Archives des étiquettes : Charlotte Bousquet

Llorona On the Rocks, de Charlotte Bousquet

llorona-on-the-rocks

Llorona on the Rocks, de Charlotte Bousquet (one shot, éditions Argemmios)

ROMAN COUP DE COEUR

Dans une prison Mexicaine, une femme attend son heure, attend qu’on la libère. C’est ce qui va se produire un jour, lorsque les fédéraux américains viennent la chercher pour lui confier une mission. Evelia est mercenaire, elle a un don. Elle voit les esprits. Sa liberté retrouvé n’est qu’un leurre. Le puissant fantôme de la Llorona rode, possède, tue. Et ce qu’elle veut, c’est elle. Evelia va suivre une danse macabre dont l’issue pourrait lui être fatale.

Après les nouvelles, voici que je découvre un roman de Charlotte Bousquet.
J’avais déjà apprécié dans son recueil de nouvelles Au Miroir des Sphinx la capacité de l’auteur à installer des ambiances. Avec Llorona On The Rocks, je n’ai pas été déçue. Non seulement le titre m’a permis de découvrir un pays, sa culture, son ambiance et ses blessures profondes, mais en plus j’y ai pris beaucoup de plaisir.
Comme dit dans la chronique du Miroir des Sphinx, le style de l’auteur va à l’essentiel. Charlotte Bousquet ne s’attarde pas en bavardages inutiles comme c’est trop souvent le cas en littérature. Au lieu de cela, elle nous dépeint des personnages dans leur vie dramatique, engoncés dans la culture morbide d’un pays rongé par la corruption.
Le plus terrible dans l’ouvrage, c’est son fond de vérité. Ce n’est pas du cinéma. Charlotte Bousquet a pris soin d’étoffer son récit avec des éléments véridiques et un petit cahier à la fin pour replacer son histoire dans le terrible réalisme des faits divers. Tout porte à croire que l’auteur s’est déjà rendu sur place, et si ce n’est pas le cas, l’illusion est parfaite.
Le personnage principal, Eva Vargas, a tout d’une Lara Croft. J’ai tout de suite remarqué l’inspiration de l’illustrateur pour la couverture (il s’agit en effet d’une image promotionnelle pour un des jeux Tomb Raider). Le parallèle entre l’héroïne de jeux vidéo et celle du livre est frappant. Je trouve d’ailleurs qu’il est plutôt bien choisi. Eva est une mercenaire, mais comme Lara ce n’est pas une super-héroïne. Ses failles sont très humaines et j’ai beaucoup aimé le traitement qui lui est accordé. On en sait plus sur son passé, sa vie, on comprend ses motivations et on ne peut s’empêcher de s’attacher à elle. C’est une héroïne très forte qui marquera mon esprit à coup sûr grâce à ses inspirations et ses actions.
Comme je l’ai dit, la force de ce récit vient également de son ambiance. Grâce à une plume maîtrisée et de nombreux détails, on est tout de suite plongé dans les rues glauques de Ciudad Juarez. Les extraits de chansons, les termes « bien de chez eux » en espagnol, l’immersion totale dans les villes… tout cela contribue au fait que l’on y est. On y croit. Il ne s’agit pas d’un roman très gaie car les sujets abordés sont ceux entraînés par la misère et la corruption. Drogue, viols, meurtres, mafias, trafic d’organes… le roman baigne dans un climat tragique où seule Eva représente l’espoir. L’héroïne est en effet ce qui nous tient en haleine, aussi bien sur le plan personnel que scénaristique. Va-t-elle s’en sortir ? Pourra-t-elle sauver les innocents et se sauver elle-même ? Parviendra-t-elle à trouver la paix intérieure ? Happé par sa vie à 100 à l’heure, le lecteur suit avec passion les péripéties de cette femme de caractère et de cœur.
Et que dire de cette légende locale de la Llorona que j’ai découvert en lisant le texte ? Nous autres européens avons nos propres mythes issus de notre propre culture. Que connaissons-nous de ceux des Mexicains, dérivés des Mayas, Aztèques et des folklores locaux ? Pas grand-chose, pour ne pas dire rien. Lire Llorona On The Rocks, c’est aussi enrichir sa culture des mythes et légendes d’Amérique latine. J’ai aimé me dire que ma lecture m’a appris des choses.
Enfin, il faut noter que l’ouvrage n’est pas très épais et se lit assez vite. Pour autant je n’ai pas été frustrée par cette taille, bien au contraire. En refermant le livre, je me suis dit que « tout est dit ». Contrairement à certains titres sont la rapidité de lecture donne l’impression d’une histoire survolée et d’un scénario en surface, Llorona On The Rocks sait tout dire avec tous ses mots. Ni plus, ni moins. L’essentiel y est écrit pour s’emparer de votre âme et vous y laisser la trace d’un grand livre.
Bref, vous l’aurez compris, à la fois divertissante et grave, cette lecture possède tout le charme d’un coup de cœur.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment apprendre en lisant, ceux que l’Amérique latine intéresse et bien sûr ceux qui croient aux fantômes.

Les + :  Une écriture maîtrisée qui va à l’essentiel et sait créer une ambiance profonde, une héroïne forte et attachante, la découverte d’un mythe inconnu du grand public européen.

Les – : Quelques passages un peu saccadés du fait de l’insertion de paroles de chanson un peu trop régulière.

Infos pratiques

Editeur : Argemmios éditions (12 novembre 2010)
Langue : Français
ISBN-10: 2919049011
ISBN-13: 978-2919049011
Dimensions du produit: 20 x 14 x 6 cm

Au Miroir des Sphinx, de Charlotte Bousquet

au-miroir-des-sphinx

Au Miroir des Sphinx, de Charlotte Bousquet (one shot, éditions Argemmios)

Au Miroir des Sphinx est un recueil de 10 nouvelles aux univers principalement égyptiens.

J’ai découverts la plume de Charlotte Bousquet avec ce recueil. Depuis le temps que j’en entendais parler, je savais que je ne serais pas déçue par cet ouvrage. Et effectivement, ma lecture a été agréable.
Charlotte Bousquet fait partie de ces auteurs-conteurs dont la plume fige dans le temps des histoires séculaires, ou tout du moins est-ce l’impression qu’ils en donnent. Les différents textes semblent avoir une continuité en dépit de leur écriture et publication parfois éloignées dans le temps. J’ai apprécié l’ambiance instaurée dès le début par les récits. Ce sont vraiment des légendes, des contes. On connait les personnages uniquement à ce qu’ils veulent bien nous livrer. Le style « conte » nous laisse souvent à la surface mais avec un message plus profond. Seule les actions sont mises en lumière afin de proposer au lecteur une version simple de certains mythes. Les choses sont assez peu romancées et on lit les textes à la manière d’anciens conteurs tel Ovide et ses Métamorphoses. L’écriture est fluide, teintée de la couleur des légendes anciennes. J’ai pris plaisir à découvrir les histoires toutes très différentes. La qualité des textes va crescendo et j’ai fini par trouver l’ouvrage un peu court. Une ou deux nouvelle supplémentaires ne m’aurait pas déplu.
A noter aussi la présence de poèmes, qui jalonnent le recueil et viennent étoffer son ambiance. Je ne pense pas que Le Miroir des Sphinx marquera beaucoup mon esprit mais ce qui est sûr, c’est que j’ai passé un agréable moment de lecture dans cet univers antique en compagnie des personnages originaux de Charlotte Bousquet.

Pour qui : Les lecteurs qui aiment les lectures rapides, bien écrites, les univers médiévaux et les styles « conte ».

Les + : Une histoire écrite dans un style médiéval, une suite de contes fantastiques dans tous les sens du terme.

Les – : Il manque un peu de substance pour rester en mémoire.

Infos pratiques
Date de parution : 20 septembre 2008
Illustration : Krystal Camprubi
Genre : fantasy
222 pages
267 grammes
ISBN : 978-2-9530239-1-6

« Entrées précédentes