Archives des étiquettes : contes des royaumes

Beauté, de Sarah Pinborough

Beauté, de Sarah Pinborough (tome 3 de la trilogie Contes des Royaumes, éditions Milady)

Un prince est envoyé dans un mystérieux royaume pour y vivre une aventure en compagnie d’une fille au chaperon rouge et d’un chasseur. Ensemble, ils pénètrent dans une forêt inaccessible où tout semble endormi. On dit que dans le château git une princesse née d’une ondine et d’un roi, et dont la beauté surnaturelle pourrait conduire à de bien étranges phénomènes.

Ce dernier tome vient clore la trilogie de Sarah Pinborough sur les Contes des Royaumes. Pour être honnête, je n’ai pas vu l’intérêt de cette dernière histoire par rapport à la trilogie. Le second tome faisait écho au premier, mais celui-ci se détache de tout et semble avoir été écrit juste pour prolonger l’idée et intégrer qu’il s’agit d’une trilogie et non d’un diptyque (peut-être que « trilogie » est plus vendeur ?).
Quoi qu’il en soit on retrouve ici plusieurs contes mélangés dans une histoire originale. Je regrette un peu cette impression de « fourre tout » puisqu’on mélange ici les histoires de La Petite Sirène, La Belle et la Bête, La Belle au bois dormant, Le Petit chaperon rouge et Raiponse. Tout cela dans la même petite histoire. Cela m’a donné une impression de réécriture un peu bancale où je ne savais plus que penser.
Néanmoins, l’histoire se tient si on la prend en solitaire et non comme un tome 3 d’une histoire plus grande.
Les personnages vivent des histoires qui leurs sont propres et sont plaisants à lire. Leurs comportements sont intéressants, à la différence de ceux de Poison. L’auteure a eu le temps de prendre ses marques avec les deux premiers titres et nous propose ici une réécriture plus détachée et convaincante. Son environnement est bien posé et le déroulé des événements rythmé. J’ai apprécié le fait d’envoyer le Prince en voyage initiatique, cela lui donne une faiblesse et lui fait gagner son statut de héros.
Le point fort de ce titre est que tout se tient. Rien n’est laissé sans réponse. Est-ce à dire qu’il s’agit du tome le plus intéressant ? Je n’irais pas jusque là. En effet, Charme et sa réécriture de Cendrillon m’avaient particulièrement convaincue. Ici j’ai à nouveau senti que l’auteur s’obligeait à ne pas partir dans tous les sens. Il s’en est fallu de peu pour que l’histoire ne parte encore à la dérive avec cette foule de personnages connus réécrits dans un ensemble brouillon. Disons que ça passe, mais de justesse. Je trouve l’ensemble toujours un peu faible, principalement à cause de la petite taille du texte. Cette histoire, au moins, mériterait un développement beaucoup plus conséquent pour installer durablement les protagonistes et leur offrir un background épais et marquant. Là, la profusion d’éléments est plaisant mais je sais déjà que j’oublierai tout dès mes prochaines lectures.
Le texte n’est pourtant pas mal écrit, loin de là. Le style est agréable, fluide, plutôt immersif, ce qu’il faut pour recréer l’ambiance des contes. Mais il manque quelque chose pour que la magie opère. J’en attendais plus.
Au final, cette trilogie des Contes des Royaumes est en demi-teinte, de qualité très inégale selon les tomes. Je suis d’avis qu’il y a de bonnes idées dans les trois récits et même dans la série dans son ensemble, mais aucune d’elle n’est poussée suffisamment loin pour faire de cette trilogie un chef d’oeuvre inoubliable.
Tout juste une lecture sympathique si l’on omet Poison. Le côté « Princes et Princesses » a sans doute beaucoup joué sur l’émoi suscité par ces textes, car au niveau du développement de l’histoire les qualités littéraires sont moindres.
Enfin, ayant lu la série en numérique, je n’ai profité que partiellement des illustrations puisqu’elles étaient petites et assez peu lisibles.
Je reste donc sur ma faim.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les histoires de pays lointains, de princes, princesses et roi, de magie et de sorcières.

Les + : de bonnes idées et une écriture fluide.

Les – : l’histoire mêle un peu trop de personnages issus de contes différents, si bien que cela produit une impression brouillonne. L’ensemble aurait mérité d’être plus poussé dans les idées, et surtout beaucoup plus développé.

Infos pratiques
Broché: 224 pages
Editeur : Bragelonne (23 mai 2014)
Collection : FANTASY
Langue : Français
ISBN-10: 2811211942
ISBN-13: 978-2811211943

Publicités

Poison, de Sarah Pinborough

Poison, de Sarah Pinborough (tome 1 de la trilogie Contes des Royaumes, éditions Milady)

Lorsque le roi repart sur le champ de bataille, Lilith, désormais seule à la tête du royaume, va mener la vie dure à celle qu’elle hait plus que tout : Blanche-Neige. Cette princesse si belle et généreuse qu’elle en est aimée de tous est une menace. Très vite, Lilith en est sûre : Blanche-Neige doit mourir.
Poison revisite le conte de Blanche-Neige.

A première vue ce petit texte a tout pour plaire. Présenté comme une réécriture moderne du conte des frères Grimm, l’accent est mis sur la méchante reine. Il y avait de quoi faire !
Malheureusement, ce qui devait être un fruit acidulé et doux n’est qu’une pomme empoisonnée.
C’est peu de dire que j’ai été déçue à cette lecture. Heureusement elle fut rapide.
C’est simple : tout est cliché dans ce roman. Du prénom de la méchante reine (Lilith) à la personnalité de Blanche-Neige, il n’y a, à mon sens, rien à sauver.
Le texte dégouline de niaiserie et ne revisite rien. La méchante reine est méchante, point. Et tant pis si son acharnement et ses motivations semblent disproportionnées et digne d’une hystérique. La reine est décrite comme jeune et belle, tout comme Blanche-Neige. La seule différence est qu’on nous explique que Blanche-Neige est aimée de tous et pas la reine. En conséquence, la reine décide de semer la terreur pour se faire aimer… sérieusement ? Cela est si peu crédible que rien de ce que fait la reine ne paraît logique. Elle n’est dans le royaume que depuis 4 ans mais avant que l’auteur insiste sur le fait qu’elle est méchante, le lecteur ne s’en rend pas compte. Je l’ai même plutôt appréciée, au début. Alors pourquoi subitement essayer de tuer Blanche-Neige et devenir odieuse avec le peuple ? Elle ne l’était manifestement pas avant. Ce revirement de situation au début du livre est si faible qu’il n’y a aucune crédibilité. Si la reine avait été âgée j’aurais pu comprendre qu’elle en veuille à Blanche-Neige d’être encore jeune et fraîche. Mais là on nous explique qu’elle est tout comme Blanche-Neige, sauf qu’elle est moins aimée… Peut-être parce qu’elle est encore « nouvelle ». Bref, je n’y ai pas cru une seconde.
Le personnage de Blanche-Neige est elle non plus peu crédible. D’abord dépeinte d’une candeur et d’une bonté à vous donner la nausée tant c’est mièvre, elle bascule complètement dans le dernier tiers du roman pour devenir une sorte de succube assoiffée de sexe. Mais… pourquoi ? Rien ne laissait présager cette personnalité. A aucun moment l’auteur n’a introduit des éléments pouvant laisser penser que derrière cette oie blanche se cachait un loup. Le baiser au chasseur ? Bof, et en plus cela arrive tard. Et c’est tout. J’ai l’impression d’avoir compris que Blanche-Neige offre sa virginité au chasseur mais je n’en suis même pas sûre, d’autant plus qu’à la fin du roman elle est présentée comme très expérimentée donc ce n’est pas une fois qui fera la différence.
Le prince est décevant de niaiserie également.
Je m’attendais à une réécriture vraiment moderne, avec des personnages aux préoccupations solides, actuelles. Pourquoi pas une intrigue placée à notre époque ? Ou au moins à l’époque originale mais avec des personnages aux préoccupations de l’époque, mais crédible.
Grosse déception pour ce premier tome. Etant donné le fait que j’ai achet la trilogie d’un coup lors d’une opération numérique, je vais lise la suite. Cela me permettra de voir s’il s’agit d’un accident de parcours ou d’un désintérêt réel pour la plume de cette auteure.

Pour qui : les lecteurs qui aiment les contes et n’ont pas peur de relire une histoire mainte fois exploitée.

Les + : de bonnes idées et une jolie couverture.

Les – : les personnages ne sont pas crédibles, leurs motivations non plus. Le texte est assez insipide et on s’ennuie. La construction du texte semble assez hasardeuse et l’histoire n’a finalement que peu d’intérêt.

Infos pratiques
Broché: 240 pages
Editeur : Bragelonne (21 mars 2014)
Collection : FANTASY
Langue : Français
ISBN-10: 2811211624
ISBN-13: 978-2811211622