Archives des étiquettes : Bruno Grange

Dérives Fantastiques, Collectif

derives fantastiques
Dérives fantastiques
 (collectif, éditions Sombres Rets).

21 auteurs se sot réunis dans cette anthologie afin d’explorer les dérives fantastiques sous toutes leurs formes.

Fissures, de Morgane Dieng : Le train, les heures, la temporalité… autant de thèmes classiques du fantastique abordés ici avec originalité dans un petit texte où les personnages ont presque des allures de Robinson.

Chair à canon, d’Anthony Boulanger : Un texte où les retournements de situations s’enchaînent dans un univers futuriste inquiétant. Le sujet aurait peut-être mérité d’être traité plus en profondeur tant la richesse de l’idée est palpable.

L’ordre des choses, de Dean Venetza : Un texte court mais efficace. Percutant. L’humain n’est plus en haut de la chaîne alimentaire et vit comme un animal d’élevage. Un texte qui met à coup sûr mal à l’aise et fait réfléchir sur la condition animale. Parce que nous sommes aussi des animaux après tout.

Les saveurs, la fabuleuse cuisine de Dante, de Barnett Chevin : Aucun dialogue dans ce texte exclusivement descriptif. Un peu long pour une fin que l’on devine assez rapidement. A noter tout de même la richesse du vocabulaire, qui retranscrit parfaitement saveurs et arômes. L’auteur s’est fait plaisir à écrire le texte et l’on se régale à le lire. On y retrouve des notes de la célèbre oeuvre « Le Parfum », de Patrick Süskind.

Parasites, de Grégory Covin : Un huis-clos prenant en forme de course contre la montre dans l’espace. Plutôt réussi sauf la fin qui m’a laissée sur… ma faim, justement. J’aurais souhaité dans le cadre du recueil un dénouement plus rationnel après le vécu irrationnel des personnages.

Le maître du temps, de Yoann Denuault : Un texte émouvant dans lequel il est à nouveau question du temps (thème classique du fantastique ?). L’univers est intéressant bien qu’il manque de détails pour être tout à fait clair. L’histoire est simple mais le cadre spatio-temporel l’est moins. Dommage.

Les petits poucets, de Virginie Perraud : Un texte intéressant bien que reprenant la figure classique d’Alexis Romanov. Le texte se lit bien et s’apprécie pleinement grâce à sa chute.

La grande boucle de Phillippe Goaz : Un texte comme je les aimes ! Rythmé, épistolaire, original… pour l’heure ma meilleure découverte du recueil. Dommage que le titre gâche l’effet de surprise. Le thème de dérive fantastique est ici parfaitement respecté. Un texte dont je vais me souvenir !

Cousins éloignés, de Loïc Henry : J’ai beaucoup aimé ce texte dont le sujet principal (les hommes de Néendertal) me tient à coeur. Des planètes et des sapiens, tout ce que j’aime. L’histoire aurait cependant mérité d’être plus développée car le duo de personnages principaux et la narration ont du potentiel. J’aurais aimé en lire plus. Après la nouvelle, le roman ?

Un carré de chocolat, de Alexandre Ratel : D’habitude j’aime les histoires de zombies mais j’ai eu du mal à adhérer à celle-ci. Le style trop enfantin et parfois suranné ne m’a pas convaincu. Le texte est trop court pour que l’on puisse se plonger véritablement dans l’histoire et s’attacher aux héroïnes. L’ensemble reste en surface. Dommage.

La naufragée, de Eric Lysoe : Un air du 5ème élément de Besson dans ce texte taillé sur mesure pour le recueil. Une agréable découverte, bien écrite et plaisante à lire.

En scène, de Sylvain Lamur : Un texte qui m’a semblé extrêmement long et attendu et qui manque de fantaisie. Sans doute ma seconde vraie déception après Un carré de chocolat.

La princesse et le pirate, de Yohan Queyla : Un texte court qui remplit son rôle. L’élément perturbateur fantastique arrive comme la chute et fait prendre à ce récit réaliste une teinte surnaturelle. Un texte qui a toute sa place dans le recueil.

Histoires à rebours, de Bruno Grange : Un texte très bien pensé qui sent bon les temps classiques. On y retrouve des protagonistes se racontant des histoires autour d’une table. L’ensemble est bien amené et plutôt bien fait. Je regrette la fin un peu facile. Cependant ce texte long est vraiment convainquant.

Bleu, de Clélie Avit : Un texte court et très poétique, emprunt de magie et d’émotions. C’est beau, touchant, surprenant.

L’âme du serpent, d’Alice Mazuay : Un texte classique. Des sorcières, des femmes, la mort… j’en attendais plus avec un personnage principal aussi original. Je reste un peu sur ma faim.

Nuntium Mortis, de Jérôme Simon : La chute de se texte lui donne tout son sens. Sans cela, on aurait eu un texte mêlant absurde, manque de crédibilité et fin classique. L’auteur s’est donc bien rattrapé. Malgré cela, j’ai eu du mal à entrer complètement dans l’histoire et à m’attacher aux personnages.

Ce qui se passe sous l’Arbre, de Neil Jomunsi : L’un des plus longs textes (si ce n’est le plus long) du recueil. C’est aussi le plus marquant, le plus émouvant. Il nous parle du temps qui passe et des souvenirs, rappellant par là que chacun fait plus ou mois la même chose à sa manière, et c’est ce qui nous distingue des enfants (j’enferme pour ma part mes souvenirs dans des chansons). J’ai beaucoup aimé ce texte. Je crois qu’il est même mon préféré du recueil, parce que sa dimension fantastique est très poétique, presque imaginaire. Tout le monde se reconnaîtra en Richard, un personnage incroyablement humain et vivant. La frontière entre réalité et surnaturelle est ténue, ce qui fait de ce texte le plus fin, le plus travaillé et le plus soigné des 21. Mon coup de coeur du recueil.

Strates, de Marie-Lucie Bougon : Cette nouvelle est une véritable surprise. Tout le long de ma lecture, je pensais « je ne comprends pas ce texte ». On y parle d’une figure maternelle invisible, on se promène dans des lieux que l’on ne comprend pas… et pourtant, quand arrive l’heure de la chute, tout fait sens. C’est une très bonne surprise, la créativité de cette nouvelle est enthousiasmante. Et en plus c’est bien écrit. J’ai adoré l’idée de m’être faite avoir en pensant que ce texte dépassait mon seuil de compréhension alors qu’il est simplement très bien pensé.

L’expédition, de Thepthida Hay : Un texte court dont l’ambiance luxuriante est bien dépeinte. En revanche, l’histoire elle-même laisse un peu sur la faim. J’ai trouvé cela un peu bref, avec un manque d’explications.

Frères d’A(r)mes, de Dola Rosselet : Cette nouvelle se distingue par son cadre spatio-temporel différent des autres textes. Ici nous sommes à Verdun durant la première guerre mondiale. L’histoire est émouvante, racontée avec une richesse de détails particulièrement convaincante. L’auteur alterne récit et lettres pour donner plus de corps à un texte dont la qualité est indéniable. De quoi finir l’ouvrage sur une bonne note.

Comme on peut le voir, il y a de tout dans cette anthologie organisée en deux grandes parties. L’ensemble est agréable à lire, la richesse des environnements et des histoires permettant de ne pas s’ennuyer.
Évidemmentcertains textes sont plus intéressants, plus agréables, plus recherchés que d’autres mais cette impression est forcément subjective.
J’ai été surprise de trouver des textes à l’univers volontairement imaginaire. En effet je m’attendais à trouver pour ces « Dérives » un point de départ ancré dans le réel que nous connaissons ou avons connu dans le passé. Or, de nombreux univers parallèles se mêlent aux ambiances historiques ou actuelles. L’aspect de « dérives », point essentiel du recueil, a ainsi été laissé au second plan quand le fantastique a pris le dessus.
De bonnes surprises, d’agréables moments et quelques déceptions, chacun trouvera dans ce recueil de quoi interpréter sa propre vision des Dérives Fantastiques.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les anthologies, les textes courts et longs, les univers divers et variés.

Les + : Il y en a pour tous les goûts, tous les styles, tous les gens et toutes les qualités.

Les – : Ces « Dérives » sont surtout « fantastiques ».

Infos pratiques
Editeur : 
Sombres Rets (7 janvier 2015)
Collection : QUETES PRESAGES
ISBN-10: 2918265209
ISBN-13: 978-2918265207

Le Monde de la Nuit, collectif

le-monde-de-la-nuit

Le Monde de la Nuit, collectif (anthologie, éditions Sombres Rets)

Anthologie mêlant 23 textes autour du thème de la nuit. Le recueil est découpé en quatre parties distinctes pour regrouper les textes selon des thématiques plus générales.

Voici la chronique détaillée de chacun des textes, puis un bref résumé de l’ensemble. Merci aux éditions Sombres Rets pour cette découverte.

Partie I  : Ce qui Nait de la nuit

Heureux les imbéciles, d’Eva Simonin : Une courte nouvelle dans laquelle on découvre les péripéties d’un petit garçon peu ordinaire dans un monde de rustres paysans. Si on ne comprends pas tout au départ, les pièces du puzzle sont placées petit à petit pour former une histoire simple et courte. Peut-être un peu trop courte car certaines pistes ouvertes auraient méritées d’être plus développée (les esprits, le mage, la figure de la dame…). N’en reste pas moins qu’avec Heureux les Imbéciles, Eva Simonin propose un texte en accord avec le thème de l’anthologie et plutôt agréable à lire.

L’Eveil à la Nuit, de Sylvain Boïdo : Une atmosphère prenante et bien que très classique, ponctuée par une chute inattendue. Le texte est court et si l’on peut penser que le récit est cousu de fil blanc, la chute nous prouve le contraire. Le texte est bien écrit malgré quelques clichés.

Une gare, c’est propre la Nuit, de Antoine Lencou : Une ambiance particulière, un univers futuriste, une lecture appréciable. Il faut un petit temps pour entrer pleinement dans ce texte SF qui arrive comme un cheveu sur la soupe après la très classique nouvelle précédente. N’en reste pas moins une histoire originale qui change des textes centrés sur les créatures vampiriques, esprits ou encore métamorphes. Ici la technologie est le meilleur ennemi de l’homme et l’Art, si l’on n’y prend pas garde, se montre destructeur. Un soupçon de fatalisme vient ancrer le récit dans une réalité finalement pas si éloignée de la nôtre.

Marlène, de Michaël Moslonka : Un texte dont le personnage dépressif et suicidaire fini par succomber au monde de la nuit. Entre délire paranoïaque et vérité, le texte joue sur l’ambiguïté des détails et promène son lecteur sur le fil du rasoir. Une créature de la nuit fait son apparition pour emporter notre héros vers son plus grand désir. Cependant, ce texte n’a pas su me convaincre tant ses ficelles m’ont sauté aux yeux. Dommage. L’ensemble reste bien écrit.

Le Dullahan, de Nicolas Saintier : Pas de surprise non plus dans ce texte bien écrit et agréable à lire. Ici, Nicolas Saintier place son histoire à la fin du mois d’Octobre, pendant la nuit du Samhain, et prouve à son héros qu’il a eu tort de ne pas prêter attention aux légendes qu’on raconte sur ce moment particulier de l’année. Si l’histoire peine à se justifier pleinement (le héros qui se promène en forêt pour la simple envie d’effrayer sa petite amie à la maison m’a semblé un prétexte un peu léger), n’en reste pas moins qu’on passe un bon moment de lecture. La chute n’est guère surprenante et le texte rempli son objectif sans trop en faire. Ni bien ni mauvais, il est dans la moyenne.

Partie II : Les Secrets de la Nuit

Meccano de nuit, de Christophe Migon : Un texte original, bien écrit, et une ambiance qui devient vite oppressante  C’est tout ce que j’aime dans la nuit, quand les ombres anodines deviennent des monstres, que les apparitions disparaissent et laissent place à la perplexité comme si l’on avait rêvé. Cauchemar ou fait réel ? L’histoire est un peu faible par moment en cela qu’elle n’explique pas toujours tout ce dont elle parle, mais l’ambiance et la chute suffisent à compenser ce défaut. Ce n’est qu’une nouvelle, après tout. Un texte juste qui remplit parfaitement sa fonction et est très prenant.

Amy, né de l’homme et de la femme, de Yves-Daniel Crouzet : J’ai été moins sensible au style plutôt passif de ce texte construit comme un témoignage. Le narrateur, Amy (un garçon semble-t-il, au non une fille comme je l’ai d’abord pensé vu le prénom bien que le titre soit au masculin), raconte son existence entre les murs de ce que l’on devine être une sorte d’asile psychiatrique. Amy nous apprend son passé et raconte son présent. Nous avons donc affaire à une sorte de créature mi-vampire, mi-garou. Le texte est sans surprise et finalement assez creux.

Transport Nocturne, de David Baquaise : Émouvant  triste, original, tendre, inattendu, tels sont les mots qui me viennent à l’esprit après la lecture de ce texte. Je ne m’attendais pas à trouver quelque chose de ce type au creux d’une anthologie très orientée « imaginaire ». Ici point de vampires, de sorcières, de garous, de succubes ou d’ogres, juste une très belle histoire entre une humaine et une âme autrefois comme elle. Une histoire presque banale pleine de poésie et surtout de tendresse. Pourrez-vous encore monter dans un bus sans y penser après avoir terminé cette lecture ? Transport Nocturne de David Baquaise est une excellente surprise, un coup de coeur au sein de cette anthologie.

Gardien de Nuit, de Richard Mesplède : Un texte court et plutôt attendu dans sa construction (on se doute que les « monstres » ne sont pas ceux que le narrateur croit), mais qui se laisse lire avec un plaisir identique aux autres. Je ne pense pas qu’il fera parti des textes que l’on retiendra de l’anthologie mais il y a sa place pour respecter son thème et être bien écrit. L’auteur a voulu présenter le récit sous une forme de journal daté et si cela n’a pas beaucoup d’intérêt pour le texte, cela a au moins le mérite de le faire se démarquer des autres.

La Chaise, de C.D Inbadreams : Première grosse déception du recueil. Ce texte partait bien avec son environnement intéressant, le point de vue original du narrateur, l’apparente banalité de l’introduction… Mais je n’ai pas compris. Je n’ai pas compris pourquoi le texte s’arrête là où il s’arrête. Net, brusquement, sans prévenir. La chute porte tellement bien son nom que mon premier réflexe a été de tourner plusieurs fois les pages pour m’assurer que je n’en avais pas raté une, ou qu’il n’en manquait pas. La numérotation m’indique que non et c’est déçue que je suis passée au texte suivant.

Des Prodondeurs, d’Aurélie Wellenstein : Un joli texte bien construit, bien pensé, on se laisse entraîner avec Kylian à la découverte de cet étrange monde coincé entre l’ici et l’ailleurs. L’histoire est simple, les informations arrivent petit à petit et le final possède le petit détail qui vous fait douter. Rêve ou réalité ? Hallucination ? Aurélie Wellenstein entraîne le lecteur avec elle. Un texte agréable à lire.

Partie III : Nuit Sortilège…

Marie dans la Nuit, de Valérie Simon : La forêt recèle bien des secrets et Valérie Simon nous raconte l’un d’eux avec talent. L’écriture es fluide, prenante, et si le thème de fond peut paraître un peu mièvre (l’amour et les folies qu’il nous pousse à faire), le récit est si intéressant qu’on tourne les pages sans s’en rendre compte. Le décor est si bien planté qu’on s’y croirait, et la scène de combat si bien décrite qu’elle en est tout à fait crédible. Un texte très plaisant.

Le Chêne, d’Emmanuelle D’Arzon : Encore un texte qui a pour décor un hôpital de nuit. Ce lieu semble avoir particulièrement inspiré les auteurs puisque ce n’est pas le premier. Cette fois, c’est à Lou que l’on s’intéresse, une jeune femme mystérieuse éprise de nature et de liberté. Le récit est également présenté sous forme de journal et on apprend les quelques péripéties qui jalonnent les soirées du narrateur. Si le début est intéressant, la phase finale m’a moins accrochée. L’histoire du loup et du chêne est un peu décousue. Malgré cela le texte est fluide, bien écrit et se lit facilement.

La Comptine Celte, d’Emma Fraust : Une autre nouvelle dont la fête de Samhain est un fil conducteur. Il faut croire que le thème de la nuit est synonyme de fête des morts pour beaucoup d’auteurs. Dans ce texte, Emma Fraust nous parle d’un rêve récurent qui revient hanter une héroïne écorchée par la vie. J’ai apprécié la première partie, mais à partir du moment où l’héroïne ouvre la fenêtre, le texte perd en crédibilité et en surprise. Je suis restée à l’orée des bois.

Celles qui ont renié le jour, de Louise Roullier : Une bonne idée au départ mais un peu ternie par le fond de l’histoire un peu trop fleur bleue à mon goût.

De Rêve et de Feu, de Marie Loresco : En dépit d’un style intéressant et fluide, je n’ai pas tout compris à cet univers un peu spécial. Trop de choses dans un texte très court m’ont surtout embrouillée. C’est ma seconde déception après La Chaise.

Les Doigts des Morts, de Olivier Boile : Un texte touchant, dont la fin est attendue mais qui se laisse lire avec plaisir. L’histoire est courte, bien racontée, Olivier Boile va à l’essentiel et nous vivons ainsi des instants à la fois tendres et touchants.

Partie IV : Nuit sans fin…

Au fond, de H.M Elfenn : Ce texte est incontestablement mon second coup de coeur du recueil. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir avec cette petite histoire intelligente et extrêmement bien construite. Il n’est pas évident de mettre ainsi le récit en abîme (si je puis dire), mais H.M Elfenn s’en sort très bien et le saut périlleux réussi parvient à donner à ce texte une qualité qui le place clairement au-dessus des autres. De plus, le traitement du thème de la nuit est très différent de celui des autres auteurs et cette originalité le fait ressortir, par contraste. Oui, cette « nuit » là m’a beaucoup plue.

Noctunes du Sableur, de Thomas Spok : Je crois que quelque chose m’a échappé dans ce texte, mais je ne saurais dire quoi. Il est pourtant bien écrit, mais il manque le petit quelque chose qui me fera m’en souvenir plus tard.

Les Funérailles du jour, de Pascaline Nolot : Troisième coup de coeur. J’ignore si l’auteur est elle-même concernée de près ou de loin par le syndrome dont elle parle, mais il se dégage de ce texte une affection et un amour maternel indéniable. Ce texte est si touchant qu’il vous transporte avec lui dans cette atmosphère mélancolique. Le point de vue de l’enfant est très beau, tandis que celui de la mère est émouvant. Ou peut-être l’inverse. Quoi qu’il en soit, ce texte aussi ne vous laissera pas indifférent.

Voyage au bout de la nuit, d’Elodie Zouin : Peut-être parce que je l’ai vu venir, peut-être parce que le personnage est trop rustre pour avoir su attirer ma sympathie, ou bien peut-être que Poison Yvi n’était pas suffisamment dramatique, à moins que ce ne soit la fin légèrement naïve, je ne sais pas… Toujours est-il que j’ai été moins convaincue par ce texte.

La nuit de claires ténèbres, de Bruno Grange : Le piège quand on raconte l’histoire d’un homme seul, c’est qu’il n’a personne à qui parler et que personne ne lui répond. Bruno Grange s’est à mon avis laissé avoir par l’idée de l’ultime humain survivant à un soleil noir. Le texte est long, construit sans le moindre dialogue et avec d’énormes blocs de texte. Le tout forme un visuel très lourd à l’oeil, et finalement assez plat. Il ne se passe pas grand chose, le texte traîne en longueur et je me suis ennuyée. Malgré cela il faut reconnaître que le texte est bien écrit et l’idée de base plutôt bonne. Malheureusement le manque d’action et de dialogue en font un texte uniquement descriptif.

Nocturnales, de Magali Lefebvre : Les dieux sont sur Terre et la nuit les révèle. Un texte intéressant mais qui aurait peut-être gagné à être un peu plus développé.
En définitive, Le Monde de la Nuit est une anthologie riche où se mêlent beaucoup de textes (23), d’univers, ainsi que diverses qualités de texte. J’y ai trouvé de quoi me convaincre, de quoi me séduire, de quoi me divertir, mais aussi quelques déceptions (heureusement moins nombreuses que le reste).
Si dans l’ensemble les auteurs sont restés classiques dans leur interprétation de la Nuit, on trouve aussi des textes plus originaux qui marqueront assurément mon esprit.
Quoi qu’il en soit, cette anthologie saura trouver son public auprès des lecteurs qui aiment les recueils de nouvelles assez courtes et    variées.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les anthologies fournies et l’univers de la nuit.

Les + : Une anthologie où les textes sont classés en grandes thématiques. Ce procédé est astucieux pour montrer la palette de thèmes abordés par le recueil.

Les – : La redondance de certains thèmes (le milieu médical, le vampirisme), et certains textes un peu moins bons que les autres, d’un point de vue purement personnel.

Infos pratiques
Type d’ouvrage :
anthologie de nouvelles
Format :
15 x 21cm
308 pages
ISBN :
978-2-918265-13-9