Archives des étiquettes : david wright

Le prophète, de Sean Platt et David Wright

sc9zuckvikdpmpmtmjzzu8hjkpgLe prophète, de Sean Platt et David Wright (tome 4 de la série Yesterday’s Gone, épisodes 1 & 2 de la saison 2, Fleuve Éditions)

Après ce qui semble bel et bien être la fin du monde, les survivants s’organisent, et peu à peu l’espoir renaît. Et s’il existait une île où quelques chanceux peuvent espérer reprendre une vie normale et sous haute protection ?

Et si cet homme, qui se fait appeler Le Prophète, pouvait rendre un quotidien quasi normal à ceux qui n’ont plus rien ?

Ce premier tome de la saison 2 enchaîne la fin de la saison 1. La série continue de nous emmener sur des sentiers connus à travers de grands noms télévisuels. En cela le lecteur ne sera pas vraiment surpris, les ficelles classiques sont toujours exploitées sans surprise. C’est intéressant à lire, captivant et rythmé, mais pas surprenant.
Les personnages poursuivent leur évolutions, certains sur leur lancée, et d’autres s’affirment. C’est le cas par exemple de Luca, dont l’histoire est certainement la plus originale du roman. Celui qui fut au départ un petit garçon a désormais l’allure d’un jeune homme, et il est intéressant de le voir évoluer avec son âme d’enfant dans un corps d’adulte. Une bonne idée qui laisse planer de nombreuses questions. Pourquoi lui ? Pourquoi ce pouvoir ? Qui est-il ?
Des liens se tissent également entre les personnages, qui jusqu’à présent étaient relativement isolés. L’intrigue est comme un puzzle qui, petit à petit, commence à laisser deviner un motif. Mais quel genre de motif exactement ?
Comme dans les précédents tomes, beaucoup de questions sont encore au programme mais l’ouvrage nous apporte cependant quelques réponses. Les auteurs progressent au même rythme que les séries télévisées : lentement mais sûrement.
Les aliens déploient encore leur ombre et l’intrigue offre de nouvelles hypothèses.
Côté style, il est identique à celui des romans précédents. Dommage que le format soit le même également puisque dans ma précédente chronique, j’évoquais mon désir d’un texte plus détaillé et plus profond. Malheureusement, si ces héros nous sont sympathiques et que l’on prend plaisir à découvrir leurs histoires, il est fort probable que le lecteur les oublie tout aussi vite. D’autant plus que l’intrigue a des relents de déjà vu ou lu. Pour preuve, l’arc narratif avec le prophète, qui n’est pas sans rappeler ce qui se passe dans The Walking Dead, l’Ere du prédicateur.
Une histoire qui se poursuit donc comme elle a commencé, et que les lecteurs retrouveront avec plaisir s’ils ont lu les premiers.

Pour qui : Les lecteurs qui ont lu la première saison. Il est possible de lire les ouvrages indépendamment les uns des autres, mais les nombreuses références aux péripéties antérieures peuvent dérouter les nouveaux lecteurs.

Les + : des personnages intéressants qui sortent du lot. Un style toujours aussi rapide et addictif. On suit les aventures des personnages sans même se rendre compte que l’on tourne les pages.

Les – : encore beaucoup de questions et peu de réponse. Beaucoup d’éléments déjà vus ailleurs et un manque de matière qui risque de faire oublier les personnages aussi vite qu’on les a découvert.

Infos pratiques
Traduit par : Hélène COLLON
Pages : 224 pages
Format : BROCHE
ISBN : 9782265116252

 

Publicités

Yesterday’s Gone 3 : L’Avènement de la chose, de Sean PLatt & David Wright

yesterdays gone lavenement de la choseL’Avènement de la chose, de Sean Platt & David Wright (tome 3 de la série Yesterday’s Gone, épisodes 5 et 6 de la saison 1, Fleuve Éditions)

Les survivants cherchent toujours à comprendre : qui, pourquoi, comment ?
S’il apparaît évident que les étranges créatures noires qui rôdent dans les rues sont responsables de ce qu’il se passe, les questions sont plus nombreuses que les réponses.
Jour après jour il faut se rassembler, échanger, s’entraider, pour tenter de vivre au mieux avec ce qu’il y a.
Quand l’information que les réfugiés pourraient se rendre sur une île afin d’y être accueillis et soignés, nombreux sont ceux à s’y rendre.
Mais dans un monde assiégés par des extra-terrestres envahisseurs des corps humains, à qui peut-on encore faire confiance ?

Un troisième tome dans la mouvance des précédents. Comme pour les deux premiers, L’Avènement de la chose propose la lecture de deux épisodes d’environ 100 pages chacun.
On continue de suivre les péripéties des personnages que l’on connait, et quelques nouvelles têtes apparaissent.
Car comme dans toute série, rien n’est éternel, et certains personnages commencent à montrer leur limite dans cette fin de première saison (pour rappel, la saison 1 comporte 6 épisodes, divisés en 3 tomes de 2 en format papier).
Alors que j’ai lu les deux premiers tomes à la suite, j’ai mi un peu de temps avant de lire celui-ci. Je ne sais donc pas si c’est une explication mais j’ai peiné à me remettre dans le bain. Non pas le bain de l’ambiance, mais à me remémorer tous les personnages et leur histoire. Est-ce dû au temps que j’ai mis à lire la suite ? Je ne pense pas. Je pense plutôt que les épisodes sont un peu courts pour laisser une trace durable dans mon esprit, si bien que je retiens les grandes lignes mais pas les détails propres à chaque protagoniste. C’est un peu dommage, et pour avoir dans les mains le premier tome de la saison 2, je peux d’ores et déjà vous dire que cette deuxième saison est aussi épaisse que la première.
Une faiblesse ?
Sans doute. Car les meilleurs livres sont ceux qui nous marquent. Avec Yesterday’s Gone, je passe vraiment un bon moment de lecture. Mais avec tout ce que je lis quotidiennement, je dois reconnaître que ces moments sont trop fugaces pour me marquer durablement.
J’attends donc plus à l’avenir, et j’espère que les auteurs (qui s’y mettent à quatre main, pourtant!) seront plus généreux dans leurs écrits au fil des saisons.
Du côté de l’histoire, on comprend enfin beaucoup de choses. Ceux qui ont lu la trilogie Zombie Story de David Wellington ne seront pas surpris pas le chemin pris dans l’histoire. C’est selon moi quelque chose de très américain et assez peu européen que le lecteur appréciera selon ses goûts. Mais là où je n’avais pas accroché à la tournure des évènements dans Zombie Nation , je trouve le sujet mieux traité ici, ce qui rend d’autant plus dommage la petitesse du récit. Le cliffhanger est très réussi, digne d’un season final.
Une autre chose sur laquelle j’aurais aimé voir les auteurs insister, ce sont les différences de personnalité entre les personnages. On voit avec Boricio qui a un caractère et un vocabulaire bien à lui. Une chose que l’on ne retrouve pas chez les autres, qui semblent tous issus du même moule. Cette différentiation aurait été appréciable, surtout quand on sait que deux personnes travaillent sur le même texte.
Ce troisième tome possède donc les écueils d’un bon livre qui me laisse sur ma faim. C’est la frustration d’en vouloir plus qui me pousse à lui trouver des défauts.
J’ai hâte de me plonger dans la saison 2 pour voir où toute cette histoire va mener le lecteur.

Pour qui : les lecteurs qui ont lu les premiers tomes, Le jour où le monde se réveilla désert et Aux frontières du possible, fans de zombies et de séries télés.

Les + : Une histoire addictive, un rythme soutenu, Yesterda’y Gone possède tout du page turner.

Les – : La petitesse des épisodes empêche de plonger en profondeur dans l’histoire et d’en faire un récit marquant. Les personnalités des différents protagonistes ne sont pas assez différenciées.

Infos pratiques
Pages : 224 pages
Format : BROCHE
ISBN : 9782265116214

« Entrées précédentes