons sur une histoire plus classique où il ne se passe pas beaucoup d’action. J’ai été assez surprise et même un brin déçue, dans la mesure où le titre de ce tome laisse penser qu’il va se passer des choses. On nous parle en effet de « morsure » et de « panthère », ça promet d’être rythmé !
Et pourtant non.
Cette lecture a été plaisante entre deux ouvrages plus sérieux, parce que comme dans les autres titres le style de Charlaine Harris est fluide, très terre à terre et ancré dans notre quotidien. Or, on passe plus de temps à suivre la vie sentimentale de Sookie qu’à faire avancer l’histoire. L’enquête esquissée dès le début n’en est pas vraiment une, il n’y a aucune investigation, et Sookie passe son temps à aller et venir d’un point A à un point B.
C’est à peu près tout.
J’ai apprécié lire ce titre sans doute parce que j’ai fait une pause après en avoir enchaîné 4 d’affilée. J’ai eu le temps d’oublier mon agacement et de me replonger avec légèreté dans la série.
De toute façon : c’est une série légère, il ne faut rien en attendre d’autre.
Les personnages sont plus nombreux que dans les autres tomes, si bien qu’aucun ne prend l’ascendant sur les autres. Ils font beaucoup de passages éclairs, notamment Bill et Éric (ce qui n’est pas plus mal).
Comme d’habitude Sookie se trouve au milieu d’un groupe d’hommes qui se battent pour elle, et elle finit blessée avec une balle dans l’épaule. Charlaine Harris doit trouver cela romantique d’être une jeune femme blessée sauvée par des hommes. A la longue, non seulement je ne suis plus surprise, mais je suis même un peu lassée.
En bref, un tome plat et vide, parfait pour se détendre après le boulot. Le tome suivant sera forcément meilleur !

Pour qui : les lecteurs qui aiment les histoires légères et sans prise de tête, qui veulent du divertissement et de la détente comme on regarderait un feuilleton.

Les + : une écriture toujours aussi légère et agréable quand on cherche à se vider la tête, une galerie de personnages étoffée.

Les – : un cruel manque d’action dans ce tome et un titre qui ne reflète absolument pas le contenu du roman.

Infos pratiques
Poche: 376 pages
Editeur : J’ai lu (28 octobre 2009)
Collection : SEMI-POCHE
Langue : Français
ISBN-10: 2290019534
ISBN-13: 978-2290019535

Publicités

Disparition à Dallas, de Charlaine Harris – La Communauté du Sud 2

Disparition à Dallas, de Charlaine Harris (tome 2 de la série La Communauté du Sud, éditions J’ai Lu)

Le cuisinier du Merlotte, le bar où travaille Sookie Stackhouse, est retrouvé mort dans sa voiture, sur le parking. Qu’a-t-il bien pu se passer ?
Pour résoudre cette affaire, le chef des vampires de la cinquième zone va demander à Sookie de partir en mission très spéciale.
Une mission dangereuse et risquée. Sookie parviendra-t-elle à en sortir indemne ?

Charlaine Harris semble avoir trouvé sa voie avec ce nouveau roman. Comme pour le premier, l’histoire commence par un meurtre, et on va suivre Sookie Stackhouse dans son enquête.
Étant donné qu’il s’agit d’un meurtre commis par des créatures surnaturelles, la police habituelle ne sera pas mise au parfum. Du moins, pas tout de suite. Le monde dans lequel évoluent les personnages a vu les vampires se révéler au grand public, mais pas les autres créatures. Il faut donc rester prudent.
Sookie, qui est désormais la compagne de Bill, va devoir enquêter au sein d’une étrange communauté, située à Dallas comme le nom du roman l’indique, et non plus à Bon Temps.
C’est l’occasion pour l’autrice de développer un peu plus son univers et de nous présenter les rouages communautaires des vampires : comment sont-ils organisés, gérés, équipés… ?
On a comme dans le premier tome (Quand le Danger Rôde), une enquête de base qui trouvera réponse à la fin grâce au déballage d’un seul personnage. Je le regrette à nouveau et commence à me dire que si c’est ainsi pour les 9 autres volumes dont j’ai fait l’acquisition, je vais peut-être trouver le temps long.
L’histoire tourne encore une fois autour de Sookie et de sa libido. Plus encore que dans le premier tome, les scènes de sexe explicites sont de mise, et l’ancienne vierge prude se permet même un petit tour dans une communauté sado-maso, histoire de mettre ses principes à l’épreuve.
Rien de très original même si, je le rappelle, ce titre est sorti à l’origine en 2002, avant la vague de Bit-Lit que l’on a connu.
Comme dans le premier, le style reste basique, voire plat. Les personnages sont devenus au fil du temps des clichés et je ne sais pas dire s’ils sont à l’origine de ces clichés du fait de l’ancienneté de la série, où s’ils étaient déjà des clichés lorsque c’est sorti.
Quoi qu’il en soit, aucune surprise dans ce nouveau tome qui, comme le précédent, se laisse lire facilement pendant les vacances.
Sookie devient cette héroïne gentille à qui rien n’est épargnée, qui termine une fois de plus blessée au-delà du possible mais va s’en sortir grâce à la sollicitude de ses amis.
Elle va rencontrer de nouveaux personnages par lesquels elle va se sentir irrésistiblement attirée (tous les hommes ont l’air beaux dans ce monde), et en dépit de ce que l’autrice essaie de nous faire croire (que Sookie est un peu boulotte et n’a rien de particulier) elle a l’air d’attirer sexuellement tous les hommes et toutes les créatures qu’elle rencontre.
J’ai un peu peur pour la suite, voyant d’ici comment cela va tourner (j’ai arrêté ma lecture d’Anita Blake au tome 9 en me disant que sa culotte brûlait trop souvent et que tout le monde finissait par se mélanger avec elle), et me demande si l’autrice saura se renouveler. Affaire à suivre.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les histoires légères, débridées, et qui n’ont rien de compliqué à suivre.

Les + : un style léger qui se lit bien

Les – : on commence déjà à tourner en rond au niveau des ficelles scénaristiques.

Infos pratiques
Poche: 374 pages
Editeur : J’ai lu (17 août 2009)
Collection : SEMI-POCHE
Langue : Français
ISBN-10: 2290018066
ISBN-13: 978-2290018064